:: Flood :: La Poubelle :: Ancien RP Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Fini] Aujourd'hui, récurage de chiottes ! ... Ou pas. [Feat. Lysander Blackwood]

avatar
Messages : 258
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 18
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Oct - 1:27
Siffler en travaillaaaant...
✙ Lysander Blackwood ✙


C’est une magnifique journée aujourd’hui. Les oiseaux chantent. Les fleurs dansent au gré du vent. Des journées comme celles-ci, Bastian les passe en retenue. Mais genre, les belles retenues bien chiantes. Et crades. Du genre récurer les toilettes de fond en comble sous les gloussements de Mimi Geignarde. Ah. On aimerait tous être à sa place. Tous à être à quatre pattes dans chaque cabine inondée, le nez dans le royal trône puant, à gratter la crasse et déboucher les tuyaux avec ses petites mains. Le petit schtroumpf marmonne. Il ronchonne même, dans la barbe qu’il n’a pas.

Alors. Comment il s’est retrouvé là ce crétin ? Oh. Il a juste trouvé amusant de mettre un de ces pétards dans sa potion et d’éclabousser le professeur qui passait à côté de la belle et douce mixture rosâtre et puante qui reposait dans son chaudron. Et comme par hasard, il eut fallu que son petit canard en sucre de professeur blond passe à côté au même moment. Celui-ci n’avait pas supporté que son chéri soit sali par cette chose.

Parce qu’il le salit pas avec autre chose peut-être…

Malheureusement, les châtiments corporels ne sont pas autorisés sur les sangs purs. Malheureusement Bastian en fait partie. Mais il n’échappe heureusement pas aux retenus et pour le coup, son professeur de défense contre les forces du mal s’en était donné à cœur joie.

Magie interdite hein ? qu’il marmonne le gosse. T’as rien trouvé de plus utile que de me piquer ma baguette pour en être sûr sale blond…

Il attrape l’éponge et la plonge dans le seau. Ses genoux son trempés et son nez commence à le supplier d’aller respirer autre chose que les conduits bouchés des toilettes. Sans parler de ses oreilles qui se dressent sur les côtés de sa tête, prêtes à recevoir un quelconque gloussement de la part du fantôme de la jeune fille. Voldinou aurait dû l’expulser du château elle aussi. C’est le seigneur des ténèbres, non ? Il doit bien savoir comment virer un fantôme des toilettes puisqu’il est si puissant ! Il soupire, s’essuie le front.

Bordel ! Comment ils faisaient les moldus pour ne pas avoir mal au dos quand ils récuraient leur chiottes ?

Il balance son éponge de l’autre côté de la salle avec ardeur et s’assoit par terre, soufflant un coup. Il se gratte le menton un instant, réfléchissant à un moyen pour emmerder deux fois plus son professeur de potion au prochain cours. Ça lui apprendra peut-être à lui donner des retenues un peu moins crasseuses. Pourquoi on n’embauche pas de femme de ménage dans ce château ? Ou pourquoi les serpillères magiques ne font pas leur travail ? Et les elfes de maison, ils branlent quoi à par chercher des chaussettes sous les lits des élèves ? Il râle, Bastian. Sans se douter que l’éponge qu’il avait jetée auparavant avait atterrit sur la tête de quelqu’un…

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Oct - 17:59
Mes cours de ces derniers temps semblait être maudit. Il y'a quelque temps ma salle c'était retrouvé enfumé par un élève un peu trop pressé pour prendre la peine d'attendre la fin des instructions, et aujourd'hui c'était au tour d'un petit plaisantin de ruiner mes vêtements. Et pas n'importe quel plaisantin non non, c'était bien sur le même et unique Bastian qui a eu la fabuleuse idée de déposer dans sa concoction un ingrédient supplémentaire connu sous le nom de pétard… J'aurais du me méfier plus de cet étudiant connaissant sa fâcheuse tendance a faire bêtise sur bêtise, et de le voir assis aussi sagement pendant tout le cours aurait du me mettre la puce a l'oreille. Maintenant je me retrouvais couvert d'une substance rosâtre, gluante et infect..bref un bon début de matinée en perceptive !

Je dois tout de même avouer qu'entre nous deux, je dois être celui qui me retrouvait être le plus chanceux au final. Bastian aurait du mieux choisir son timing, puisqu'au moment ou le pétard explosa, un certain professeur de défense contre les forces du mal poussa la porte de ma salle de classe. Autant vous dire que la vue ne plut pas du tout a mon amant.. Une flopée de menaces plus tard et voila le bleuet qui se voit offrir un détention qui se promet d'être mémorable. Nettoyer les toilettes a la brosse et sans utilisation de magie, on peut dire que ca fait mal….l'imagination de Zephyr en matière de châtiments m'a toujours laissé perplexe. Cependant, il en faisait parfois un peu trop. Je suis bien d'accord avec lui que Bastian n'avais absolument aucune raison de faire ce qu'il venait de faire, et que bien sur il méritait une punition, celle la était peut etre exagérée… Je tenterais de raisonner Zeph plus tard, pour le moment j'ai un cours a terminer…

_____________

Qu'est ce que ca pouvais faire plaisir de se sentir a nouveau propre ! Des que mes cours furent finis, je me précipita dans ma chambre afin de me débarrasser du liquide qui maculait ma robe et mes cheveux. Plusieurs douches plus tard (l'odeur était tenace pardi !) et un petit tour dans ma garde robe, et me voila qui ressortais tout neuf de mes appartements. Je jeta un coup d'œil a ma montre de poche et me dirigea vers les toilettes ou Bastian se trouvait surement encore. J'avais tenter de raisonner mon blondinet afin qu'il allège la punition, mais malgré mes arguments il était resté aussi têtu qu'un troll. Il était donc temps que j'aille prendre les choses en main par moi-même.

Je poussa la porte des cabinets et fis quelques pas a l'intérieur avant d'être accueillis par un projectile lancé tout droit dans ma direction. Voulant a tout prix eviter de me prendre une éponge salle, je fis un pas précipité sur le coté. Mauvais choix. En plus de me faire percuter en plein torse par l'objet , mon pied atterrit droit dans un seau d'eau a la propreté douteuse ce qui me fit perdre mon équilibre.

"oh bloody hell"

Je n'eu même pas le temps de me rendre compte de ce qu'il se passait que je me retrouvais trempé et étalé de tout mon long sur le carrelage de la pièce. Maintenant je suis a nouveau bon pour retourner me laver, et en plus de ca je suis pas loin d'avoir une fracture de coccyx…Si ca ce n'étais pas une arrivé triomphante ! Je dégagea le seau de mon pied et repoussa l'éponge avec une mine dégouté avant de me relever en grognant. Je ne tarda cependant pas a retrouver ma contenance en voyant mon élève me fixer. Le rouge me monta aux joues en repassant la scène dans ma tête: je venais de lui offrir un spectacle particulièrement humiliant pour moi, en plus d'une séries de mots qu'il n'aurait jamais du entendre de ma bouche. Toussotant, je tenta de durcir mes traits pour ne pas qu'il voit mon embrassement.

"Et bien cendrillon, a ta place je n'accueillerais pas ta bonne marraine de cette sorte a moins que tu souhaite lui donner envie d'empirer ta situation…"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 258
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 18
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Oct - 18:04
Siffler en travaillaaaant...
✙ Lysander Blackwood ✙


Bastian, il est con. Il est comme ça, c’est dans sa nature. Alors quand il entend un grand fracas suivit d’un magnifique juron, il ne peut s’empêcher de regarder le spectacle et d’éclater de rire à la fin en applaudissant. Son professeur de potion – tiens ça faisait longtemps qu’on avait pas parlé de lui – vient de lui montrer comment se retrouver au sol avec classe. Le schtroumpf se tient le ventre, replié sur lui-même. Il s’essuie même les yeux.

Eh bah m’sieur ? Une éponge vous suffit pour vous mettre dans une pareille situation ?

Il se tord de rire, puis se calme devant l’air sérieux de son professeur. Malgré qu’il ne puisse échapper quelques pouffements, il soutient son regard, admirant son merveilleux look. Il était sûr que son canard en sucre de professeur de défense contre les forces du mal adorerait son nouveau parfum.

Désolé m’sieur. C’était pas censé vous viser, promis.

Bastian se lève et va ramasser le pauvre seau tombé au sol, déversant son contenu joyeusement. Il n’avait rien fait pour se faire rentrer dedans ainsi. Il l’attrape par l’anse et va le rincer dans le lavabo le plus proche, laissant son professeur en tête à tête avec sa crasse un petit moment. Il se met même à siffloter. Enfin, il reprend son éponge. Elle non plus n’avait rien fait pour se prendre un prof’. Le mur aurait sans doute été plus agréable.

Sinon, j’peux vous aider ? qu’il fait avec un air nonchalant.

Non pas que Bastian se doute que Lysander vient lui rendre visite pour vérifier si sa retenue se passe correctement, mais il est surpris que ce ne soit pas Zephyr. Après tout c’est de sa faute si le schtroumpf s’est retrouvé dans cette situation. Bastian ? Il voulait juste mettre un peu d’ambiance dans la salle de cours. C’est vrai quoi. C’est pas qu’on s’emmerde le cul collé à sa chaise en touillant leeeeentement le contenu de son chaudron, mais c’est tout comme. Et c’est pas comme si Bastian n’avait pas réussi sa recette. Il l’avait juste personnalisé un peu. Histoire d’y mettre sa patte quoi…

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Oct - 18:22
Bien sur, comme l'éléve parfaitement conventionnel qu'il était, Bastian ne pu s'empecher de rire aux grands éclats, ce qui ne m'aida absolument pas a faire baisser mon embrassement: qui ne serait pas en train de se plier face a une cascade pareil… Heureusement pour lui il eu quand meme le bon sens de s'excuser. Je soupira et radoucit mon visage dans une expression qui me seyait beaucoup mieux que la precedente.

"Ne t'en fais pas Bastian , je m'en doute bien. Mais a l'avenir pense a regarder derrière toi avant de t'amuser a jeter des objets au hasard. Ca aurait très bien pu être Zephyr qui poussait cette porte, et dans ce cas il aurait été bien moins clément avec toi. Juste un simple conseille de survie…."

Je profita que le bleuet s'occupe de retourner remplir son seau pour le suivre au lavabo avoisinant. J'ouvrit le robinet et laissa l'eau fraiche me couler entre les mains avant de la passer sur mon visage et dans les cheveux, tentant d'enlever le liquide qui m'avait maculé auparavant. C'était déjà ca de moins a nettoyer plus tard. Pendant un instant, seul le bruit du sifflement nonchalant de Bastian et celui de la cascade du lavabo résonna dans les toilettes. IL brisa le silence paisible quelques instant plus tard de sa voix naturellement nonchalante, presque trainante de lassitude.

"Sinon, j'peux vous aider?"

Je me retourna face a lui et repoussa les mèches humides et désormais presque transpirantes qui collaient a mon front.

"C'est plutôt moi qui devrais te poser cette question. Je suis venu voir comment se passait ta retenue, et accessoirement te donner un petit coup de pouce. Zeph a un peu exagéré et je préfère honnêtement que tu passe ton temps le nez dans tes leçons que dans la cuvette des toilettes. Comme il n'a rien voulu entendre quand je lui en ai parlé, j'ai décidé de gérer les choses par moi-même et tant pis pour la tête de nœud qu'il est…"

Je sortis ma baguette et en un seul sort bien connu, les toilettes se nettoyèrent par elles même. Le carrelage était désormais luisant et un parfums de propre avait remplacé l'odeur nauséabonde précédente.

"Ca sera notre petit secret" Je ponctua ma phrase d'un clin d'œil complice. "Par contre je n'ai pas pu te récupérer ta baguette, je ne suis pas vraiment professionnel en l'art du pick-pocket, même a l'aide d'un accio…"

Mon regard croisa le seau d'eau propre qui reposait aux pieds de Bastian, et une idée me germa dans la tête. Je me dirigea d'un pas décidé et en attrapa la anse et le leva a hauteur de torse.

"Pour tout a l'heure" Sans un mot de plus, je pris mon plaisir a le verser sur la tête de mon élève.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 258
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 18
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Oct - 18:34
Siffler en travaillaaaant...
✙ Lysander Blackwood ✙


En entendant la tentative de négociation avec son chéri de la bouche de son professeur de potion, un sourire s'étire sur les lèvres du plus jeune. Zephyr ? Le graaaand Zephyr ? Négocier quoique ce soit ? Jamais Bastian n'en avait entendu parlé. Mais le refus fait à son amant étonne le serpentard. Comme quoi le blond souhaite réellement que Bastian passe un salle quart d'heure. Ce qui n'était pas totalement injustifié. Bastian ne compte plus le nombre de fois où il a fait râler l'oriental pendant son cours et le nombre de fois où il l'a exclu de cours. Ce qui amusait le bleuet c'était la tête qu'il tirait quand il lui rendait sa copie. C'est ça d'être doué naturellement. On peut faire de foutoir à côté sans en payer les conséquences. Et ça, l'adolescent en profite extrêmement bien. Il se met à l'aise le Bastian.

Oh, c'pas comme si j'allais me plonger dans mes manuels au lieu d'être ic...

A peine qu'il ait fini sa phrase que Lysander donne un coup de baguette. En quelques secondes, la salle est nickelle. Bastian ouvre grand ses prunelles bleues. Merde alors. Il devrait retenir la formule, ça lui serait fort utile pour les futures retenues. Admiratif, il regarde son propre reflet au sol et ses narines bénissent le professeur de potion pour le changement d'odeur. Mais l'ado n'était pas vraiment prêt à recevoir un seau d'eau sur la tête, et se crispe alors que le liquide le glace. Ses habits lui collent maintenant au corps et il doit s'essuyer la bouille pour chasser l'eau lui brouillant la vue. Il secoue même la tête comme un chien mouillé avant de se tourner vers le plus vieux avec des yeux de merlans frits.

C'pas cool ça m'sieur, qu'il fait la mine presque vexée.

En temps normal, un élève baisserait la tête, rongé par la culpabilité en marmonnant encore et encore des excuses. En temps normal, il n'aurait tout simplement pas commencé à faire exploser un pétard dans sa potion en plein cours. En temps normal il n'aurait pas non plus esquissé un sourire et rapproché sa main du robinet pour l'ouvrir et jeter de plus belle de l'eau sur son professeur. Sauf que Bastian est tout sauf un élève normal et que lui, il aime provoqué et rendre ce qu'on lui a fait. Toujours tourner l'appareil en sa faveur... Même s'il risque de se retourner contre nous, ce qui est fort probable. Mais Bastian sait bien que Lysander ne lui donnerait dans tous les cas pas une punitions pire que récurer des chiottes. Et il sait bien que ce dernier préfèrerait que Bastian étudie plutôt que de faire des lignes. Alors il en profite. Il espère juste que ce cher canard en sucre blond de Zephyr ne pointe pas le bout de son nez à ce moment là. Parce que ouais. Il est sûr que le professeur de défense contre les forces du mal le prendrait mal. Il serait peut-être jaloux même.

Du coup, Bastian se cache derrière un autre lavabo, à l'affût, en roulant. C'est bien d'être petit. Ca peut se faufiler partout.

Moi j'dis. C'est d'la triche, vous avez votre baguette.

Parce que oui, dans un jeu, il vaut mieux que tout soit équitable. Sinon la peste risque de frapper. Et pas besoin de baguette pour faire des coups en douce. Le soucis, c'est que l'eau ça mouille. Woah. Première nouvelle. Mais du coup, ça empêche les pétards d'exploser. L'adolescent espère juste que son briquet qu'il garde précieusement dans sa poche n'est pas abîmé. Il ne sait toujours pas comment il fonctionne, à part peut-être qu'il fait du feu grâce à du gaz. Mais est-ce que ça marche comme des allumettes ? Alors là, la question reste à vérifier.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Oct - 18:50

"C'pas cool ca m'sieur."

L'expression de mon élève le moment suivant me procura un sourire de satisfaction. Il avait l'air bien, planté sur ses deux pieds au milieu des toilettes et trempé comme un chien. Cependant, c'est de Bastian dont on parle, et bien sur il n'est pas du genre a baisser la tête bien gentiment. Le sourire narquois qui de dessinait sur ses lèvres me fit comprendre qu'il prenait cette provocation comme un jeu, et l'instant d'après il alluma un lavabo pour m'envoyer une gerbe d'eau a la figure et détala pour se trouver une cachette avant ma riposte.

Je dois avouer que ce n'étais pas vraiment sérieux pour un professeur, mais sur le moment j'avais bien envie de m'indulger un peu de détente. S'il croyais que je n'allais pas me prendre au jeu a mon tour… J'essuya les gouttes d'eau de mes yeux d'un revers de manches tandis que j'entendais le bleuet de plaindre du manque d'équilibre du combat qui allait venir. Effectivement, j'étais en possession d'une baguette et pas lui, ce qui a vrai dire me convenait parfaitement.

"Oh mais j'en ai pleinement conscience…et je compte bien en profiter !"

Je brandis a nouveau ma baguette en direction des lavabos, et en un geste ils s'ouvrirent brusquement a pleine puissance, éclaboussant tout autour d'eux. Je l'avais bien vu se glisser derrière un des bacs de porcelaine blanche, et a ce stade il devait déjà s'être pris une bonne giclée. On verra bien qui finira le plus mouillé a la fin de cette partie. Me préparant a contrecarrer par un sort, je fit doucement le tour des éviers, cherchant la forme de Bastian de mes yeux. Il ne pouvais pas rester bien discret dans cet environnement avec ses cheveux d'un bleu électrique qui détonnaient dans la blancheur du décor.

Bingo. Derrière un lavoir je pu apercevoir un bout de pied qui dépassait. Sans plus attendre, je formula un nouveau sortilège dans ma tête et un fin serpent d'eau en sortis, glissant discrètement vers sa proie sur le carrelage couvert de flaques. Une fois arrivé devant lui, un nouveau geste de ma baguette fit se redresser ce serpent aquatique, et bondir sur Bastian comme un cobra sur sa victime, se transformant en une grosse gerbe qui l'atteignais en plein visage a plusieurs répétition avant de s'éclater a terre en centaines de gouttelettes.

Heureusement que la magie existe, car une fois ce combat terminé, il va y'en avoir de l'eau a epongé au sol…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 258
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 18
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Oct - 19:40
A c'qu'on est bien quand on est dans son bain...
✙ Feat. Lysander Blackwood. ✙


D'un côté, Bastian est mauvais joueur. Ouais, il aime pas perdre. Pour ça, il hésite pas à tricher. Mais d'un côté, perdre lui apprend des choses. Et ça fait marcher son cerveau, chose qu'il fait au final rarement. Parce que tricher avec sa baguette pour pendre l'autre par la cheville ou lui faire cracher des limaces en plein duel, il sait faire. Et parfaitement. Un jour, il a abusé du sortilège de rictusempra sur un première année pour montrer à ses copains de sa maison comment on récupérait le goûter des plus jeunes. Bon, pas que ce soit une racaille non plus. Il veut pas passer pour le salaud de service. Il passe déjà pour le chieur de l'école...

Savoir que son professeur est avantagé et qu'il compte bien s'en servir le fait ronchonner, ce qui ne change pas grand chose à d'habitude, vu qu'il ronchonne tout le temps. Bien sûr, il s'attend à recevoir des sortilèges ou d'immense gerbe d'eau à gogo provoquée grâce à la magie. Il s'attend même à une prison d'eau, comme l'avait fait papi Dumbledore contre Voldinou chéri, à ce qu'on lui avait raconté. Mais... Rien. Enfin. Si. Un bruit. Mais genre un gros bruit. Assourdissant même. Celui de tous les lavabos qu'on avait allumé en même temps. Et une vague d'eau lui atterrissant tout droit sur le crâne, le trempant jusqu'au os.

Secouant la tête, Bastian peste. Il siffle entre ses dents, souriant et regarde sur le côté... Un peu tard. Le voilà en tête à tête avec un serpent se précipitant sur sa bouille. "PLAF" que ça fait.

Woh ! qu'il fait.

Ca fait un peu mal aux yeux sur le coup. Prunelles qu'il cligne rapidement pour chasser l'eau. Son professeur le regarde de toute sa hauteur maintenant. De toute sa putain de hauteur. Fichue asperges... Oh qu'il doit être content. Mais Bastian l'est encore plus. A genoux, appuyé sur ses pieds, il se propulse vers les jambes du plus vieux, glissant comme un pingouin. Ses pieds passent entre les jambes de Lysander, tandis que ses bras s'agrippent à ses chevilles pour le déséquilibrer. Chose complètement débile sans doute parce que soit il se le reçoit, soit son professeur tombe et se casse le nez. Bastian aurait sans doute passé un sale quart d'heure. Ou ne plus en passer du tout.

Z'êtes fat, prof.

Bah oui, c'est dur de faire tomber un gros poids. C'est encore plus dur de se le recevoir en pleine poire.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Oct - 22:00
En entendant un whow surpris venir des lavabo, je sus que mes attaques avaient atteintes leur cible. Je commençais doucement, laissant encore une chance au bleuet de riposter avant de passer aux choses sérieuses. Enfin c'est ce que je pensais faire jusqu’à ce qu'il me prenne complètement par surprise. Un peu trop confiant en moi, je m'approcha sans couvertures vers l'étudiant, et jamais je ne me serais attendu a ce qu'il fit ensuite: il apparut devant moi en glissant tel un pingouin et s'agrippa a mes jambes, me faisant basculer vers l'avant

Bastian ne me laissa aucune chance de retrouver mon équilibre. Ces bras solidement enroulé autour de mes chevilles combiné a son élan me firent basculé vers l'avant et je pouvais voir le sol se rapprocher dangereusement de moi. Poussant un cri de surprise, je ferma mes yeux et protégea mon visage de mes bras par reflexe, me préparant a un impact douloureux. Cependant la collision attendue ne vain pas. A la place d'atterrir sur le carrelage froid et dur, un matelas humain au nom de Bastian m'accueillis. Je pu distinctement entendre son râle tandis que je l'écrasais de toute ma lourdeur, et immédiatement je me redressa sur mes coudes afin de le dégager de mon poids.

A ce moment, la porte qui donnait sur le couloir s'ouvrit et un élève, de premier année surement, apparut dans l'entrebâillement. Il fixa les dégâts qui régnait dans la salle avec des gros yeux ronds avant de les fixer sur nous. A peine cela fait, il bafouilla quelques excuses et se depecha de disparaître dans le hall, apparemment gêné. Ce n'est quand voyant la situation dans laquelle nous nous trouvions que je compris la raison de son attitude: Bastian était coincé sous moi, nos deux visages si proches que je pouvais surement compter ses cils. Notre position etait plutôt compromettante et savoir qu'un étudiant nous avait vu ainsi ne faisait que renforcer le malaise. Je ne voulais surtout pas que de fausses idées se mettent a circuler…

Mes joues virèrent pivoine et je me dégagea maladroitement du bleuet, aussi embarrassé qu'une écolière. Manque de chance, mon pied dérapa dans une flaque et je me retrouva a nouveau le visage enfoui dans son cou avant que je puisse m'enlever de lui pour de bon. Sans plus attendre, je me mit a balbutier précipitamment.

"J-je suis vraiment désolé ce n'étais pas du tout voulu ! Oublie tout ce qui s'est passée d'accord..?? Et tu n'est pas blessé au moins ! Vraiment navré je n'aurais jamais du t'écraser pareillement…"

Vraiment, honte a moi…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 258
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 18
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Oct - 22:10
Siffler en travaillaaaant...
✙ Lysander Blackwood ✙


Eh bah Bastian, il a rien compris. Au départ, il voulait juste que son prof perdre l'équilibre. Pas au point qu'il lui tombe dessus. Peut-être qu'il y ait allé un peu fort ? Ou peut-être qu'il est juste con et qu'il n'y avait pas réfléchi. En tout cas, après un gros "BOUM" coupant la respiration du serpentard, il rouvre les yeux et se retrouve nez à nez avec son professeur. Merde alors. Comment il est arrivé là, et comme ça ? L'élève ouvre grand ses yeux, un sourire à l'envers se dessinant sur son visage. Devant lui, pas vraiment un professeur en train d'essayer de se relever et de se ratatiner une fois encore lamentablement sur l'élève qui se crispe de plus bel, mais une vision familière.

"Bastian. Viens là."
Il déboucle sa ceinture et s'approche de l'enfant. Il sait ce qui l'attend et ne peux ni protester ni se défendre. Il ferme les yeux.


Sa vision s'efface alors que Lysander se met à s'excuser. Bastian cligne des yeux un moment. Son petit moment d'absence l'a calmé pour le coup. Mais un nouveau sourire s'étire.

Je ne pensais pas que je vous attirais autant m'sieur, qu'il fait, taquin.

Evidemment, c'est dans son caractère d'emmerder le monde et de taquiner son entourage. Qu'il n'aille pas bien ou qu'il soit joyeux, il reste le même. Il se relève, se massant le dos et le poitrail un moment. D'un son buste à morflé quand il s'est jeté par terre, de deux son dos à morflé quand il s'est reçu le poids. Il remet en place un mèche de cheveux et se gratte l'arrière de la nuque.

Non, il y a plus lourd que vous professeur, qu'il fait, en pensant à une certaine personne.

Il essor sa chemise, n'ayant pas mis sa robe de sorcier pour ne pas l'abimer. Les voilà trempé. Et pas légèrement. Son haut le colle, au point il se met à froncer les sourcils et à pester contre.

J'espère pour vous que Zephyr ne sera pas au courant de ce qu'il s'est passé ici. Ca serait ballot qu'il l'apprenne, enfin...

Il regarde son professeur, une lueur moqueuse dans les yeux. Il pourrait être capable de lancer une rumeur. Mais en y réfléchissant bien, il risque plus que Zephyr. Premièrement, c'est de sa faute si son professeur est tombé - rien que pour ça il est sûr d'avoir de nouveau le droit de récurer non seulement les toilettes mais les cachots à la brosse à dent - mais en plus il n'arrivera rien au sucre d'orge du blond, tout simplement parce que c'est le sucre d'orge du blond et que le sucre d'orge du blond est parfait et n'a jamais rien fait de mal.

Pff, qu'est-c'est con l'amour..., qu'il marmonne.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 18 Oct - 8:04
Si je n'écoutais que moi, j'aurais immédiatement trouvé une excuse inutile et disparu dans le couloir afin d'éviter l'atmosphère de gène qui flottait désormais dans la pièce. Cependant, cela n'était pas vraiment professionnel et je devais d'abord de vérifier que mon élève n'avait pas besoin d'etre emmené a l'infirmerie. Notre chute avait peut etre été causé par une de ses "fameuses" idées qui me dépassaient la plupart du temps, c'était tout de même moi qui lui étais tombé dessus de tout mon poids. Il aurait très bien pu s'ouvrir l'arrière de la tete sur le carrelage en plus des bleus qui devait surement consteller nos corps a ce stade. Je sens que tout ca va etre dur a expliquer a Zeph ce soir…

Heureusement, Bastian semblait être un peu près intact. Je pu tout de même sentir que quelque chose le perturbait de pars son regard bleu klein qui s'échappa dans ses souvenir pendant un long instant. D'apres le léger froncement de ses sourcils et l'expression de son visage, ce n'était pas un souvenir agréable… Cependant, cette touche de mélancolie disparu aussitôt qu'elle avait pris place et le bleuet retrouva son sourire signature, qui la plupart du temps ne présageait rien de bon. En effet, un nouveau commentaire taquin qui m'etais adressé sortis de sa bouche quelques secondes seulement pres. La couleur me monta a nouveau au visage et je lui répondis au tac au tac, offusqué par le contenu de sa phrase.

"Je ne te permet pas de dire de tel propos, je suis parfaitement intègre a ce sujet ! Par la meme occasion, arrête donc de m'appeler Monsieur sans cesse, j'ai un prénom et c'est bien pour qu'il serve… Ce titre me fait sentir comme un vieux de 60ans"

Je gonfla mes joues d'un air boudeur et entreprit de me relever a sa suite en grognant. Dieu que mon corps protestait contre ce qu'on venait de lui faire subir…En particulier ma cheville, j'avais surement du me la tordre en me prenant les pieds dans le seau tout a l'heure. Bah ca passera pensais-je en soupirant. Il faudra que je subisse une longue marche de la honte pour rejoindre mon bureau: un professeur qui se promenait dans les couloirs en boitant et aux vêtements complètement trempés risquait d'attirer beaucoup de regards. Pour le moment, je me contenta d'enlever ma longue robe noir de par-dessus ma chemise afin de l'essorer. Elle avait doublé son poids avec toute l'eau qui l'alourdissait, et une nouvelle flaque se forma juste en dessous une fois que j'avais chasser la plupart du liquide en la tordant entre mes mains. Du coin de l'œil, je vois que Bastian est en train de faire la même chose, pestant de même sur l'etat de ses vêtements.

"J'espère pour vous que Zephyr ne sera pas au courant de ce qu'il s'est passé ici. Ca serait ballot qu'il l'apprenne, enfin…"

Effectivement, je ne sais pas si mon amant appréciera ce qu'il vient de se passer… Je comptais simplement venir rendre une petite visite a l'étudiant, le soulager de sa retenue puis repartir ni vue ni connue, mais une chose en mena a une autre jusqu’à nous retrouver dans cette situation. Il n'y avait aucune chance de réussir a lui cacher ce qu'il s'était passé quand il me verra revenir gaugé et la peau couvert de bleu. Cela et puis bien sur l'élève de première année qui était surement aller raconter a tout son entourage ce qu'il avait surpris dans les toilettes. Pour sur que ca le mettra en rogne, et encore une fois cela sera entièrement de ma faute. Décidément ces dernier temps, je ne faisais que lui causer torts sur torts.. Retenant mon air de chien battu, je me retourna vers Bastian dans le but de lui répondre.

"Je doute qu'on arrive a lui cacher.. Mais ne t'en fais pas, je me chargerais de lui expliquer les évènements de facon a te garder en dehors de tout cela. Mais pour l'instant, je ne sais pas pour toi, mais j'irais volontiers m'étendre sur la pelouse du parc pour sécher un peu. IL fait un beau soleil et ce serait dommage de ne pas l'utiliser a notre faveur."

je me récupéra ma baguette qui reposais encore sur le sol avant de conjurer quelques sorts afin de fermer les robinets et réparer l'inondation que nous avions produite. Une fois cela finis, je repris la parole.

"Au fait, ca va..? Je t'es senti un peu tendu soudainement tout a l'heure, et tu avais l'air de te rappeler de quelque chose de peu agréable. Si jamais c'est de ma faute, sache que ce n'étais pas du tout attentionnel de me retrouvé sur toi et je ne voulais en aucun cas de mettre mal a l'aise..C'etais tres inapproprié et je tiens a nouveau a m'en excuser."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 258
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 18
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 19 Oct - 20:07
Siffler en travaillaaaant...
✙ Lysander Blackwood ✙


Bastian hausse un sourcil alors que son professeur proteste contre sa façon de l'appeler. Le regard un peu las au départ. Puis il se met à glousser bêtement. Lui ? Un vieux de 60 ans ? Au final c'était un peu le cas au vu de ses cheveux blancs. Après avoir rit, Bastian se tourne vers son professeur, tête penchée sur le côté.

Désolé m'sieur. Mais au vu de la situation actuelle, il serait irrespectueux pour un prof' de se faire appeler par son prénom par un simple élève, aussi proche soit-il. Enfin, ça dépend des cas on va dire.

Parce oui, c'est pas rare de voir une relation amoureuse entre un élève et le personnel de nos jours. Bastian est con. Mais connais ses limites. Il connaît bien les règles du bahut, pour les sept années qu'il étudie dedans. Il l'aurait bien tutoyé et interpellé comme un pote. La première fois qu'il l'a vu il a même faillit faire la gaffe. Mais les gens chargés de la discipline n'aurait jamais laissé cette faute passer, et Bastian aurait sans doute passé un sale quart d'heure. L'école n'est plus et ne sera plus jamais aussi cool qu'avant. Appeler un professeur par son prénom en public, c'est tentant, c'est pas faux.

Suite à ça, il l'écoute le rassurer du problème portant le nom de Zephyr. Il a presque envie de le remercier comme quoi c'est trop gentil de le couvrir ainsi. Mais Bastian déteste qu'on le prenne pour un gosse. S'il recevra une punition, ça ne sera pas agréable certes, mais il assumera comme un jeune adulte de 17 ans. Il se contente d'hausser les épaules, même après la suggestion de son professeur. Profiter de l'herbe. Mouais, ça peut se faire. Il espère ne pas tomber sur des gnomes de jardin. Ca mord les doigts et c'est chiant à virer. Il répond par un simple "Hum." non convaincu et admire une fois de plus Lysander nettoyer les dégâts. Il se dirige alors vers son seau et son éponge pour les ranger.

Aux paroles du plus vieux, il se stop nette. Son regard se fait vide, qu'il détourne sur le côté avec une mine, non gênée, mais presque agressive. D'un côté il est en colère, d'un autre il est las. Il se revoit avec cet homme, se remémorant chaque instant. Chaque mouvement. Chaque parole. Il se remémore tous ces instants de douleurs, de peur. Il entend ses propres cris, sens ses propres larmes rouler sur ses joues. Il inspire à fond. Il se tourne alors vers son professeur, son sourire effacé, ce qui est plutôt rare.

C'rien m'sieur. Un... Mauvais souvenir. Rien de très important. Vous n'y êtes pour rien.

Son regard se durcit quand il y repense. Son père. Ou le seul sujet qui le calme et le met en rogne. Enfin en rogne. De là à vous fracasser le crâne à coup de latte bien placés. Ouais. Ouais. Pour le coup, Bastian il est assez sensible sur le sujet. Ca le touche. Et comment ne pas être touché par ce qui vous a souillé dès votre plus jeune âge. Il range son seau et lance l'éponge dedans comme une vulgaire chaussettes. Il pose un moment son front contre le mur et ferme les yeux. Non. Non, c'était pas vraiment une bonne idée de lui avoir parlé de ça, même pour s'excuser. Faire revenir en lui des souvenirs qu'il avait enfouit, c'est très mauvais pour sa santé. Et pour son poing qu'il vient écraser contre la pierre violemment. Il fulmine. Crache sa rage entre ses dents. Qu'elle importance que son professeur soit là ? Tant que ça le calme, il ira jusqu'à frapper tout ce qui passera à proximité.

Rah, bordel, qu'il lâche. Allez tous crever autant que vous êtes.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 19 Oct - 20:26
C'est fou comme une atmosphère peu tourner a 180° sous l'espace de quelques paroles. Des que j'eu finit de parler, une soudaine colère sembla prendre possession de Bastian, transformant l'air de plaisanterie qui flottais auparavant dans la pièce en une ambiance lourde et étouffante. Le regard du bleuet se durcit et il se retourne vers moi, le visage fermé et ses lèvres serrée contre elles même en une absence de sourire qui nous alertait immédiatement que quelque chose n'allait pas dans le bon sens. Je ne connais pas le garçon depuis longtemps, mais je crois ne l'avoir jamais vu sans sourire, même aussi petit soit-il, et le voir ainsi me froncé le visage a mon tour. Il ouvrit la bouche, parlant d'une voix ferme et sans émotions:

"C'rien m'sieur. Un... Mauvais souvenir. Rien de très important. Vous n'y êtes pour rien."

S'il souhaitait me cachait ce qu'il voulait vraiment, alors il faudra qu'il apprenne a mieux mentir. Je savais bien que c'était ma question précédente qui l'avait mis dans cette état, il n'y avait pas besoin d'être oracle pour le comprendre, et il m'en voulait. Il semblait en vouloir au monde entier a l'instant présent, alors que la rage bouillait en lui. Planté comme l'imbécile que j'étais, et qui n'avais aucune idée comment réagir a l'instant, je regarda Bastian poser son front conte le mur froid de la salle dans la tentative de retrouver son sang-froid, avant d'abandonner tout calme et de projeter son poing sur le mur avec un grognement de rancœur.

Le bruit de l'impact me sortie de ma transe contemplative. Immediatement, je traversa l'espace qui nous separait de quelques pas directs, et attrapa le poignet de l'élève d'un main brusque, mais suffisement douce pour lui faire comprendre que je ne lui voulais pas de mal. La derniere chose a faire a l'instant était de le brusquer. Je le guida vers un cabinet et le forca a s'assoir avant d'inspecter sa main. Comme je m'en doutais, le coup porté au mur avait rapé ses articulations qui etaient desormais couvert d'un mince filet de sang. Sans relacher sa main, je fouilla dans mes poches a la recherche du flacon d'essence de murlap que je gardait toujours sur moi en cas d'accident, et lui en appliqua doucement sur les plaies une fois la fiole trouvée.

Je fit tout pour éviter de croiser ses yeux. Je savais ses orbes bleus profond en train de m'adresser un regard brulant de reproches, un regard que j'avais déjà vu de nombreuses fois au cours de mon enfance. Celui qui nous rappelait que vous avez fait un faux pas et qui vous faisais sentir si vulnérable sous leur ardeur inquisitrice. L'air autour de moi sembla se rafraichir soudainement et je ne pu réprimer le frisson qui parcourut mes épaules humides. Il faisait froid d'un coup. J'eu envie de m'excuser a nouveau, mais prefera me taire. Le probleme des excuses, c'est qu'elle arrivent toujours trop tard, une fois qu'on a déjà tout foutu en l'air. Je relacha sa main et me contenta de lui parler simplement d'une voix calme.

"Je n'aurais jamais du te poser cette question. On a tous nos squelettes dans un placard que nous n'apprécions pas partager, et encore moins que quelqu'un les sortent pour nous et nous les balance au visage. S-surtout quand cette personne n'est qu'un professeur que vous connaissez a peine."

Ma voix commençait a vaciller, ce qui n'était pas bon signe. C'était généralement une des première indication d'un début d'anxiété et je n'avais pas vraiment envie d'en faire une a l'instant. Pas devant un élève. Pas quand Zéphyr n'était pas a mes cotés.

Je sortis du cabinet et alla m'adosser un peu plus loin, jugeant bon de le laisser seul un instant. Je pensais que j'avais enfin réussis a me débarrasser de ces crises, ou au moins a les limiter, mais ces derniers temps elles semblaient revenir en force. C'est aussi vrai que ces derniers temps, je n'aidais pas a les apaiser: je n'arrivais pas a ouvrir ma bouche sans proférer des inepties que j'aurais mieux fais de garder pour moi-même et qui n'avais d'autre résultats que de blesser la personne en face de moi. En aucun cas ce n'était mes intentions, au contraire je pensais tendre une main aidante, mais cela ne changeait rien au fait que j'avais touché du doigt ce qu'il ne fallait pas. Et a chaque fois que je voyais la lueur de colère ou la moue vexé qui apparaissait sur le visage de mon interlocuteur, les mêmes émotions s'emparaient de moi. I am no good, i deserve to be pushed aside, forgotten and rejected.

Apres un moment de lourd silence, ou chacun eu l'occasion de reprendre ses esprits, je passa la tete par la porte afin de voir comment Bastian se portait, osant enfin croiser son regard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 258
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 18
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 26 Oct - 20:16
Siffler en travaillaaaant...
✙ Lysander Blackwood ✙


Il souffle. Prend de grandes inspirations. Il a les yeux fermés et tape. Tape autant qu'il le faut pour évacuer sa colère. Sa rage. Sa haine. Il serre les dents même. Il ne sent rien. Absolument rien. Il sent juste une chaleur envelopper son poignet, ce qui lui fait tourner la tête et ouvrir les yeux pour croiser le regard inquiet de son professeur, manquant presque de lui en mettre une. L'échange de regard dur longtemps, un peu trop pour le bleuet. Il se laisse guider, ne sachant comment réagir. Il perd rarement ses moyens comme ça. Encore moins devant quelqu'un. Il regarde la main de Lysander, la regarde fouiller dans ses poches, mettre du produit sur ses éraflures puis l'écoute s'excuser sans un mot. Il ne le regarde même pas partir des toilettes, trop perdu pour faire quoique ce soit. Il inspire. Expire. Il ferme de nouveau les yeux.

Ca fait cinq ans précisément qu'il est mort. Cinq ans qu'il le hante. Dans ses rêves, Bastian se revoit devant sa mère, battue par son père. Il se revoit dans son lit. Il se revoit recroquevillé sur lui même dans un coin, sous son bureau dans sa chambre. Il a mal. Très mal. Son ventre le fait souffrir affreusement et son nez saigne. Il renifle. La porte s'ouvre, laissant un faible rayon de lumière éclairer la pièce. Il n'ose même pas regarder les pieds s'approchant de lui. Il n'ose même pas écouter la voix mielleuse masculine. Il ferme les yeux en sanglot.

Bastian se redresse. Il regarde sa main un moment puis la sortie. Il cligne même des yeux plusieurs fois, comme pour se réveiller. Et merde. Il a foutu quoi comme merde cette fois ? Il regarde encore une fois sa main. Puis la sortie. Encore et encore, comme s'il attendait quelque chose. Enfin, il croise la bouille de son professeur. Il a presque envie de sourire pour le rassurer, mais personne n'est bête à ce point. Au moins, Bastian est calmé. Il s'étire même. T'es vraiment drôle comme type Bastian. Presque lunatique.

Désolé, qu'il fait. C'pas souvent que ça m'arrive, mais c'est pas impossible non plus.

Naaaaan, à peine. Tu viens juste de péter un câble devant ton professeur de potion. Enfin. L'adolescent frotte ses blessures, comme pour les faire disparaître. Il sourit malgré tout. Pas joyeusement. Mélancoliquement plutôt. Il reste là, le cul collé à son trône. Puis il soupire.

Quand j'étais gosse, mon père s'en prenait souvent à moi et à ma mère. Parfois c'était de vieux coups durs à endurer. Parfois c'était assez traumatisant...

Merde alors. Pourquoi il se met à parler de ça maintenant ? A un prof en plus ! Il sait pas. Ca lui fait du bien. Après tout, il n'en a jamais parlé à personne. De son passé. De sa famille. Et encore moins de son meurtre. Il relève les yeux vers le plus vieux et s'appuie contre son "siège". Il passe un pied au dessus de son genou et se détend un peu. Voilà. Là on reconnaît plus le chieur de service.

Ouais, en fait. Laissez tomber. J'vais pas vous barber avec d'anciens problèmes.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 1 Nov - 17:25
En jetant un coup d'œil a Bastian, je pu voir qu'il était désormais relativement calme. Voir étrangement zen a mon avis. Il y a quelques instants il jurait de rage en brutalisant un mur, et maintenant il s'étirait, le regard serein. Malgré le changement brutale, c'était un bon signe de le voir se détendre doucement. Cela voulait dire qu'il ne m'en voulait pas trop. Quand il croisa mon regard, il s'excusa de son attitude.

Je hocha la tête en souriant légèrement afin de lui faire comprendre qu'il n'avait pas a se sentir gené de la crise qu'il venait d'avoir. Ce genre de choses arrive a tout le monde, c'est parfaitement humain de vouloir évacuer sa colère dans des accès d'énervement, et on ne décide pas toujours de quand no d’où cela arrivera.. Le bleuet frotta ses poings avec un sourire plutôt triste, et ouvrit a nouveau la bouche apres un soupire mélancolique.

Quand j'étais gosse, mon père s'en prenait souvent à moi et à ma mère. Parfois c'était de vieux coups durs à endurer. Parfois c'était assez traumatisant…

Ma poitrine se serra en entendant ces mots, et je partagea avec lui un regard de compréhension. C'était une révélation surprenante sur son passé. Il était sans cesse jovial, toujours prêt a sortir une plaisanteries et a rire de bon cœur, et pourtant il portait en lui le lourd poids de souvenirs douloureux. C'était une belle démonstration de force, de savoir garder le sourire apres avoir subit l'enfer a un si jeune age. La vie n'était pas facile avec tout le monde, c'est quelque chose que l'on a tendance a oublier.

"J-je vois…" Je fixa un moment le sol, perdu dans mes pensées pendant un cours instant. Lorsque je repris, ma voix avait prit un ton lacé d'incompréhension et de colère. "Ca m'a toujours dépasser de voir comment certains parents peuvent traiter leurs enfants. Nous sommes sensé être ce qu'ils ont de plus précieux, leur chair et leur sang, ils sont sensé nous protéger. Pas etre la cause de nos souffrances…"

Les parents peuvent se révéler de véritables monstres. Ils profitent de leur pouvoir sur leurs enfants pour les plier a leurs merci, les humilier, les mettre a genoux et les traiter de façon pires que des animaux.

Alors, que je parlais, Bastian s'agita pour s'installer plus confortablement sur le siège des toilettes, un pieds passé par-dessus son genoux dans une position nonchalante qui convenait mieux a son attitude habituelle. Cependant, derrière son air détendu, je pu toujours sentir une pointe de nervosité. Prenant un ton de rejet, il parla a nouveaux en m'indiquant de laisser tomber ce qu'i venait de dire. Un pas en avant, deux pas en arrière… Je me retourna afin de faire complètement face a lui et m'appuya contre le mur du cabinet, fixant mes yeux opalins sur lui avec une certaine douceur.

Il y'a bien trop d'individus qui gardent tout en eux même jusqu'au point d'exploser. Non parce qu'ils ne cherche pas a s'ouvrir aux autres, mais simplement parce qu'ils ont essayé et que personne n'y a prêté attention. Aucun n'a jamais pris le temps de les écouter, ni de leur offrir une épaule sur laquelle se reposer. Ils ne demandent pas forcement a ce qu'on les cajolent, les consolent et les conseillent, mais simplement que l'on prennent quelques instants pour écouter ce qu'ils ont a nous dire sans les juger, comme un journal vivant en lequel se confier.

"Cela ne me dérange pas tu sais. Je ne veux pas te faire la morale ou quoi que ce soit, mais tu as l'air d'avoir besoin de sortir certaines choses de ton esprit, et parler a quelqu'un est la meilleurs façon d'exorciser ses pensées. Ce n'est pas obligatoire de te confier a moi, choisi juste quelqu'un en qui tu as confiance, et envers qui tu te sentiras a l'aise pour venir parler quand tu es dans cette état. Ce sera toujours mieux que te t'énerver contre un mur en finissant par te blesser."

Je lui offris un petit sourire afin de soutenir le ton plus léger de ma dernière phrase avant de reprendre de façon plus sérieuse.

"Mais sache que je suis la pour t'écouter si jamais tu as besoin. Je peux comprendre ce que tu as ressenti, j'ai..j'ai moi-même eu des relations difficiles avec ma mère, bien que je ne peux me permettre de comparer cela a ce que tu as subit. Alors n'hésite pas, d'accord…?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 258
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 18
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 1 Nov - 21:30
Siffler en travaillaaaant...
✙ Lysander Blackwood ✙


Ouais nan. Bastian, c'est le type qui se contredit tout le temps. Ouais. Il regarde son professeur s'approcher. Voilà. Leçon de morale, qu'il pense. Mais en fait non. Juste un professeur lui affirmant qu'il pourrait lui parler de ses soucis. Qu'il sera là pour lui tendre la main en cas de problème. Le genre de type que Bastian a toujours voulu avoir : quelqu'un digne de confiance, qui ne lui rira pas au nez et qui ne retournera pas sa pire faiblesse contre lui à tous instants. Mais de belles paroles ne suffisent pas à le convaincre. Ouais. Nan. Un prof' qu'il connaît à peine, même s'il est bien plus gentil que les autres, c'est un peu léger. Certes ça fait quelques temps qu'ils se voient, et disons qu'en cours c'est pas la joie tous les jours. Bastian s'est fait sortir plus d'une fois. Et puis, ce sont des gens honnêtes qu'il faut le plus se méfier. En l'entendant parler de ses propres problèmes, l'étudiant ne peut s'empêcher de sourire. Pas par méchanceté. Haha. Non. Juste... Un sourire nerveux. Presque gêné. Merde alors. Il se passe quoi là ?

Haha, m'sieur ! Vous allez me faire pleurer vous savez ?

Nan parce que Bastian, il a pas du tout l'habitude d'entendre ça. La plupart du temps, et déjà premièrement il ne se met jamais dans cet état devant ses potes. Deuxièmement, son entourage n'est pas vraiment le genre de personne qui va aller le dorloter comme un nounours en manque d'affection, ce que Bastian rejette physiquement mais pas mentalement. Parce que ouais, Bastian il joue les dur. Il aime pas qu'on le colle, il aime pas les compliments. Il n'aime pas non plus qu'on le prenne en pitié. Mais surtout, il déteste qu'on le voit en position de faiblesse. Non pas qu'il croit que dire ce qu'on a sur le cœur c'est synonyme de faible. Naaaan. Juste qu'il a peur. C'est un froussard Bastian. Mais aussi un mec prudent. On sait jamais quand quelqu'un peut nous trahir. On sait jamais quand nos plus sombres secrets nous seront re-balancés à la gueule de la part de celui en qui on avait le plus confiance.

Mais au plus profond de son cœur, les paroles du plus vieux réchauffe l'adolescent. C'est ce qu'il a toujours eu envie d'entendre. Pas forcément quelqu'un pour le plaindre. Juste quelqu'un qui lui tend la main sincèrement. Mais il se contente de renifler. Ca ne lui ressemble pas de choper la première paluche qu'on lui propose.

Vous inquiétez pas. Ca ira.

Il a vécu cinq ans comme ça, il pourra bien continuer encore quelques années avant de craquer sans doute. Il se lève alors, et regarde son professeur droit dans les yeux. Rah. Qu'il est grand. D'ailleurs, ça va lu permettre de changer de conversation. Ca l'ennuie de trop s'attarder sur ce genre de détail. Alors il hausse les épaules et glisse ses mains dans ses poches.

Eh. Vous faites comment pour pas vous cogner la tête quand vous passez la porte ?

Il est pas con non plus, Lysander n'est pas si grand que ça. Mais il aime bien lancer juste une petite pique, comme à son habitude. Et puis, petit comme il est, il a du mal à voir l'échelle réelle. Ouais. Pour lui, les entrées c'est des ponts. Et les ponts... C'est la lune ? Rah. T'es con Bastian.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 2 Nov - 9:11
"Haha, m'sieur ! Vous allez me faire pleurer vous savez ?"

Je souris doucement en entendant ca remarque sarcastique. Elle paraissait plutôt moqueuse mais en voyant son expression, je sus que mes mots n'avait pas été dit en vain. Il lui fallait surement juste le temps de digérer tout ca, de réaliser qu'il n'était pas seul dans tout. Même s'il passait son temps a essayer de pourrir la vie de son entourage, ce gamin avait un bon fond, et si jamais je pouvais l'aider ca sera toujours avec plaisir. C'était juste a lui de faire le pas, et d'après ce qu'il dit ensuite, aujourd'hui n'était pas le moment.

Je m'écarta de la port des cabinets afin de lui laisser la possibilité de sortir s'il le voulait et en profita pour étendre ma robe toujours trempée sur cette dernière. Je retourna mon attention sur mon élève pour le voir hausser les épaules en relançant la conversation.

"Je me penche jusqu’à arriver au niveau de Zeph, généralement sa passe très facilement ensuite. C'est un des nombreux inconvénient de vivre dans un château adapté a la taille d'un goblin… Ils ne pensent jamais aux lumbagos que se prennent les grandes personnes en construisant ses portes !"

Je lui répondis sur le même ton de plaisanterie que lui, jouant le jeu en rebondissant sur le nouveau sujet qu'il venait de lancer. Je savais qu'il exagérait étant donné que je n'était pas particulièrement géant, mais je voyais bien qu'il n'avais pas envie d'appuyer sur le bleu plus qu'il n'y fallait, et revenir a une atmosphère plus légère ne ferais pas de mal. Les temps était déjà assez durs pour ne pas profiter de ces instants ou l'on pouvait se permettre de se détendre sans avoir l'esprit encombré de pensées obscures. L'abcès avait été crevé et le nécessaires avait été dit, il était temps de passer a autre chose.

"Au fait, j'ai cru voir tout a l'heure que tu avais un allume feu moldus dans ta poche, c'est bien ca ? Ces choses la sont un vrai casse-tête a allumer…j'en ai eu un en étant gamin, j'ai du me bruler tout un doigt en arrivant enfin a déclencher la flamme"

Je grimaça en me rappelant ce souvenir. Je l'avais trouvé un jour par terre dans une rue et l'avais ramassé par curiosité, juste pour voir comment fonctionnait les objets moldus. Je n'avais aucune idées de l'utilité de cette petite boite a molette, et ma main en avait fait les frais en découvrant la solution a mes questions… Mais je me souviens surtout de la rage folle dans laquelle c'était mise ma mère en découvrant ca.. Non pas que je m'étais brulé, ca elle devait en avoir autant a faire que le bien-être d'un elf de maisons, mais plutôt savoir que j'avais un objet "interdit" en ma possession. Enfin bref, ce n'est pas vraiment le moment d'y pensé. Clignant des paupières pour me faire revenir sur terre, je repris.

"Tu dois surement t'intéresser a la culture moldus du coup ? Ou au moins a leurs objets du quotidien.. Personnellement je trouve ca fascinant, voir comment il arrivent a obtenir les mêmes résultats que nous sans pourtant utiliser la magie ! Oh pardon, je m'emballe…"

Je me tus pour de bon cette fois si, cessant de monopoliser la conversation afin de laisser Bastian en placer une.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 258
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 18
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 15 Nov - 21:18
Siffler en travaillaaaant...
✙ Lysander Blackwood ✙


Bastian sourit. Bon, comme d'hab vous me direz. Mais c'est pas souvent qu'un professeur se plaint de sa taille. Bon. En même temps, le sale gosse l'a bien forcé. Il repense à la différence de taille entre les deux professeurs quand l'un cite le nom du deuxième. C'est vrai que monsieur le grand Zephyr était en fait un gosse, comme l'adolescent. La première fois qu'il l'avait vu, il a cru que c'était un élève. Il est même allé lui mettre une tape dans le dos pour le saluer en lui demandant ce qu'il foutait à jouer les profs. Evidemment, c'est tout de suite passé mal, et l'élève est reparti avec le double de ses devoirs en compensation. Fallait dire, les petits se plaignent vraiment tout le temps de leur taille. Mais on dit que les plus petits vivent plus longtemps. Enfin, à notre époque, on en est pas sûr. Ce n'est pas rare de se recevoir un Avada Kedavra au pif dès le réveil pour une raison complètement banale.

Il se dit alors que, ouais. C'est chiant d'être petit. C'est chiant pour choper les livres ou le sucre en haut de l'étagère, mais heureusement qu'il y a la magie. Ah. La magie. Que ferait Bastian sans ça. En train de sauter comme un kangourou pour ouvrir les portes de placard. A se mettre constamment sur la pointe des pieds pour voir au dessus de la barrière. Ouais. Mais en même temps être petit c'est pouvoir se faufiler entre les gens pour leur mettre des Nougats Néansang dans les poches de leur robes de sorcier. Bastian rit toujours beaucoup quand il passe dans les couloirs bondés d'élèves et qu'il s'amuse à semer ses gourmandises empoisonnées. Quelques heures plus tard et l'infirmerie est pleine.

Il ouvre le col de sa chemise et se recoiffe dans un des miroirs alors que Lysander commence à lui parler de... Moldus ? Son oreille se dresse alors que son professeur se met à monologuer dans son coin, comme admiratif de la cultures moldue, chose qui lui ferait gagner un ticket gratuit pour passer dans le bureau du proviseur et ne plus jamais en ressortir. Il panique soudain en fouillant dans ses poches. Non. Zut ! Flûte ! Son briquet. Il l'attrape dans la poche arrière de son pantalon et l'ouvre, actionnant immédiatement le mécanisme pour vérifier si celui marche encore. Au bout de quelques essais, une flamme jaillit. Il pousse un soupir de soulagement et le tend vers son professeur.

Vous voulez parler de ça ? qu'il fait en éteignant et rallumant le boîtier. Je l'ai trouvé dans une ruelle en ruine à Londres, il y a longtemps de ça. J'ai cru comprendre... Que ça s'appelait briquet ?

Non pas que Bastian était fana des moldus, mais c'est tout comme. Le jeune garçon c'était toujours demandé à pourquoi Voldinou voulait tous les exterminer. Qu'est-ce qu'ils avaient fait de mal ? Et surtout, pourquoi avoir peur d'eux. Enfin. Quand on tue tout une civilisation c'est bien parce qu'on a peur d'elle non ? A moins que ce soit de la haine pure et dure, ce qui est totalement débile et qui dépasse complètement le garçon. Pour la peine, il avait fait des recherches sur eux. Savoir comment ils vivaient, faisait pour se déplacer. C'était complexe, et bien trop pour que le jeune sorcier ne sache vivre dans une culture pareille.

Haha. Disons que je suis un peu comme vous. Enfin. Surtout curieux ! J'aimerai savoir comment ils ont pu se développer sans magie. Et surtout pourquoi on les pourchasse.

Parce que ouais. Ce sujet il est tabou. Enfin. Personne n'en parle. Parce que personne ne doit en parler. Les moldus, ce sont des moldus. Des gens inférieurs, à ce qu'ils disent. Pour Bastian, ce sont des gens tout à fait ordinaires, seulement dépourvus de pouvoirs magiques. Ils sont même plus intelligents que les sorciers. Peut-être que c'est pour ça que Voldinou veut tous les zigouiller.

Vous vous y connaissez beaucoup en la matière ? Je sais qu'on a supprimé les cours d'étude des moldus vu qu'il n'y en a plus qu'une poignée - ce qui est totalement con, mais bon... - mais vous semblez en savoir beaucoup sur eux quand même.

Ola. Une réunion entre fans, ça peut être drôle. Et Bastian a soif de savoir. Si son professeur sait quelque chose que lui ne sait pas, ça ne le tuera pas, au contraire ! Bien que son visage ne soit pas forcément joyeux, ses yeux brillent de curiosité.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 16 Nov - 0:04
En entendant mes mots, Bastian sembla paniquer intérieurement, tâtant ses poches a la recherche de ce qui devait surement etre le briquet. Il devait surement avoir peur que notre bataille d'eau l'ai abimé étant donné que certains objets moldus producteur de feu semble ne plus marcher une fois plonger dans de l'eau. Une fois qu'il le localisa, le sortir de sa poche et reussis a l'allumer sans encombre, son visage se détendit en une expression de soulagement et il tendis l'objet vers moi. Je le pris dans mes mains et l'inspecta tandis qu'il me parlait.

"Vous voulez parler de ça ? qu'il fait en éteignant et rallumant le boîtier. Je l'ai trouvé dans une ruelle en ruine à Londres, il y a longtemps de ça. J'ai cru comprendre... Que ça s'appelait briquet ?"

Ah oui, un briquet. Le terme exact m'était sortis de la tête, mais il faut avouer que les moldus on donnent des noms étranges aux choses… Je déclencha le briquet a mon tour et contempla un instant la flammèche danser dans l'air. Je trouvais personnellement que les moldus ne méritaient pas les cliché qu'on imposait sur eux: quand on s'y interesse un peu on se rend facilement compte qu'ils vivaient dans un monde aussi complexe que le notre sans pourtant utiliser la magie. Ils avait meme réussis a développer des concepts que nous n'avions toujours pas en notre possession, tel que ce qu'ils appellent les "ordinateurs". C'était un de plus grand reve d'en avoir un entre mes mains un jour…!

"Je crois bien que c'est cela, effectivement"

Je souris en lui redonnant l'allume feu. Cela faisait plaisir de rencontrer quelqu'un qui avait le meme intérêt pour les moldus. C'était un sujet plutôt sensible dans ce monde, voir interdit, et avoir cette fascination pourrait tres facilement vous couter la vie. Il était donc difficile de pouvoir s'exprimer a ce sujet avec le commun des gens. Même Zephyr me jetait des regards réprobateurs quand je laissais échapper un commentaires a ce propos. Alors en entendant Bastian répondre positivement a ma question et rebondir sur la conversation avec des yeux grands ouverts par la curiosité, je ne pu m'empêcher de sentir une petit pointe d'excitation en moi. Un peu comme quand vous rencontrez quelqu'un et vous apercevez qu'il apprécie les meme choses que vous et vous. Cette petit etincelle de "A toi aussi ? Je croyais que seulement moi…" qui vous rendait aussi excitable qu'un gamin.

"Je ne me permettrai pas de me nommer spécialiste, mais au fils des années j'ai reussis a accumuler pas mal d'informations. Mais elles restes incertaines ou hypothétiques pour la plupart: j'ai surtout appris sur leurs facon de vivre a travers des livres alors il est difficile de savoir le vrai du faux. Mais le peu dont je suis certain est fascinant ! Je trouve que de comprendre comment fonctionne leur société est un passe-temps très cultivant, et nécessaire. Il est important de s'intéresser aux mœurs et la culture de la population avec laquelle nous sommes voisine, et pour moi c'est aussi une facon de chercher a savoir pourquoi nous cherchons a les rayer de la terre. C'est completement absurde, surtout que nous nous ressemblons bien plus qu'il n'y parait."

En effet, au fil de mes études je me suis aperçu que rien ne justifiait une tel séparation entre nos deux peules. Certes ils n'avaient pas eu la chance d'etre doté de magie, mais est-ce que cela était un facteur suffisamment déterminant pour dire allé jusqu' a considérer qu'il ne sont pas de la même espèce que nous ? Non, absolument pas. Nous sommes tous des hommes au final. Et sorciers comme humains, nous ne pouvons nous empêcher de chercher a prouver notre superiorité et a imposer nos façon de vivre et de penser a travers des oppressions futiles et sans fondements. Je soupira, désabusé par mes propres pensées avant de retrouver mon enthousiasme précèdent.

"Si tu as des questions a leurs propos, demande moi. Ce sera intéressant de partager nos connaissances, nos découvertes et nos interrogations ! Un peu comme un cours d'études des moldus a deux. D'ailleurs, aurait-tu une idée de l'utilité d'un canard en caoutchouc…?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 258
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 18
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 22 Nov - 19:48
Siffler en travaillaaaant...
✙ Lysander Blackwood ✙


Bastian s'est fait un nouveau pote. Ouais. Genre le pote secret, à qui il ira taper dans le dos et saluer par un check habituel quand il le retrouvera mais à qui il fera presque la gueule en public. Non pas qu'il ne veut pas qu'on le prenne pour un faillot parce qu'il commence à côtoyer les professeurs et à faire ami-ami avec - ce qui est évidemment faux - mais surtout qu'il n'a aucune envie qu'on lui pose des tas de question au pourquoi du comment ils sont devenus copains ces deux là. Déjà que l'élève les ayant surpris ne va pas se faire le plaisir de se taire, alors si en plus ils commencent à se faire la bise devant tout le monde... Non. Non. Ca le ferait pas.

Evidemment, son professeur n'en sait pas autant qu'un réel professeur sur l'étude des moldus, mais bien assez pour en savoir plus que le bleuet. Et ce dernier n'en est pas mécontent. Son explication sur son admiration lui fait hocher la tête. On a les mêmes façon de penser au final, qu'il se dit. C'est bien de ne plus se savoir être le seul à aimer d'autres cultures. L'inconnu. L'interdit surtout. Plutôt curieux pour un serpentard de plus, ces derniers étant réputé pour être les plus beaux enfoirés de Poudlard envers les moldus et les sangs impurs. Ca non plus, Bastian ne comprenait pas la logique de la société actuelle. Bah quoi ? C'est cool la chimie. C'est bien quand on mélange deux produits qui vont ensemble. C'est mieux quand on mélange plein de trucs qui ne vont pas ensemble, ça fait BAOUM ! Oui. En gros il voit les êtres humains comme de grosses fioles qui se diluent entre elle. Quand ça fait pas baoum, c'est un sang pur. Quand ça fait baoum, un sang mêlée. Mais bref.

Il se met a écarquiller les yeux quand le plus vieux se met à le questionner à propos des canard en caoutchouc. Souvenir flou mais bel et bien présent. L'adolescent se met à rosir et reculer la tête de quelques centimètres en fronçant les sourcils. D'un côté il est gêné. De l'autre il est amusé. Il se retient de dire une connerie, ouvre la bouche puis la referme. Puis au final, il se lance, parce que c'est bien drôle.

Eh bien. Ca dépend. Parfois sa place est dans votre bain, parfois sa place est autre part Ceux là, à la différence de ceux qui pouet quand on leur appuie dessus, ils vibrent.

Il laisse un petit temps en croisant les bras et pencher la tête sur le côté. Il hausse un sourcil puis se met à rire.

En fait, quand on dit "avoir la tête dans le cul" ça correspond très bien à ce genre d'objet !

Voilà. C'est dit. Et le voilà qui se tord en deux de rire. Oh merde. Un vrai gamin. En même temps, il est fier de comment il a pu amener ça. Puis il enchaîne.

Et si vous n'aviez pas compris m'sieur j'vais vous donner un indice. Ca pourrait être très utile quand vous vous retrouvez seul avec M'sieur Zephyr.

Il est sûr de s'en prendre une pour le coup. Alors il recule, en séchant le coin de ses yeux larmoyant. Mais il continue même dans sa lancée.

D'ailleurs, je me suis toujours demandé qui était en dessous et au dessus entre vous deux...

La curiosité est un vilain défaut, mais Bastian n'a jamais peur de se prendre une tatane en pleine tronche, surtout quand il sait que ça gêne son interlocuteur. Au contraire, plus il y a de réaction et mieux c'est. En revanche, il est presque sûr de se reprendre soit de l'eau, soit une retenue. Et puis, il faut bien conserver sa réputation de chieur de l'école, non ?

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 1 Déc - 9:08
J'attendais la réponse a ma question de la part de Bastian. C'est quelque choses qui me perturbait depuis que j'avais lu a leur propos dans une de mes encyclopédies sur les objet modlus. C'est vrai, c'est tout a fait étrange a mes yeux de faire des moulages de canard en une matière étrange afin de les faire flotter dans le bain dans le seul but de servir de jouet. Il devait bien y avoir une autres utilité… Le bleuet sembla pourtant réagir différemment en m'entendant lui parler de cela. Ses joues rosirent et ils semble perturbé pendant un moment, ouvrant et fermant la bouche tel un poisson hors de l'eau. Puis une lueur d'amusement s'allume dans ses yeux tandis qu'il me répond enfin.

"Eh bien. Ca dépend. Parfois sa place est dans votre bain, parfois sa place est autre part Ceux là, à la différence de ceux qui pouet quand on leur appuie dessus, ils vibrent."

Je le vois éclater de rire et je le fixe, perplexe. Je ne vois pas vraiment ce qu'il y'a de drole…Ils vibrent et alors ? Il n'y a rien de particulièrement hilarant en cela. C'est a la suite de son explication que je compris enfin pourquoi il s'était mis dans un etat pareil. Ca pourrait être très utile quand vous vous retrouvez seul avec M'sieur Zephyr. Oh…d'accord je vois maintenant…Le declic se fit dans ma tete et je vira pivoine, fixant le sol avec un embarras bien visible. Je n'aurais surement pas du amener ce sujet en présence d'un mineur, c'était plutôt…indécent… Même si je ne pu m'empêcher de me demander ou il avait pu apprendre de pareilles choses. Cependant, ce n'était pas assez pour Bastian de m'embarrasser une première fois, il devait bien sur en rajouter une couche.

"Q-que quoi…?!"

Je faillis m'étouffer avec ma propre salive en entendant cela venir de la bouche de mon élève. Je le regarda choqué et enervé et sans réfléchir lui lanca une gerbe d'eau en plein visage conjuré par ma baguette. Depuis quand se permettait-on de poser des questions pareilles sur la vie privé des gens ?? Une fois que je contempla fièrement le bleuet se prendre l'eau avec l'expression d'un chat sous une gouttière, je racla ma gorge pour retrouver un semblant de voix normale et je lui répondis d'un ton mécontent.

"je l'ai dit precedement, je ne permet pas que l'on me fasse des commentaires a ce sujet. Je t'aurais volontiers retirer des points comme le suggere le reglement, mais comme j'ai moi-même mis mon nez dans tes affaires, je laisserais passer pour une fois pour question d'équité"

Ma réaction pouvais sembler exagere pour une blague, mais celle-ci touchait un sujet qui depassait les limite. Je veux bien avoir de l'humour, mais certains commentaires moqueurs dans ce genre était au bord du total irrespect. Et pas seulement de l'irrespect envers moi, cela j'en avais amplement l'habitude, mais envers Zephyr, ce que j'appreciais beaucoup moins. Je suis sur que lui non plus n'aimerais pas que quelqu'un se mele de questions aussi privé sur sa vie.

Cpendant, je retrouva vite mon calme apres ce soudain acces de colere. Ce commentaire m'avait piqué au mauvais endroit, mais Bastian ne l'avais pas dit dans un but nuisible. Il voulait surement provoquer a nouveau son interlocuteur comme il savait si bien le faire, et actuellement je lui donnait exactement la reaction qu'il cherchait. Retrouvant un petit sourire maladroit, je sortie un mouchoir en tissu de ma poche et lui tendis afin qu'il puisse s'essuyer le visage.

"Je pense que Zephyr sera plus apte a te répondre a ce propos, alors demande lui la prochaine fois que tu le croise et il te fera un plaisir de t'éclairer sur la question."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 258
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 18
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Déc - 20:05
Siffler en travaillaaaant...
✙ Lysander Blackwood ✙


Plouf ! Que ça fait. Ouh ! Qu'il fait le Bastian en se prenant l'eau à la figure. Le voilà de nouveau trempé. Bon, sans vraiment de différence avec quelques instants précédents, mais il était bon pour ré-essorer sa chemise qui lui collait de nouveau à la peau. Raah. Il n'a qu'une envie : se désaper et aller dans l'herbe pour sécher avec ses habits cette fois. Il entend le râle de son professeur, comme il l'avait prévu et s'essore également les cheveux. Il cligne des yeux puis se redresse, tirant sa frange en arrière et sautant sur un pied, la tête penchée, pour enlever l'eau de son oreille.

Désolé m'sieur, c'est parti tout seul.

Malgré tout, il ne peut s'empêcher de sourire. Il regarde le mouchoir que le plus vieux lui tend mais secoue la tête négativement et préfère presser son tissus entre ses mains pour les ré-imbibés d'eau en s'essuyant le visage. Il hausse un sourcil alors que Lys lui parle de Zephyr. Lui en parler ? A lui ? Bastian tenait à ses deux yeux. Et à ses oreilles. Il ne sait jamais si le professeur blond l'aime bien ou non. D'un côté il lui fait des compliments à chaque contrôle rendu. De l'autre il peste sans arrêt sur son comportement.

Haha. Eh. Prof. Vous voulez ma mort à ce point ?

Si Lysander réagissait ainsi, Zephyr le tuerai sûrement. Ou spammerait le sort de Crucio pendant une bonne petite heure histoire de se calmer les nerfs. Ce qui est nettement moins agréable qu'un simple gerbe d'eau. Il regarde le sol. Et bah voilà. Encore une flaque à nettoyer. Il soupire, choper son éponge et avant que son professeur ne lève une seconde fois sa baguette il se met à jouer Cendrillon.

Vous en foutez vraiment partout m'sieur, qu'il marmonne, taquin.

Il rempli ainsi son seau puis va le verser sa le lavabo le plus proche. Il espère ne plus jamais revenir dans ces toilettes de malheur. Il en a un peu marre de voir la couleur du sol et son dos commence à piquer à force d'être penché constamment.

Vous devriez repartir m'sieur. Je crois qu'on en a fini avec cet endroit de malheur. Et puis, si m'sieur Zephyr vous voit avec moi, il risque de s'imaginer des trucs. Enfin. Il s'imaginera sans doute la vérité, le fait que vous m'ayez aider et tout et tout...

Il hausse les épaules. Bah oui. Si Zephyr les surprend, ça risque encore et toujours de retomber sur la tronche du petit Bastian.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Déc - 22:01
"Désolé m'sieur, c'est parti tout seul."

C'est ce qu'on dit bien sur.. Au moins il a la décence de s'excuser, c'est un progrès. Il faudra qu'il fasse attention dans le futur, je comprend bien que le bleuet a une tendance a aimer lancer des piques et des plaisanteries mais il y a beaucoup de gens qui ne comprennent pas la différence entre humour et franchise. Et cela risque de se retourner contre lui un de ces jours.

"Haha. Eh. Prof. Vous voulez ma mort à ce point ?"

Je laissa mon visage prendre une expression parfaitement innocente. "Oh mais je sais" lui -répondis-je sans quitter mon sourire angélique. L'envoyer voir Zephyr, c'était ma façon de lui dire qu'il peut rêver pour avoir la réponse a sa question insolente. C'est parfois utile de se servir de sa réputation quand une chose nous dérange. Ah que ferais-je sans mon amour… M'apprêtant a rejouer de la baguette afin de sécher sa effort la flaque que je venais de produire, Bastian s'empara de son éponge et se mit a nettoyer en bougonnant. Une fois la tache réalisé, il alla verser son seau dans le lavabo et m'adressa a nouveau la parole.

"Vous devriez repartir m'sieur. Je crois qu'on en a fini avec cet endroit de malheur. Et puis, si m'sieur Zephyr vous voit avec moi, il risque de s'imaginer des trucs. Enfin. Il s'imaginera sans doute la vérité, le fait que vous m'ayez aider et tout et tout…"

"Oui tu as raison, il devrait avoir finit ses heures de cours a cette heure si et ne devrait pas tarder a venir vérifier si tu as bien fait ton travail. Profitons du temps qu'il reste pour aller nous changer, je pense que toi aussi tu as hâte de sortir de ces vêtements trempés avant d'attraper un rhume. "

Cette petite interlude avait été amusante, mais il était temps de retourner a nos occupations. J'avais bien envie de me dépêcher de rentrer aux bureau, enfiler une tenue sèche et aller m'incruster dans le bureau de Zeph pour profiter de sa présence et d'une tasse de thé vert bien chaude. Une bonne suite de programme en perspective ! M'étirant, Je jeta une regard autour de moi, balayant les toilettes des yeux afin de vérifier que tout était en ordre et qu'aucune trace de notre petit écart ne nous avais échappé. Une fois que je vis que plus rien de nécessitait que je sois encore la, je me dirigea vers la porte et salua Bastian une dernière fois.

"Si tu as besoin de me voir pour des informations ou simplement parler de ce que tu souhaite, tu sais ou me trouver. Sur ce je te laisse tranquille. A bientôt Bastian !"

Lui offrant un dernier sourire chaleureux, je passa la porte et disparu dans le couloir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Colons d'hier, Bienfaiteurs d'aujourd'hui
» Réflexion sur la question constitutionnelle aujourd'hui
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Femme d'hier et d'aujourd'hui...
» Bijoux d'hier, bijoux d'aujourd'hui...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum de Traverse :: Flood :: La Poubelle :: Ancien RP-
Sauter vers: