:: Flood :: La Poubelle :: Ancien RP Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[LIBRE] Salut pour tous

Invité
Invité
Mar 18 Oct - 23:28
Invité
Des pleurs. On commence à en avoir l'habitude ces temps-ci. Sauf que cette fois, ils ne m'attristent pas plus que ça. Bien au contraire...

"Qu'allez vous faire de nous?"

Pauvre femme. Elle se voile la face. Elle nie l'évidence, et cette question montre sa médiocrité.
Ils forment un beau tableau tout les trois. Un homme et sa femme, et leur unique enfant, à genoux tout les trois dans cette sombre ruelle de Londres, d'où exhale ces relents ignobles d’égouts. Ils sont à leur place. Ils savent ce qui va arriver, et aucun ne se tourne vers notre Seigneur. Hérétiques.
Elle ne mérite pas de réponse. La vision d'un homme, une Bible dans une main, et un Desert Eagle dans l'autre devrait lui suffire, et au pire, n'a-t-elle pas d'imagination ?

« « Extrait du livre de l'Apocalypse selon Saint Jean Apôtre, chapitre 6, verset VIII : Quand il ouvrit le quatrième sceau, j'entendis la voix du quatrième être vivant qui disait: Viens. Je regardais, et voici, parut un cheval d'une couleur pâle. Celui qui le montait se nommait la mort, et le séjours des morts l'accompagnait. Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour faire périr les hommes par l'épée, la famine, la mortalité et par les bêtes sauvages de la terre. »
Je trouve ce texte parfaitement approprié... »


Ah… Un regard d'effroi… Enfin, peut-être que ce être infâme va chercher la rédemption ? Elle te sera accordée. Le Seigneur dans sa bonté l'accorde, même aux abominations telles que toi, si elle la recherche.

« Je vous en pris, nous n'avons rien fait! »

La goutte de trop. Il ose clamer son innocence après les actes horribles qu'ils ont perpétrés, lui et sa femme.
Cela fais déjà deux mois que je les traque. Deux mois que ces deux familles de « moldus » comme ils nous appellent ont été torturés et massacrés par ce couple.
Après enquête, j'ai découvert de nombreuse chose sur eux. Visiblement grands partisans de cet homme dont il ne faut pas prononcer le nom (superstition ridicule), ils prennent régulièrement un malin plaisir a détruire la vie d'honnête gens, n'ayant pour seul crime de ne pas avoir de pouvoir.

« Tu n'as rien fait dis-tu ? RIEN ? Crois-tu que ces pauvres gens que tu as lâchement tué ont mérités leur sort ? Infâme démon. Si tu ne regrette pas tes exactions, comment veux-tu rejoindre le Saint Père et avoir ton Salut ? »

Une simple idée me viens en tête. Une idée simple mais efficace, et puis j'ai tout le temps qu'il me faut, j'ai brisé leur baguette. Et on fuit beaucoup moins bien avec une balle dans les rotules.
Très bien, c'est la meilleure chose à faire.

« Tu va obtenir le Salut. Le feu te purifiera, et tu ira au Purgatoire, et de là, tu expiera tes pêchés. »

De l'effroi à nouveau dans les yeux de la femme cette fois, quand elle compris que cette bouteille que je vidais sur le visage de son époux ne contenait pas de l'alcool. Et encore plus quand vint son tour.

« Petit… Vois-tu, tes parents ont commis d'énormes erreurs… Tu comprend n'est ce pas pourquoi je fais ça ? N'ai pas peur, c'est de l'eau que je verse sur ton visage. Je fais ça pour qu'ils atteignent le Paradis, qu'ils obtiennent leur Salut, et aussi pour purger le monde du Mal de Satan. Toi tu n'as rien fait, du moins pas encore, mais il y a une chose à faire encore. Je te Bénis mon fils, soit baptisé dans l'Esprit Saint et lave toi de tes pêchés, au Nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit. »

Une bonne clope s'impose. Mais où sont mes allumettes ? Ah oui, poche de derrière. Une pour eux, une autre pour moi.
Des cris qui font place aux pleurs. Une douce mélodie. Fort heureusement, l'odeur de cigarette qui emplit mes narines masque celle du cochon grillé.

« Vois mon fils. Vois comme ils brûlent comme leurs pêchés, profite de cet instant de grâce absolue pour expier tes fautes et les envoyer au bûcher. »

Il court et fuit en hurlant. Quoi de plus normal. Ah Seigneur… Atteins son âme et pardonne lui, il ne sait pas ce qu'il fait.

Bon, c'est pas tout ça, mais il serait grand temps de se mettre en route. Le soleil va bientôt se coucher. Ça serait dommage d'arriver en retard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mer 19 Oct - 22:47
Invité

Salut pour tous.
ft. "Libre"






Je me balade dans le Londres Moldu, oui j'ai eu envie de venir ici pour me promener tranquillement et souffler un peu. Adieu l'uniforme scolaire et bonjour ma tenue habituelle.
Ma fidèle ombrelle sur l'épaule je marche en sautillant, en dansant et en virevoltant. J'ai l'impression d'être libre et ça me fait le plus grand bien ... bon je suis pas très libre mais je le suis plus qu'à Poudlard c'est sûr.

C'est la fin d'après-midi mais il fait encore bon, je n'ai rien prit de chaud avec moi mais je serai de retour à l'école avant la nuit donc c'est pas très grave.
Ça fait un petit moment que je suis pas venu ici mais je reconnais, bon c'est un peu le bordel mais ça va la ville a gardé son charme. Puis à vrai je m'en fiche un peu.
Mes yeux se perdent sur le décor, je regarde à droite et à gauche. Je sens que je vais être prise de vertige d'ici peu.

Je continu ma promenade et je suis rapidement sortit de mes pensées par des bruits plutôt étranges, on dirait des cris. Ça m'interpelle pas plus que ça, c'est assez courant ici puis je ne mêle pas de ces histoires de Bien et de Mal.
Je ne vois pas arriver le jeune garçon qui fonce sur moi, à peine quelques secondes que je me retrouve les fesses par terre. Un petit "Aïe" sort de ma bouche.
Je me relève et m'époussette avant de me tourner en pestant.

-Peux pas faire attention non !

Je poursuis ma route avant de croiser le chemin d'un homme sortant d'une ruelle. J'ai bien failli le percuter mais je me suis arrêtée à temps, encore heureux.

-Désolée je ne vous avez pas vu.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Jeu 20 Oct - 1:49
Invité
Encore un travail bien fait. Je préférerais que ça ne se termine pas toujours comme ça… Mais ai-je vraiment le choix ? Au moins cette fois l'enfant s'en est tiré…
Cette ville est vraiment dégueulasse. Faut admettre que je n'ai pas arrangé son cas. Le service de nettoyage pourra réclamer une augmentation.
Qu'est ce que c'est que ce truc ? Un chewing-gum sur pattes ?

-Désolée je ne vous avez pas vu.

Encore heureux que tu ne m'as pas vu. Ce que j'ai laissé derrière moi t'aurais donné des cauchemars pour le restant de tes jours. Je m'en voudrais d'infliger ça a une jeune fille de ton âge, vu ce que ça a donné pour moi.
Qu'est ce que c'est que cet accoutrement, elle est tombée dans une cuve d'acide ? Pourquoi avoir envie de ressembler à un bonbon ambulant ?
M'enfin, les américaines ne sont pas forcément mieux, il faut croire que le mauvais goût se répand partout.
Attends. Elle a vu le gamin? Et techniquement à cette distance, elle a tout entendu. J'espère qu'elle ne se pose pas de questions, sinon ça va être compliqué à justifier. Au pire, j'ai encore cinq bonnes excuses dans mon chargeur.
Faire mine de rien, un grand sourire et une parole sage devraient faire l'affaire.

-Il n'y a pas de mal mon enfant, l'innocence avec laquelle tu t'excuses pardonne tout tes pêchés. Comme le disais notre Seigneur Jésus Christ « Laissez venir les enfants à moi ».
Mais dis moi, que fais une jeune fille telle que toi dans ces rues crasseuses à une heure si tardive ?


Une sorcière, c'est évident. Aucun être humain n'oserais sortir à cette heure, sauf avec une bonne raison comme moi, et ces couleurs vives montrent qu'elle ne cherche pas à rester discrète.
La question étant, amie ou ennemie ? Dans le deuxième cas, il va falloir lui présenter David. Oui, un nom assez étrange pour un flingue, mais au vu de la puissance de leur baguette, l'image de David contre Goliath est plutôt de mise, même si une balle bien placée dans les rotules leur fait le même effet qu'à n'importe quel être normalement constitué.
Faisons preuve de discrétion et réajustons cette veste, ce serait dommage qu'elle remarque mon holster. Continuons ce grand sourire, gardons un visage aimable, ne laissons rien paraître.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Sam 22 Oct - 19:06
Invité

Salut pour tous.
ft. "Libre"






L'homme que je viens d'heurter a vraiment pas l'air net, il a une tête bizarre puis sa façon de parler. Un pasteur à mon avis, mais qu'est ce qu'il vient faire là à cette heure ci ? Remarque on peut se poser la même question pour moi et c'est d'ailleurs ce qu'il fait.
Quand il me parle du Seigneur Jésus Christ j'en ai limite des frissons, mes parents m'ont toujours dit de faire attention à la religion car elle n'apportait que désolation. Mouais fin un sorcier aussi apporte la désolation, c'est d'ailleurs pour ça que je suis totalement neutre dans guerre. Mais peut être que je vais rejoindre plus tard qui peut savoir.
Il est temps pour moi de sortir mon côté fille modèle, après tout je me trouve devant un adulte. En avant la comédie !

-Oh vous savez ...
je marque un temps d'arrêt. Comment dois-je vous appeler, mon Père, Pasteur, Monsieur ?
Excusez moi, je disais donc que j'étais née dans cette ville. Je connais toutes ses ruelles et ses recoins par cœur, c'est un lieu de promenade habituel pour moi.


N'empêche il me parait bizarre, s'il est pasteur c'est forcément un humain. Alors pourquoi il se balade comme ça dans les rues, je me demande s'il n'a pas un lien avec le garçon en affolé qui m'a bousculé tout à l'heure. Quoiqu'il en soit je vais rester sur mes gardes, par les temps qui court on ne peut se fier à personne. Ma baguette est à portée de main, je vais éviter de me transformer en pleine ville par contre ça risque de pas trop passer.

-Vous aussi vous faites votre petite balade ?

Je replie mon ombrelle afin de m'appuyer dessus et regarde mon interlocuteur avec un air plus que normal.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mer 26 Oct - 5:16
Invité
Ah ah ! Amusante cette petite ! Elle m'a grillé à des kilomètres, ça se voit, et pourtant je n'ai toujours pas reçu le moindre sortilège dans ma sale tronche de prêcheur. M'est d'avis qu'elle a autant peur de moi que moi d'elle. Il est vrai que croiser un Pasteur dans des rues glauques de Londres à cette heure ci quand on est mineur de surcroît peut faire monter quelques angoisses, eh !
Enfin… Après les récents... événements, ça fait plaisir de voir un visage presque amical. C'est vrai, on perd l'habitude ces temps-ci. Je m'en voudrais d'abîmer une bouille si atypique.
Et elle me demande si je fais aussi une petite balade ! Elle est forte ! Ah ah ! Une balade oui, on peut dire ça !
Bien, remballons les sermons de vieux Pasteur radoteur et rassurons cette pauvre âme en peine, il s'agit de terminer cette rencontre au plus vite.

« Tout juste, jeune fille, je profite d'une fin de journée tranquille pour sortir à mon aise, l'air du crépuscule est ce qu'il y a de plus vivifiant ! C'est du moins ce que je pense. Et surtout cette lumière ! Ce soleil couchant, qui teinte les nuages d'une pâle couleur rosée - non sans rappeler celle de tes cheveux qui sont par ailleurs très originaux- me rappelle un temps, où le contempler pouvais être ma seule préoccupation… Mais je suppose que tu n'es pas là pour entendre un humble pasteur divaguer en quelques nostalgies mal exprimées. Quant à répondre à ta première question, les gens ont pris l'habitude de m'appeler simplement « Prêcheur », car c'est tout ce que je suis aujourd'hui.
A présent jeune fille, je dois te laisser. Le devoir m'appelle. Le monde grouillent de brebis égarées, et elles ne vont pas se retrouver toutes seules. Ce fut en tout cas un réel plaisir de croiser ton chemin, il est vrai que l'on peut se sentir seul dans ces sombres rues de Londres. »


Et j'ai surtout encore quelques personnes à interroger, et si je loupe le coche, mon indique sera rentré du bar avant que j'ai eu le temps de mettre la main sur lui. Un signe de tête à l'adresse de cette jeune fille, et je me met en route.
Finalement je n'ai pas tant menti que ça. C'est vrai que cette étrange lumière est agréable. Elle transforme ce dépotoir, ce ramassis de tas de merde qu'est Londres, en un endroit presque vivable. Tout est plus beau sous le soleil de notre Seigneur.
J'espère juste que la petite curieuse de tout à l'heure ne me suit pas. Sinon tant pis pour elle, ce qu'elle verra ne lui fera pas plaisir… Je ne suis pas forcément connu pour avoir les plus douces des méthodes.
Il reste encore un peu de temps. J'ai encore le temps de tout préparer. Arme au poing, clope éteinte, un coin sombre bien couvert. Je peux attendre en toute tranquillité.

Ah… le voilà. Réglé comme une horloge. Attendons qu'il passe cette ruelle. Parfait, c'est le moment.

« Salut Billy ! »

Ouatch, j'espère qu'il va pouvoir répondre après cette droite dans la mâchoire. Plaquons le contre le mur et maîtrisons ses bras. La sécurité avant tout.

- Putain de merde ! T'es qui espèce de taré !
- Oh tu me fais de la peine, ne me dis pas que tu n'as pas entendu parlé de moi ? Enfin… c'est peut-être mieux ainsi…
- Qu'est ce que tu ve… eh ! Touche pas à ça connard !
- Désolé, simple mesure de sûreté, ça serait dommage que tu utilise cette baguette contre moi, on a encore beaucoup de choses à se dire.

J'aime le son que font ces bout de bois quand on les brise. Un croche-pied bien placé l'étale de ton son long. Maintenant qu'il est aussi inoffensif qu'un insecte, on va pouvoir parler tranquille.

- Tu sais très bien ce que je veux Billy. Je sais que tu travailles au Ministère de la Magie. Je veux des informations. Je veux connaître la localisation de la ferme de McKenny, tout de suite !
- Merde, qu'est ce que ça peut te foutre sale psychopathe ! Va crever, je te dirais rien !
- Qu'est ce que ça peut me foutre ? Tu veux une explication ? Très bien. Je vais te raconter une petite histoire mon petit Billy. Une histoire qu'on raconte souvent aux États-Unis. Cette histoire se déroule en l'an 1886, au Texas. A cette époque, ce qui faisait loi, c'était le nombre de balles qu'il restaient dans ton chargeur ou le nombre de dollars que tu pouvais aligner pour payer ceux qui les vidaient. Toujours est-il qu'à cette époque, dans une bourgade paumée, vivait un Pasteur, sa femme et ses gosses. Ils vivaient simplement, sans jamais rien demander à personne. Il célébrait ses offices et il rentrait chez lui, pour passer du temps avec sa bien aimée. Et il était heureux ainsi. Sauf que voilà, le Pasteur il avait des ennemis. Ce qu'il prêchait ne faisait pas toujours plaisir à tout le monde, surtout à ceux qui ne suivaient pas ses préceptes. Alors voilà qu'un samedi soir, des hommes se sont présentés à sa porte. Ils lui ont dit que si il allait prêchait le lendemain, il aurait de sérieux problèmes.
Le Pasteur il s'en foutait un peu, il se doutait pas de ce qui allait arriver. Alors le lendemain, il a pris sa Bible et il est partit célébrer la messe comme tout les dimanches, sa femme restant à la maison pour garder les gosses..
Mais les autres gusses, ils étaient pas du genre à déconner tu vois ? Alors quand le pasteur est rentrés chez lui, il a retrouvé les hommes de la veille, en train de se marrer, devant la maison du pasteur en flamme. Ils l'ont ensuite tabassé et sont repartit, comme si de rien était, le laissant pour mort. Le pasteur se réveilla plusieurs heures après. La maison n'était plus qu'en cendre, et rampant dans les ruines, il retrouva les cadavres de sa femme et de ses enfants.
Il pleura comme un nouveau né, il hurla comme une panthère au milieu de la nuit. Alors il attela son cheval et partit en chevauché.
Il retrouva les brigands dans un bordel. Ils fêtaient ça. Alors le pasteur à sortit deux revolvers de sous son manteau, et il a tout vidé sur ces sales ordures. Sauf qu'il s'est pas arrêté là. Il était enragé tu vois. Il avait décidé de purger le pêché de sa ville. Alors il a sortit d'autre flingue de son manteau, et il a tué tout le monde dans le bordel, avant d'aller se pendre à l'arbre de la grand place.

Tu va me dire, quel rapport avec moi te braquant dans cette ruelle crasseuse ? Vous autres, les sorciers noirs, vous m'avez tout pris. Absolument tout. Ma famille, ma femme, ma vie ! Alors je descend tout le monde dans le bordel. Et les McKenny sont en plein dedans. Maintenant dis moi où ils vivent, sinon je te jure que tu ne pourra plus jamais manger de salade autrement qu'avec une paille et par le cul !


Il va craquer. Je le vois dans son regard. Quel être pitoyable. Donner un tel pouvoir à des gens si médiocre. Quel gâchis.

- Ils habitent dans une petite ville au Nord de Londres, à la campagne, euh, Gottinsburg, un truc dans le genre. S'il te plaît, me fais pas de mal, je t'ai dit ce que tu voulais !
-Aller, dégage, rejoins les pourris de ton espèce, et fais passer un message pour moi. Fais passer le message que le Prêcheur est là, et qu'il va vous traquer jusqu'au dernier !

Il s'enfuit la queue entre les jambes.
Gottinsburg hein ? Très bien, il va falloir que je me charge de ça au plus vite, mais tout d'abord, il me faut établir un plan d'action.
Quelle heure est-il ? Grand Dieu ! Il faut que je parte au plus vite. Vérifions juste que nous ne sommes pas suivi, avec le bordel que j'ai fait, peut-être que quelques curieux pourraient pointer le bout de leur nez.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 3 Nov - 21:16
Ce monde est rempli de barjos ou quoi ?
✙ Libre ✙


A la recherche d'objets qui pourraient attisé son attention, Bastian penche la tête quand il soulève le couvercle d'une poubelle. Les rues sont sombres et malfamées, y'a que ça de vraies pour récolter des objets perdus d'ancien moldus. C'est dans ce genre d'endroit que Bastian a trouvé son briquet. Depuis, il ne quitte plus sa poche. Pull bleu trop grand, tête mal méchée, il met ses mains dans ses poches et shoot dans la boîte de conserve qui passe trop près de son pied. Cette dernière ricoche dans le derrière d'une demoiselle penchée sur son parapluie... Ombrelle pardon.

Ah. S'cuse, qu'il trouve à dire à la demoiselle en question.

Bah ouais, c'pas poli de balancer des déchets aux gens, encore moins dans leur dos et à cet endroit pour une dame. Enfin. Il fait un signe de tête pour accompagner ses paroles puis relève la tête. Sa tête lui dit quelque chose. Ah. Sans doute la fille qu'il avait croisé quand il était parti se coucher le jour de son récurage de cachot où il avait fait la connaissance d'une bourrine qui balançait des oubliettes à tout va. Il lui adresse un petit sourire avant de continuer son chemin, passant par quelques ruelles encore sans vraiment se soucier de si la serpentard en question le suivait ou non.

Entendant du boucan, il tourne à un carrefour et discerne quelques mots d'un type en pleine engueulade, sans doute un alcoolique du coin qui s'embrouillait avec un de ses potes trop cuit pour lui répondre ce qu'il a envie de dire. Il s'approche par derrière et le regarde avec un air nonchalant. D'un côté, quand Bastian se balade, c'est souvent avec la grâce d'un babouin qui a trop mangé de banane.

Un pêcheur ? Il va avoir du mal à choper des poiscailles ici...

Ouais, c'dur de suivre le fil de la conversation quand on entend que la moitié des phrases parce qu'on est trop loin ou qu'on s'en fout juste.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mar 15 Nov - 6:04
Invité

ft. Gio

ft. Greg, Stevie & Bast

「 Salut pour tous. 」
"De mieux en mieux..."


Rattraper le passé pour assurer l'avenir.

Giovanni était de retour à Rome, non pas parce que cela lui plaisait de revoir son pays qui l'a vu grandir, car aucun lien ne le retenais plus là bas. Aucun, ou presque. C'était lorsqu'il était à Poudlard qu'il a reçu un hibou, muni d'une lettre. Celle-ci avait été rédigée par son ami d'enfance, Antonio, ce même ami qui lui avait permis d'acquérir ses pouvoirs de vampires. Dans cette lettre, l'envoyeur semblait sérieux. Il y était écrit que Giovanni devait se rendre à Rome, car l'un des plus grands chef de la pègre ritale, un certain ''croc noir'', devait lui parler. Selon les dires d'Antonio, il s'agissait d'une affaire de la plus haute importance.
Le vampire ne voulait pas vraiment revoir ce pays, là ou il avait côtoyé bon nombre de déchets, dont ses parents. Ce pays qui était la base de sa haine envers les sangs purs, du moins envers ceux qui étaient faibles, mais respectés. Enfin bon, il avait une once de confiance envers Antonio, ils avaient après tout grandit ensembles.

Giovanni était censé trouver Antonio dans une rue proche du Colisée. Le soleil se couchait lorsqu'il l'aperçu alors. Sans un mot, son vieil ami lui indiqua de le suivre. Ils marchèrent quelques minutes à travers les rues de Rome, il y avait très peu de passants et la plus part des commerçants avaient désormais fermé boutique. Soudain, Antonio s'arrêta face à un mur fait de briques sombres, au bout d'une impasse. Fixant alors la pierre, quelques mots quasi-imperceptibles atteignirent les oreilles de Gio:

''sang q.. crocs... loyauté.''


Instantanément, les briques se mirent à bouger dans un silence incroyable, jusqu'à former un passage s’apparentant à un encadrement de porte. Antonio se décala alors sur la gauche, invitant l'étudiant à entrer. Il ne semblait pas vouloir le suivre.

''C'est ici qu'il m'a demandé de t'emmener. Je ne connais pas les détails, mais je crois qu'il a quelque chose à te demander. Un conseil Gio, évite de lui tenir tête, c'est un sorcier très puissant.''

A ces mots, Giovanni commençait à s’agacer. Qu'est-ce qu'un patron de la pègre lui voulait il bien? Encore un de ces sangs purs qui pètent plus haut que leurs cul, se disait il. Méfiant et  peu souriant, Gio entra malgré tout là ou son ami l'avait emmené. C'était dans une grande salle sombre qu'il arriva alors. Quelques tapisseries rouges sangs parsemaient les murs grisâtres, et seuls des candélabres éclairaient l'espace ambiant. Plusieurs personnes se trouvaient à l'intérieur, mais une seule retenaient l'attention par dessus tous: un homme était assis à table, au milieu de la pièce. Son visage laissait dépasser deux canines acérées, et il était coiffé d'un chapeau haut de forme noir. Son regard rouge fixait le jeune vampire. Aucun doute là dessus, c'était lui, ce fameux ''croc noir''.

''Te voici enfin, Giovanni Brando je présume. Les gens qui ne me connaissent pas personnellement me surnomment croc noir, mais tu peux m'appeler Zeppeli. Monsieur Zeppeli. Tu dois te demander pourquoi je t'ai fais venir ici depuis l’Angleterre, toi étudiant de Poudlard? Allons bon, prends place.''

D'un simple mouvement du poignet qui tenait une baguette, il fit alors reculer la seule chaise qui se situait en face de lui. Giovanni se méfiait de plus en plus. Qui était ce Zeppeli, outre un chef de la pègre. Ces dents qu'il voyait luire à la lumière des bougies lui donnaient quelques indices.
Giovanni ne se laissa pas prier, et écouta son interlocuteur. Une fois assis, il ne put s’empêcher de le questionner.

''Vous êtes un vampire, n'est-ce pas ? Tout comme moi. Pourquoi ai-je l'impression que cela a un rapport avec le fait de m'avoir fait venir ici? '' l’interrogea-t-il alors.
Croc noir eut un rictus.

''Et bien, je vois que tu n'es pas idiot. Bien, le contraire m'aurait fortement embêté pour tout te dire. Mais passons au vif du sujet, veux tu. Comme tu l'as si bien remarqué, en effet je suis un vampire, tout comme toi. Mais les mots justes seraient de dire que tu es un vampire, tout comme moi. Et grâce à moi.''

Giovanni eut un regard interrogé. Que voulais-il dire par ''grâce à lui'' ? C'était Antonio qui lui avait permis d'acquérir ces pouvoirs de vampirisme.

''Que voulez vous dire, expliquez vous.'' répondit il alors. Giovanni était anxieux, et méfiant. Très méfiant même, et il dirigea discrètement sa main droite à sa ceinture, là ou se trouvait sa fidèle baguette.

''Tu ne pensais pas que ton chère ami avait vraiment miraculeusement survécu à un simple attaque de vampire, si ? Je vais te raconter la vérité. Je suis celui qui a mordu ton ami. Je suis celui qui a bien voulu entendre ses suppliques, qui a bien voulu héberger cet enfant alors orphelin pour qu'il entre à mon service. Alors, déçu ? Cela ne fait il pas tilt dans ta tête?''


Giovanni n'en croyais pas ses oreilles. Comme ça Antonio lui aurait donc menti ? Mais pour quelle raison? Si c'était vrai, Gio aurait donc donné sa confiance à un menteur. Cette simple déduction rendait l'italien fou de rage. Il comprenait sans peine que si cette histoire était vraie, l'homme qu'il avait en face de lui était  indirectement celui qui lui avait permis d'acquérir la puissance d'un vampire. Cachant sa colère du mieux qu'il put, Giovanni dit alors:

''J'ai bien compris oui. Que voulez vous de moi à la fin?''

Ce dénommé Zeppeli ria fortement. ''ahaha! Je veux que tu me rende service comme je l'ai fais pour toi, voilà tout. C'est normal après tout, tu me dois une partie de ton pouvoir magique, ou du moins ce qui t'a permit de t'améliorer en si peu de temps. Alors maintenant, écoute ce que j'ai à te dire, et fait ce que je te demanderais.''

Le ton inquisiteur que prenait le patron mafieux était la goutte d'eau. Giovanni, qui ne put contenir sa colère plus longtemps, tenta de pointer sa baguette vers lui.
En vain.
Avant qu'il ne puisse faire un millimètre de plus, son corps ne voulait absolument plus répondre. Ses moindres muscles étaient comme figé, et Gio se retrouva à la merci de son interlocuteur.

''Allons allons, que voudrais tu faire, jeune sorcier que tu es? Te croyais tu réellement capable de me tenir tête? Intéressant. Remarque comme tu ne peux rien faire, constate ton impuissance. Antonio m'a dit que la puissance t'obnubilait, en voici un aperçu. Je pourrais te tuer, mais j'ai besoin de toi. Maintenant dit moi que tu accepte de coopérer, que tu es prêt à faire en sorte de payer cette dette. J'écoute.''


Cela lui faisait mal de l'admettre, mais le sorcier qu'il avait en face de lui était d'un niveau qui lui était bien supérieur. Giovanni, qui n'en resterait pas là, devait donc pour l'instant coopérer. C'était la seule solution.
''Très bien... Que voulez vous de moi?''

Giovanni repris alors possession de ses moyens, et au même moment son interlocuteur se leva. Les mains dans le dos, il prit la parole.

''Vois tu, Giovanni, je suis à la tête d'un groupe très puissant, non seulement en Italie mais dans toute l’Europe. J'ai des contacts dans différents pays et je fais affaire avec de gros piliers partout. Il s'avère que depuis maintenant quelques temps, plusieurs fauteurs de troubles sévissent en Angleterre. Je n'en aurais cure si cela n’empiétait pas sur le bon déroulement des mes occupations. En effet, ceci nuit de plus en plus à mes activités. Ma requête est donc celle ci : toi qui étudie à Poudlard, je veux que tu enquête aux alentours de Londres. Trouve ces fauteurs de troubles, et reviens vers moi lorsque tu auras suffisamment d'informations pour que j'y mette un terme, ou alors quand tu les aura supprimé. Me suis-je bien fait comprendre? Tu aura du temps, rassure toi. Malgré tout, je veux que tu y mette du tiens, ne traîne donc pas trop.''

Attentif aux directive du patron de la pègre, Gio restait dubitatif, méfiant. Pourquoi donc faire appel à un jeune sorcier tel que lui, mis à part pour payer une foutue dette?
Pour l'heure, Giovanni ne pouvait qu'accepter sa demande. Il acquiesça alors, et voulu des détails supplémentaires.

''Saurais-je ou chercher ou devrais-je entièrement me débrouiller ?'' questionna le jeune vampire.

''Pour l'heure, tu peux retourner en Angleterre. Nous t'enverrons des détails susceptibles de t'aider dans les prochains jours. Maintenant va, et tiens parole.''

Gio tourna des talons, s’apprêtant à ressortir de la demeure. Il interrompit son avancée vers la sortie lorsqu'il entendit Zeppeli ajouter :  ''Au fait, reste sur tes gardes là bas. Un fauteur de trouble fait particulièrement parlé de lui de part sa dangerosité. Il se fait appelé « Prêcheur » pour une raison évidente. Si tu le croise, fait attention à lui. Tu peux disposer.''

Un sorcier dangereux qui se ferait appeler « Prêcheur » ? ou alors un moldu ? Trop de questions obscurcissaient l'esprit de Giovanni à ce moment là. Il sortit sans un mot, le pas pressé. Sans un regard vers Antonio, il entreprit de sortir de cette impasse. Ce dernier tenta de l'interroger.

''Gio ? Que c'est il passé ? Gio ?''

Mais c'était trop tard, l'italien était déjà loin. -





-          Le soleil se couchait bientôt dans les rues londoniennes. Giovanni s'était installé dans un appartement moldu qui semblait inhabité depuis des années. Suite aux instructions reçue par hibou, tout semblait indiquer que ses chances de trouver un des fauteur de trouble proches de là ou il s'était installé étaient grandes. Assis sur un fauteuil en écoutant un album d'AC/DC trouvé dans l'étagère du salon, le vampire attendait, son esprit ne pouvant oublier l'humiliation qu'il avait subit à Rome.
C'est un bruit semblable à des coups de feu qui ramena Gio à la réalité. D'un pas pressé, l'italien se rua avec hâte dans la rue, manquant de trébuché sur un ours en peluche.

L'italien s'aventura plus avant dans la rue, et s'arrêta lorsqu'il aperçut plusieurs personnes un peu plus loin. Parmi elles, Giovanni reconnu un étudiant de Poudlard : vêtements trop larges et airs blasés, il s'agissait sans doute du même individu qu'il avait croisé dans la salle commune des Serpentard. Avec lui, un homme plus vieux se tenait là.

Giovanni s'approcha alors, snobant complètement l'étudiant. Il interpella l'homme en noir.

''Par pur hasard, ces coups de feu que j'ai entendu, tu ne saurais pas d'où ils venaient? ''

Giovanni tenait sa main droite proche de sa ceinture, par sécurité. C'est lorsqu'il détailla plus en détail la dégaine de l'inconnu qu'il eut un déclic. Une tenue noir, blanche en son col, des cheveux de la même teinte conforme à la description reçue par Hibou.

Le Prêcheur. Giovanni se tenait prêt, un soupçon de crainte se mêlait à un sentiment d'excitation. Sa routine ennuyeuse allait toucher à sa fin.

'' de mieux en mieux... ''
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mar 15 Nov - 23:08
Invité

Salut pour tous.
ft. "Libre"






Il est quand même bizarre ce type mais on va pas trop le provoquer hein, on sait jamais ... il ne m'inspire pas confiance. Mais bon je sais faire semblant, donc je lui tire un grand sourire plus vrai de nature. Après tout c'est l'un de mes nombreux talents, faire croire que je suis innocente et fragile.
Il commence à me sortir un monologue digne d'un vieux, on dirait une tirade tirée d'un mauvais roman m'enfin bon.

-Oh et bien bonne soirée à vous alors. J'espère que vous trouverez vos "brebis".

Non mais sans déconner des brebis et j'imagine que monsieur se prend pour le berger, j'ai vraiment du mal avec la religion. Tsss berger de mes fesses. Je lui rends son hochement de tête et le regarde partir, appuyé sur mon ombrelle je soupire et secoue la tête. Comme quoi on trouve des individus pas rassurant partout.
Je me dépend un peu, cette rencontre m'a quelques peu frustrée je dois dire. J'espère que je vais jamais le recroiser celui là.

Je m’apprête à me remettre en route quand je sens quelques chose me cogner l'arrière train, ouh je sens déjà que l'énervement monte. Je regarde en penchant la tête ... une boite de conserve. Qui vient de me jeter cette ordure ! Quand j'entends une petite excuse, je me retourne et reconnais le Serpentard que j'ai croisé il y a quelques jours dans la salle commune. Il me sourit et repart tranquille sans pression, alors là mon gars si tu penses pouvoir fuir comme ça t'es mal tombé avec moi.
Je ramasse la conserve et la lance dans sa direction.

-Oh le dépressif t'as rien trouvé de mieux comme excuses !

Je commence à le suivre et je compte bien lui apprendre les bonnes manières. Je le vois tourner dans une ruelle avant de faire de même, je m'arrête à son niveau.
Je remarque la dispute et pense reconnaître l'homme que j'ai croisé il y a quelques instants. Je chuchote "Je savais bien que t'étais pas net toi".
Il y avait plusieurs personnes devant nous, une petite bagarre peut être ? Oh c'est excitant j'ai bien fait de sortir me promener aujourd'hui, mais si on peut éviter de se faire voir c'est pas plus mal.
Il y a une benne à ordure juste à côté de nous, ça peut faire une bonne cachette ... bon ok un peu cliché mais bon. Je choppe le dépressif par le col et le fait s'accroupir avant de lui chuchoter.

-Soit plus discret si t'as pas envie de te faire chopper.

Je ne sais pas trop comment réagir, si ça tourne mal ... faut il intervenir ou partir ? Oh et puis je verrai bien sur le moment.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mer 16 Nov - 8:37
Invité
- Tiberius ? Tiberius ? Moi vivante, jamais mon fils ne s'appellera Tiberius espèce de geek à la con !
- Mais ! Je vois pas pourquoi tu dis ça ! C'est un très beau nom chargé d'histoire et…
- C'est surtout que c'est le deuxième nom du capitaine Kirk !
- Woh mais… mais non !
- Arrête ton char gros débile !
- Bon ok, je me rend! Et comment tu voudrais l'appeler toi hein ?
- Eh bien… Je pensais l'appeler comme ton père. George.
- Oh. C'est euh… C'est… Je sais pas trop quoi dire, mis à part que tu es parfaite Lizzy…


La femme parfaite oui… C'était le genre de femme qui voyais toujours le meilleur en chacun, et qui arrivait à le faire ressortir, à le faire remarquer à tout le monde. Elle avait un certain pouvoir, de ceux qui n'ont pas besoin de baguette pour être utilisés. À ses côtés, on aurait presque pu oublier les conditions de vie qui étaient les nôtres.
Et aujourd'hui, il ne me reste que cette photo, dans ce petit médaillon… Et tout ça pourquoi ? A CAUSE DE CES SALES ORDURES DE SORCIERS !
Je sais bien que contempler cette photo ne la ramènera pas. Mais revoir son visage me rappelle pourquoi je fais tout ça.

''Par pur hasard, ces coups de feu que j'ai entendu, tu ne saurais pas d'où ils venaient? ''

Qu'est ce que ? Putain c'est qui lui ? Encore un adolescent qui sait pas quoi foutre de ses soirées ? C'est quand même terrible, je passe une journée complète sans croiser personne et maintenant que je suis en pleine activité on se croirait sur Broadway !
Analysons le danger. Un jeune garçon, blond, habillé de manière trop chic pour être un « moldu ». Il a l'air méfiant, mais il a autre chose dans son regard. Il approche sa main de sa ceinture, plus aucun doute, c'est un sorcier. Il a entendu les coup de feu, et je crains que le flingue que je tiens toujours en main ne joue pas en ma faveur pour m'innocenter. Réfléchissons. Une simple pirouette comme avec la fille ne sera pas suffisant dans ce cas. J'aurais le temps de lui coller une balle dans le crâne. Mais il m'a rien fait ce gosse, et puis c'est encore un jeunot. Un plan. Il me faut un plan.
Gagner du temps.

« Rhétorique intéressante jeune homme. Du moins je l'espère, sinon je crains de devoir te qualifier d'idiot, mais je pense que ce n'est pas le cas. Eh bien oui, comme tu le vois, ces coups de feu que tu as entendu viennent de mon ami David. Grand Dieu, j'espère que tu n'es pas un de ces pseudo justiciers qui agissent sans connaître les circonstances. Je l'avoue dans mon cas, les apparences sont contre moi. Et si tu es bien ce que je crois que tu es, mes agissements ne te paraîtront pas des plus réjouissants. »

Nous sommes dans une ruelle assez vide, sombre, le soir grandissant peut peut-être jouer à mon avantage. Pas le temps de fabriquer un Molotov. Il y a des poubelles. J'ai une idée.

« Vois tu mon petit, il y a en ce monde des gens bien plus mauvais que moi, et je ne prétend pas être un saint. Mon but est de vider ce monde des ordures »

Un coup de pied bien placé dans la poubelle la fait se renverser, déversant sur le sol de multiple déchets. Voyons ce qui peut être utile. Ah… Parfait.

« Dis moi. Quel est ton but dans cette vie ? Tout jeune garçon devrait avoir un rêve... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 22:09
Mais... T'es qui toi ?!
✙ Libre ✙


Le vent. La bourrasque. La brise. La tempête. En fait, Bastian venait juste de se faire ignoré par la remarque qu'il avait lancé tout haut à propos du pêcheur en question quand un autre homme s'interposa et provoqua l'autre. Il écarquille les yeux avant de se faire tirer vers l'arrière, manquant de perdre l'équilibre avec la surprise.

Erp...!

Il finit sur les fesses, en face de la fille dans laquelle il avait lancé un déchet quelques minutes plus tôt. Il se prépare à recevoir un soufflante, mais non. Elle lui propose juste de rester spectateur. Pourquoi faire ? Il a envie de participer à la conversation lui aussi !

Me faire chopper ? De quoi tu parle ?

Nan, il voit pas que y'a de l'eau dans le gaze. Il n'a juste pas fait attention surtout. Il hausse les épaule et s'installe tranquillement, mettant ses mains derrières sa tête d'un air nonchalant. C'est pas faux, quand il regarde la scène en face d'eux, on peut sentir la tension entre les deux hommes. D'ailleurs, l'un d'eux se rapprochent de leur cachette et va donner une coup de pied dedans, déversant tout le contenu sur les deux. Bastian ouvre grand les yeux et se protège un peu tard la figure du joyeux petit tas maintenant sur sa tête et le recouvrant de la tête aux pieds. Il se secoue, essaie d'enlever le plus de pourriture possible de lui et lance un regard assassin au plus vieux.

Eh papi ! T'étais obligé de faire ça ?

Il se lève et glisse sa main vers la poche arrière, prêt à agripper sa baguette au cas où. Il pue maintenant. Et tant pis pour la prévention de la fille, fallait pas chercher.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Dim 27 Nov - 20:23
Invité

ft. Gio

ft. Greg, Stevie & Bast

「 Salut pour tous. 」
"De mieux en mieux..."


L'homme qui se trouve devant Gio, ce fameux ''prêcheur'' n'as pas l'air d'un moldu comme les autres. Sa façon de parler, de se tenir, son assurance alors entouré de pas moins de 3 sorciers, tout porte à croire qu'il n'a pas usurper sa réputation.
''Magnifique, magnifique!'' pensait le vampire, à la fois étonné et enthousiaste de se retrouver face à un tel individu.
Il voit alors l'homme en noir renversé une poubelle. Des déchets variés se dispersèrent sur le sol humide de cette rue londonienne, mais aussi deux élèves de Poudlard que l'italien n'eut aucune peine à reconnaître: Stevie et le flemmard à lunettes. A vrai dire, cela changeait quelque peu la donne. Si ils avaient été seuls, Giovanni aurait peut être dut en arriver à combattre son opposant. Mais là, dans une telle posture, les deux autres avaient l'air plus en danger que réellement apte à se défendre correctement. Qui plus est, le vampire ne pouvait pas vraiment déployer ses capacités, car il pourrait alors blesser Stevie.

Bien que son attirance pour l'étudiante lui fit se poser des questions, Giovanni était pour l'instant trop fasciné par son adversaire. Qu'avait il fait de si ''terrible'' pour qu'un chef de la pègre Italienne se sente dérangé, alors qu'il agissait à Londres? Plus que l'envie de l'affronter, le vampire voulait en savoir plus, lui qui avait toujours détesté les faibles et encore plus les nobles parmi eux, avoir affaire à un moldu, sans aucun pouvoir magique, qui saurait se défendre avec talent l’intéressait.

''Drôle de question dis moi. Tu la pose à tout les inconnus que tu croise? Enfin bon pour ta gouverne, je ne crois pas au rêve, seulement aux faits accompli. Mais si tu veux parler de comment je m'imagine plus tard, tu auras peut être ta réponse. Ou peut être pas.'' Répondit Giovanni à la question du prêcheur, pensant qu'il ne fallait pas trop en dire tant qu'il ne connaissait pas plus en détail l'individu.

"Tu fais pas mal parler de toi ici, et dans toute l’Europe d'ailleurs. Tu en es conscient? Qu'est-ce qu'un être dénué de pouvoirs magique pourrait il avoir sous sa manche pour inquiéter les sorciers?"

Giovanni prit sa baguette sans pour autant la pointer face à son adversaire, simplement par précaution. Car oui, même si lui ne l'avait jamais vu à l'oeuvre, les indications de la lettre en disait suffisement pour que l'étudiant se tienne sur ses gardes.

''Je suis capable d'incanter certains sorts sans les prononcer, ce qui me permettra d'être beaucoup plus réactif si il tente de s'en prendre à l'un d'entre nous. Enfin voyons si il est réellement hostile.''


Le soleil presque entièrement couché, un vent frai parcourais les rues assombries. Les lampadaires ne fonctionnaient plus très bien et un seul éclairait encore, vers le fond, illuminant faiblement. Tous allaient bientôt se retrouver dans la pénombre, ambiance pesante qui tombait à point nommé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Ven 2 Déc - 17:35
Invité

Salut pour tous.
ft. "Libre"





Le mec qui t'as prise pour une poubelle n'a pas l'air très futé, et il est dans la même maison que moi ? Hé bah. Arh j'ai envie de lui en coller une pour la boite de conserve et une autre pour le réveiller. M'enfin.
Le pasteur que j'avais croisé tout à l'heure s'approche de la poubelle, donnant un violent coup de pied et déversant tout son contenu sur nous. Alors là c'est la meilleure ... j'ai fait quoi pour mériter ça ? Je secoue la tête et retire les ordures de mes cheveux avec un air de dégoût. Si j'avais pensé à ouvrir mon ombrelle avant.
Mon compagnon d'infortune se lève en pestant, il a l'air plus réactif que tout à l'heure. Il c'est réveillé je crois.

En me levant j'aperçois Giovanni pas loin de nous, c'est donc avec lui qu'il était entrain de se disputer ... mais pourquoi ?

-C'est quoi ce foutoir ?

Je ne sais pas si me transformer est une bonne idée, il pourrait mal le prendre et devenir incontrôlable. Je passe ma main sur le manche de mon ombrelle, avant de l'empoigner doucement  pour ne pas éveiller les soupçons. C'est là que je planque ma baguette la plupart du temps, ingénieux non ?
Je regarde les trois hommes qui sont avec moi, lequel va dégainer en premier ?

Je jette un coup d’œil à Gio, c'est son combat je n'ai pas spécialement envie d'intervenir mais s'il se retrouve en danger je m'engage dans le combat. Si combat il y a.

-Vous êtes plutôt violent pour un simple pasteur dîtes moi, que vous a fait cette pauvre poubelle ? Vous aviez l'air "un peu plus" sympa quand vous m'avez bousculé tout à l'heure.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Lun 5 Déc - 4:35
Invité
Eh bien pèlerin, on dirait que cette fois t'es dans une merde noire. Déjà que l'autre blondinet avais pas l'air de déconner, il a fallut que y en est deux autres planqués dans les poubelles…
Excellent…  Enfin un peu de résistance. Ce ne se serait pas drôle sinon, c'est vrai où est le plaisir s'il n'y a aucune adversité ?

- Tu fais pas mal parler de toi ici, et dans toute l’Europe d'ailleurs. Tu en es conscient? Qu'est-ce qu'un être dénué de pouvoirs magique pourrait il avoir sous sa manche pour inquiéter les sorciers?

-Vous êtes plutôt violent pour un simple pasteur dîtes moi, que vous a fait cette pauvre poubelle ? Vous aviez l'air "un peu plus" sympa quand vous m'avez bousculé tout à l'heure.

- Ah ! Rebonjour charmante demoiselle ! Il est vrai que je n’apparaît pas sous mon meilleur jour, mais que voulez-vous, c'est les temps qui courent qui veulent ça…
Ce que j'ai sous ma manche demandes tu ? Hum… Je pourrais te faire un discours grandiloquent, te vanter avec ferveur ce qui fait avancer l'Humanité depuis son commencement face aux raclures de ce monde, t'expliquer en quoi l'homme faible peut trouver en lui la ténacité de survivre, tel un cancer qui revient toujours et encore pour emmerder un maximum ce qui le détruit. Mais non. Tout ceci n'est que mensonge. La grandeur de l'Humanité… Ce n'est pas ça qui a animé la flamme… Il existe une chose plus forte encore, une chose qui a fait se mouvoir plus d'un enfoiré comme moi. Un truc qui te consume au plus profond de ton âme… Ça s'appelle la rage mon petit. La rage donne plus de force que n'importe quoi en ce monde… Cette rage est confortée par ma Foi, et me donne une force que toi et tes amis n'ont pas. Il est un extrait d'un psaume que j'apprécie particulièrement :"Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : ton bâton me guide et me rassure. Tu prépares la table pour moi devant mes ennemis,  tu répands le parfum sur ma tête, ma coupe est débordante." Comprends-tu? Je n'ai pas peur de la Mort, et je sais que si je meurs, le Seigneur notre Dieu m'accueillera.


Merde, j'avais pas vu que c'était la p'tite. Déjà qu'elle était sur la défensive tout à l'heure, cette fois c'est marron. Par contre c'est qui cet espèce de p'tit con qui me traite de papi ! J'ai même pas la trentaine bordel !
Il n'est pas question d'entrer en confrontation directe. Trop risqué. Et je m'en voudrais de coller une balle entre deux yeux si charmants. Que ferais John Wayne… ?
Du bluff, un bon coup de poker. Seigneur… J'ai bien besoin d'un coup de pouce !

- Après, pour ce qui est de réellement vous nuire, ne va pas croire que je me ballade dans les rues de Londres sans un plan pour ce genre de situation. Ce serait faire preuve d'un réel manque de raison et d'anticipation. Mais d'abord dis-moi, je ne me rend pas bien compte. A quel point ton monde fait dans son froc ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Dim 11 Déc - 23:33
Invité

ft. Gio

ft. Greg, Stevie & Bast

「 Salut pour tous. 」
"De mieux en mieux..."


Le prêcheur n'avait pour le moment pas l'air d'avoir usurper sa réputation. Un moldu si assuré comme il l'est en ces temps-ci, qui plus est entouré de 3 sorciers, on en trouve presque jamais. La plus part se pissent dessus lorsqu'ils croisent un sorcier, et pour de bonnes raisons. Depuis l'arrivée de Voldemort sacralisé comme un empereur de tout, les moldus se faisaient exterminés à tour de bras. Serais-ce en partie la raison de la haine des sorcier qui anime le moldu armé?
Giovanni retenait le regard sérieux du prêtre. Il lui fallait d'une façon ou d'une autre tourner cette situation à son avantage. Seulement les deux derrière lui posaient quelques difficultés. Même si le sort de l'étudiant à lunette de l'importait pas plus que ça, celui de Stevie le préoccupait un peu plus. Il ne la connaissait pas encore très bien, leurs fameux rencard promis dans la salle commune n'ayant pas encore eut lieu. Saurait elle se défendre si le prêcheur l'assaillait? et si ce dernier était trop rapide?
Beaucoup de questions faisaient l'objet d'une réaction intense à cet instant.

- Après, pour ce qui est de réellement vous nuire, ne va pas croire que je me ballade dans les rues de Londres sans un plan pour ce genre de situation. Ce serait faire preuve d'un réel manque de raison et d'anticipation. Mais d'abord dis-moi, je ne me rend pas bien compte. A quel point ton monde fait dans son froc ?

Gio l'avait déjà deviné, l'homme en face de lui n'avait pas l'air d'un moldu lambda inconscient. S'il était là, c'était forcément pour une bonne raison, et il était préparé. D'après le communiqué reçu par hiboux quelques jours auparavant, l'on disait de lui qu'il était redoutable et dangereux pour les sorciers. Un tel homme dénué de pouvoirs magique était il réellement capable de tenir tête aux mages?
L'italien, entre amusé par la réplique du prêcheur et pressé par son assurance endurante, le regarda en souriant.

''Je ne sait pas vraiment à quel point tu inquiète le monde des sorciers, prêcheur. Je peux cependant t'avouer que certains gros bonnets parlent de toi, comme c'est le cas en Italie. Il semblerait que tu représente une menace pour eux, et pour les sorciers d'une manière générale. Mais ne t'enflamme pas, pyromane.'' Il avait en effet eu vent des actes du prêcheurs sur divers sorciers et mangemorts.
''Certains sorciers sont à tes trousses, des sorciers initiés. Ils savent ce qu'ils font, ils ont des capacités qui pourraient t'étonner. Si tu continues comme ça, à faire trop parler de toi, à être si aisément localisable, tu finiras comme tout les autres moldus jonchant les égouts londoniens. C'est ce que tu veux?''

La tension était notable. Le soleil désormais couché, seul un lampadaire éclairait alors la scène, embrumée par le froid hivernal. Que faire? Si il n'agissait pas en premier, Giovanni savait que le prêcheur lui n'hésiterait pas, et ça pourrait finir mal. Très mal. A moins que l'homme en noir était un bluffeur de haut niveau et que tout les dires à ses propos étaient surestimés. Mais le vampire voyait en lui un potentiel destructeur.

Gio n'avait plus le temps d'y réfléchir, il lui fallait agir vite. D'un mouvement assuré de baguette, sans la moindre incantation orale, il fit jaillir un sort en direction du précheur.
Ou plutôt, à coté de lui, sur Stevie.

C'était un sort de protection. Avait il fait le bon choix? L'étudiant allait vite être fixé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Ven 16 Déc - 4:39
Invité
C'est tout de même étrange. La nuit tombe enfin sur cette impasse mexicaine digne des meilleurs western spaghetti, une nuit sans étoiles au ciel nuageux. Si l'on ne regardais que lui, on pourrait presque croire que rien n'a changé depuis vingt ans. Vingt ans… Ces jeunots n'étaient sans doute même pas nés.
Le blondin n'a pas l'air de se démonter. Bon point pour lui. Ce serait triste vu le numéro qu'il me sort. Ah ah, je crois bien que les deux autres ne comprennent rien à ce qui se passe. C'est peut-être mieux ainsi.
Il est peut-être de mise de s'en griller une, ça sera peut-être la dernière, et puis, ça aide à réfléchir.

''Certains sorciers sont à tes trousses, des sorciers initiés. Ils savent ce qu'ils font, ils ont des capacités qui pourraient t'étonner. Si tu continues comme ça, à faire trop parler de toi, à être si aisément localisable, tu finiras comme tout les autres moldus jonchant les égouts londoniens. C'est ce que tu veux?''

Tiens donc. Je n'en espérait pas moins. Enfin un info intéressante, pas comme les jérémiades de l'autre tâche. Mais il marque un point. Il va falloir faire preuve de plus de prudence, opérer en plein territoire ennemis n'est pas chose aisée, enfin, quel endroit n'est pas occupé de nos jours ? Je ne pense trouver ce que je cherche en me terrant dans une planque « moldu ». « Moldu ». Putain ça veut rien dire !

Bien que la tension soit palpable, il règne un certain calme, à la faible lumière d'un lampadaire, aucun son dans la ville… Attendons donc de voir ce qui va suivre. Si tout se passe bien, le sang ne coulera pas ce soir. Du moins, ne coulera pas plus.

Qu'est-ce qu'il fout ? Eh merde. Un bon sur le côté ou je vais me faire griller !



Eh bien ? Ce n'est pas moi qui était visé ? Idiot. Pas question de lui laisser une seconde chance.
J'aime ce son d'un canon qui hurle. Le lampadaire explose comme prévu, provocant un flash qui devrait les surprendre.
Désolé mon vieux Jack, mais on va devoir se séparer. La flasque atteint les ordures sur le sol. Il ne me reste plus qu'à faire monter la température.
Un bon lancer de clope, combustible ,comburant et source de chaleur.
Les ordures prennent feu. Un beau spectacle.
Profitons de ce mur de flammes pour se tailler vite fait.
Un dernier regard en arrière. Qu'est ce que ça veut dire ? Une sorte de champ de protection ?
Imbécile. Il a eu des dizaines d'occasions de m'abattre, et le seul sort qu'il se décide à lancer c'est pour protéger cette fille ?
L'amour rend vraiment idiot… Enfin… Arrête de te mentir, tu aurais fait la même chose dans ce cas…
Une plaque d'égout. Le meilleur moyen de disparaître rapidement. Finalement l'autre blondinet avait raison, les égouts sont un bon refuge ces temps-ci… Bientôt… Je te le promet Seigneur… Ce sera leur corps qui tapisseront ces rues, et leur sang qui se déversera dans ces eaux sombres…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 22 Déc - 1:37
Oké. On s'barre.
✙ Libre ✙


C'est le bordel. Un peu beaucoup même. Récapitulons : Bast' se promenait tranquille à la recherche d'une connerie moldue quand il entend parlé de pêcheur. En s'approchant, il se fait violemment ignoré puis tiré derrière une poubelle dont le contenu se retrouve sur sa tête. Après une querelle dont il n'a absolument pas compris le sujet, voilà monsieur costard qui lance un Protego sur madame boîte de conserve tandis que papi roule par terre pour s'éloigner. Quoi ?

Il ne comprend absolument rien à ce qu'il se passe et il préfère rester simple spectateur. Il a même du mal à réaliser que les flammes sous son nez sont réelles. Oh wait... Il cligne des yeux. Une fois. Deux fois. Puis s'écarte en poussant un cri surpris, ra-terrissant sur son fessier. Il rampe en arrière. Et pourquoi lui il n'a pas le droit d'avoir une protection, hein ? Favoritisme !

A l'abri du mur de flamme, il se relève et cherche le papi du regard. Parti. Disparu. Il soupire. Pourquoi il arrive toujours aux mauvais moments et quand il ne le faut pas ? Glissant un regard vers miss boite de conserve, il fait quelques pas chassés sur le côté avant de filer en douce.

Bon. J'y vais moi, hein. Salut !

Il devait se faire engueuler de base, non ? Eh bien... Ca sera pour une autre fois. Il se concentre un peu, essaie de visualisé un endroit tranquille, calme et où on trouve toujours des babioles intactes. Les égouts. Ouais. Bonne idée. Dans un claquement sourd, le corps du serpentard se volatilise. Le voilà à transplaner jusqu'aux égouts. Ne maîtrisant pas bien ce moyen de transport, il trébuche un peu, titube puis percute quelque chose... Ou quelqu'un.

Huh...! Désolé.

Il relève la tête, croise le regard de... Papi ! Il écarte les yeux, se recule fissa, tombant presque dans l'eau croupie d'à côté. Il était là ? C'était peut-être un sorcier fana des moldus lui aussi et qui voulait juste chercher des objets comme l'adolescent ? Et Bastian savait à quel point on voulait trucider les gens comme lui : fascinés par les moldus. Il se redresse.

Heum... Faites pas attention à moi.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mer 28 Déc - 0:53
Invité
Salut pour tousIncompréhension

Stevie

Gregorian, Bastian et Giovanni


Pffff franchement je comprends plus rien, de base je suis juste venu ici pour me balader comme toutes les semaines ! C'est trop demandé de pouvoir rester un peu tranquille par moment ou non, apparemment c'est pas possible.
D'abord je suis tombée sur ce prête de mes deux ultra chelou, puis sur l'autre dégénéré qui m'a prise pour une poubelle et là je suis face à un règlement de compte qui implique le mec que j'aime ! Ça devrait aller je crois niveau journée pourrie.
D'ailleurs Giovanni a lancé un sort, au début j'ai cru que c'était un sortilège d'attaque mais non c'est juste un Protego pour moi, au moins il pense à moi c'est mignon m'enfin c'est un peu vexant quand même. Ouais là je vais être d'humeur irritable je sens, bonjour la vélane qui sommeil en moi.

Puis c'est l'explosion, un véritable brasier se forme devant nous ... oubliant totalement le sort de protection autour de moi j'ai le réflexe de me protéger le visage.
En quelques secondes la ruelle c'est illuminé et l'homme en a profité pour s'enfuir.
Le mec aux cheveux bleu en profite pour partir aussi, mouais mais crois pas que tu vas t'en tirer comme ça.
Le Protego se dissipe et je me retourne vers Gio.

-Je ... je vais rentrer.

Je suis énervée, confuse ... je ne sais pas trop quoi penser de tout ça. Je lui fais un signe de la main, remets ma baguette à sa place et m'en vais en ouvrant mon parapluie. Je crois que les balades par les temps qui courts c'est terminé.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mer 28 Déc - 3:10
Invité

ft. Gio

ft. Greg, Stevie & Bast

「 Salut pour tous. 」
"De mieux en mieux..."


Tout se passa très vite. D'abord, la réaction du prêcheur. Comme le pensais Gio, il avait prit son sortilège comme une attaque, et tenta une esquive par réflexe. Mais il alla encore plus loin. Le vampire, qui n'était alors pas préparé à ce qui allait suivre, finit ébloui par le flash lumineux que produisit les flammes engendrées dans cette nuit sombre.
Cela agaça d'ailleurs l'italien, il avait fait une erreur, ou du moins il n'avait pas envisagé ce genre de réaction. Comme il l'avait remarqué, le prêcheur avait tout prévu et n'était pas là par hasard. Il s'était préparé, et même en mauvaise posture, il avait réussi à s'en tirer. Pour le coup, c'était la première fois qu'un moldu sans pouvoir magique l'impressionnait autant, et Giovanni comptait bien ne par en rester là.

Stevie quant à elle n'avait rien, comme le voulait l'italien. Cependant, cette dernière semblait sur les nerfs, peut être parce qu'elle se sentait inutile, ou parce qu'elle n'avait pas voulu qu'on l'aide. Enfin bon, s'il ne l'avait pas fait, elle aurait sans doute été blessée par la propagation rapide des flammes sur les déchets environnant le sol.

-Je ... je vais rentrer.

Oui, elle était agacé. Giovanni ne voulait pas envenimer les choses. Il savait que s'énerver pour son manque de lucidité en combat lui était déjà arrivé, et ne s'occupait donc pas de la rattraper. Il l'avait aidé, c'était un fait. Elle le pardonnerait bien un jour, le vampire n'avait pas des sentiments pour une fille bête d'esprit au point de se vexer longuement pour si peu, toute vélane était elle. Il avait confiance.

A peine avait il laché Stevie du regard, son ombrelle à la main, que Giovanni remarqua l'absence du dépressif, ce qui à vrai dire ne l'importait pas plus que ça.

Je vais devoir prendre plus de précaution lors de notre prochaine rencontre. Ce prêcheur à plus d'un tour dans sa manche...Ou dans son flingue. Je ne sais pas vraiment ce que je vais rapporter à l'autre patron de la pègre en Italie, mais ce moldu est très intéressant. D'autres alternatives s'offrent peut être à moi... Pensa Giovanni, retournant à son appartement.

Il faisait sombre à Londres, seules les maigres flammes encore vivantes éclairaient le dos du vampire. Après tout, tout était sombre à cette époque...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Jeu 5 Jan - 23:37
Invité
L'obscurité s'offre à moi encore une fois. Dans ces longs tunnels souterrains, où règnent les ombres, je me sens presque comme chez moi... J'y ai vécu pendant longtemps faut dire... Ils forment des planques parfaites quand on sait se fondre dans les ténèbres. C'est une chose que j'ai du apprendre très rapidement, dès mon plus jeune âge. On y passait pas mal de temps avec le petit Timmy, mais ça ce n'est qu'un détail. Quand les sorciers ont frappés, les seuls lieux qu'ils ne fréquentaient que pour chasser étaient les égouts. On avaient bien quelques excentriques à la recherche d'objets "non-mage" qui descendaient, mais alors seuls dans notre milieux devenu naturel, ils n'avaient aucune chance. Atavisme. Dans ces moments là ne comptait que les plus bas instincts primaires de chasseurs. Pour ça il nous fallait adopter toutes sortes de stratagèmes, rapport aux baguettes, c'est là que j'ai très certainement développé mes méthodes de traque. Y en a plusieurs qui sont passés au surin… On ne pouvait pas avoir la paix là haut, alors pourquoi se permettaient-ils de venir empiéter sur notre territoire ?

Enfin la paix… La journée n'a pas été de tout repos. Il a déjà fallut localiser la famille Peterson. Ce fut plutôt aisé, apparemment le gamin devait partir à Poudlard. Première année. Je pense qu'il a raté son train avec toute cette histoire… Au moins il a fait un bon appât. Les parents sont toujours plus enclin à filer leurs baguettes quand une canon est braqué vers le crâne du gosse…
Mais ça encore c'est la routine. Non, le plus chiant c'était bel et bien la confrontation avec ce blondinet… Ça a le mérite d'être clair. Même en Europe on cherche à m'arrêter. Faire profil bas quelques temps serait peut-être de mise… Ou alors… Oui… Ça me permettra de calmer le jeu un petit temps tout en servant mes plans. Le blondinet passe en premier sur ma liste…

Bon. Il s'agit maintenant de rejoindre la planque la plus proche. Si je me souviens bien dans cette partie de la ville, il vaut mieux aller à… Qu'est ce que c'est que cette merde ? Mais !

Huh...! Désolé.
Heum... Faites pas attention à moi.


C'est raté. C'est l'autre petit con qui m'a traité de Papy. Qu'est ce qu'il me veut ? Il me traque ou quoi ? Je vous lui faire un sermon qu'il n'est pas prêt d'oublier…

- Putain t'es qui, raclure ? Qu'est ce que tu fous là ? Tu bosses pour qui ? REPOND !

Je devrais peut-être arrêter de lui écraser le visage sur le mur pour qu'il puisse en placer une. Je lui ai pété ses lunettes, les genoux viendront plus tard... Il me faut d'abord des réponses...

- PARLE !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 13 Jan - 18:43
Détends toi l'anus pépééé !
✙ Libre ✙


Q...Qu...?

Lui qui l'avait pris pour un papi tout à fait tranquille, le voilà plaqué brutalement au mur, s'en prenant plein les oreilles. Il écarquille les yeux tellement il est surpris. Lui, bosser pour quelqu'un ? Et puis, il veut bien l'avoir appelé papi, est-ce réellement une raison pour se faire appeler "raclure" en échange ? C'est allé vite, à tel point que ses lunettes sont tombées de son nez pour se briser au sol. Super, et qui va devoir les réparer ? C'est bibi ! Vive les oculus réparo. Bastian bégaille.
Par habitude, il aurait été fasciné avec plein d'étoiles dans les yeux. Ce type là, c'est un moldu, pour sûr. Un sorcier aurait dégainé sa baguette. Pas plaqué son poto contre le mur. Et les moldus, Bastian a toujours rêvé d'en approcher un. Il espérait néanmoins qu'ils soient plus pacifistes, moins violent et nerveux. M'enfin, on ne peut pas leur en vouloir vu le contexte.

Hééééé, calme toi ! Calme toi ! J'vais parlé, oké ?

Il panique quand même un peu beaucoup. Faire la crêpe contre la pierre c'est pas vraiment son truc. Et encore plus quand le type qui vous coince fait trois têtes de plus. Levant les mains et les plaquant contre le mur pour montrer sa soumission - parce qu'il ne veut absolument pas paraître agressif, on sait jamais avec ce genre de fou, tous signe suspect c'est une menace, quelle bande de parano... - il déglutit.

Primo, je bosse pour personne. J'me suis juste barré dans les égouts parce qu'on peut y trouver des objets moldus.

C'est con dit comme ça, un sorcier qui cherche des objets moldus.

Si tu me crois pas cherche dans la poche de ma veste, y'a un... Un quoi déjà..?

Un briquet petit russe. Et tu espère que l'autre va bien croire que tu es inoffensif. Mais bon, montrer au plus vieux que tu collectionne les babioles des non sorciers ne va peut-être pas te laisser la vie sauve.

Secundo, j'ai aucune intention de lever la baguette sur toi... T'étais pas censé être là de base...

Alors fout moi la paix, tu me gêne et va cramer d'autres souris ailleurs avec ton engin qui fait un bruit du démon.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mar 17 Jan - 20:06
Invité
Une des choses les plus dures à concevoir pour un être humain lambda, habitué à avoir le dessus sur n'importe quelle créature de cette Terre, pouvoir qui lui a été donné par notre Père à tous, est de se retrouver dans la position où un être, différent de lui de par sa nature, puisse être plus puissant, et soit capable d'un simple geste de la main de le faire disparaître dans le grand néant. Il faut bien admettre que lors de la découverte du monde de la magie, monde qui nous était alors inconnu, ou seulement relaté dans les légendes et les livres les plus absurdes, nombre d'entre nous se sont remis en question, à la fois eux-même, mais surtout leur foi en notre Seigneur. Comment aurait-il pu laisser de tels êtres sur la surface de la Terre? Il faut bien admettre que je me suis moi même posé cette question. Mais j'ai obtenu réponse...
Il n'empêche que lorsqu'ils sont à ma merci, ils ont l'air beaucoup moins puissants... Et notamment celui là.
Petit, chétif, débraillé. D'où il sort? Du cul d'un schtroumpff constipé? Plutôt jeune, je lui donne pas plus de dix-huit ans. Il est sûrement encore à leur école de magie. Un apprenti... La proie n'en est que plus facile à maîtriser... Il était avec l'autre gusse et le chewing-gum. Hum... Il a peut-être les infos qu'il me faut... Il va craquer tôt ou tard et me dire tout ce qu'il sait en se pissant dessus. Fort heureusement, nous sommes dans des égouts.

Hééééé, calme toi ! Calme toi ! J'vais parlé, oké ?

Bien. Qu'est ce que je disais. Faible.

Primo, je bosse pour personne. J'me suis juste barré dans les égouts parce qu'on peut y trouver des objets moldus. Si tu me crois pas cherche dans la poche de ma veste, y'a un... Un quoi déjà..?

Un briquet. Tiens donc! Amusant ça. Comme si le destin s'acharnais sur ce pauvre petit être... En tout cas il va aller remplir ma collection.

Secundo, j'ai aucune intention de lever la baguette sur toi... T'étais pas censé être là de base...

A croire qu'on est censé mourir docilement et pas se planquer dans les égouts. En tout cas il a l'air de dire la vérité. Il n'a pas l'air d'être une menace. Peut-être que je n'aurais pas besoin de lui briser les bras pour qu'il me dise ce que je veux savoir. Dommage... Laissons le retrouver ses esprits, le mur ne doit pas être si confortable. Mais David va garder un œil sur lui.

" Tu viens sur notre territoire et tu oses me dire que je n'étais pas censé être là? Intéressant. Tu te rend compte que c'est dangereux pour un gamin comme toi de traîner dans un endroit pareil? Surtout quand je suis dans le coin... Bon. Je vais pas passer par quatre chemins. J'ai besoin d'infos et tu tombes à pic nabot. Je te laisse tout de même le choix entre deux méthodes.  Soit tu me dis tout tout de suite et je te laisse filer tranquillement, et il n'y aura pas d'effusion de sang, soit tu résistes mais alors je crains que tu ne pourras jamais apprendre à jouer du piano. Compris? Alors maintenant dis moi. Qui était cet hurluberlu blond qui avait l'air de si bien me connaître? Je veux que tu me dises tout ce que tu sais sur lui. Si tu mens, je le saurais. Parle."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 1 Fév - 23:03
Détends toi l'anus pépééé !
✙ Libre ✙


Sur leur territoire ? Depuis quand les dégoûts étaient le territoire des moldus ? Bastian n'en savait rien. En fait, il savait que les moldus se cachaient, mais les égouts n'étaient pas spécialement ce dont à quoi il avait pensé. C'était sale, humide, et glissant et vivre à côté des rats c'était pas le plus hygiénique. Mais d'un autre côté en y réfléchissant bien c'était justement l'endroit le mieux placé pour faire profil bas et ne pas se faire repérer par les sorciers. Enfin, étonnant que personne ne soit déjà descendu pour aller y fouiller et chasser le moldu. Sans doute il l'avait déjà fait et les moldus migraient... Ingénieux.

Papi barbu a la rogne. Bastian le sent bien. Mais il faudrait apprendre à se détendre les testicules de temps en temps, surtout devant un gamin comme lui. Il déglutit. Mais écarquille les yeux quand les questions sur senor blondinet lui sont posées. Qu'est-ce qu'il en sait ? Il l'a vu une fois, torturer une araignée avant de la faire exploser dans le dortoir, comme s'il n'était pas déjà assez crado comme ça. Et puis... Et puis c'est tout. Il avait vraiment une tête de monsieur je sais tout avec ses lunettes ?

Détends toi l'anus à la fin...! qu'il grommelle. Le blond j'le connais même pas, il est juste dans la même maison que moi et alors quoi ? Je sais même pas comment il s'appelle !

Et dieu sait que je vais le taper la prochaine fois que je le verrai parce que je vais me retrouver avec un nez cassé par sa faute.

Il soupire, maintenant le regard du plus vieux en fronçant les sourcils. Et s'il le croit pas ? Eh bien tant pis, c'est pas comme s'il n'avait pas l'habitude de se prendre des coups par les grands depuis son plus jeune âge, et c'est sans doute ce qui lui a fait naître cette petit confiance.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» de la lecture pour tous !
» [RP DERIVE] Tous pour un, un pour tous
» La cuisine pour tous les gouts
» Des bonbons pour tous les goûts <3 [Pv]
» Une honte pour tous les haitiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum de Traverse :: Flood :: La Poubelle :: Ancien RP-
Sauter vers: