:: Flood :: La Poubelle :: Ancien RP Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un autre monde [Feat. Chelsea]

avatar
Messages : 274
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Mai - 1:30
La vie n'est qu'un rêve
✙ Chelsea Carthew


Au moins la Gryffondor ne se débat pas comme une attardée, et ça facilite grandement la tâche du plus vieux. Obtenant sa réponse rapidement, il se met en route vers le septième étage, refermant la porte derrière eux d'un coup de pied. Puis il se traine un peu, s'habituant au poids de la plus jeune dans ses bras tandis qu'il traverse les couloirs en silence. Il réfléchit un peu, avant de sortir de ses pensées et se tourner sa tête légèrement vers Chelsea, levant un sourcil.

Qu'est-ce qu'il y a de spécial au septième étage ?

Il est assez curieux et l'enthousiaste de la plus jeune quand elle lui en avait parlé ne lui avait pas échappé. Il espère presque qu'il y a un bon lit dans lequel on peut se rouler en burrito pour le restant de ses jours, à l'abri. Mais il pense bien que c'est impossible. Un endroit où on peut se reposer, la terre serait trop belle et Voldinou aurait un nez. Il grimpe les marches des escaliers montant, soufflant un peu, faisant quelques pauses en chemin pour se reposer, mais sans abandonner. Et il le montre bien à Chelsea et la serrant un peu plus contre lui à chaque étage.
Enfin arrivé au septième étage, il la laisse se remettre sur ses pieds, gardant un œil sur elle au cas où elle trébucherait ou ne tiendrait pas sur ses pieds pour la rattraper.

Voila.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Date d'inscription : 18/09/2016
Age : 84
Localisation : sous ton lit
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Mai - 1:33
Chelsea est transporté avec acharnement jusqu’au septième étage. A chaque étage, elle se demande si l’autre ne commence pas à faire un malaise avec l’effet combiné de ses blessures, de la fatigue, et de la faim. Oui, parceque ça vas faire un moment qu’ils n’ont pas mangé, et tout les deux n’ont pas spécialement chômé pendant ce temps.
Elle est attentive aux réactions de Bast, et elle est prète à chaque moment de forcer pour s’échapper de ses bras, prenant l’exuse que de son côté, elle ne pourra pas les faire repartir en le transportant comme il le fait avec elle. Mais Monsieur joue les grands mâles virils, et reprend de plus belle prise sur la plus jeune à chaque étage. Cet acharnement fier lui plait assez. Il tourne alors la tête vers la gryffondor
« Qu’est ce qu’il y a de spécial au spetième étage ? »
Elle sourit, et lui répond « une légende dans cette école. Je t’en dis pas plus. ». Ses yeux brillent un peu de la perspective. Et en même temps, elle craint un peu de lui ouvrir son univers… mais elle a confiance en lui. Après tout… il s’est porté complice de toutes ses actions de la journée. Il sera capable de garder ce secret.
A destination, il la dépose enfin au sol. Elle récupère doucement l’usage de ses jambes, privées de sang par les efforts de l’autre. Elle sourit encore plus malgré sa douleur aux lèvres, encore douloureuse bien que recousue. Elle avance dans le couloir, en éspérant très fort sa venue… elle ferme les yeux en se concentrant. Lorsqu’elle les rouvre, elle voit une immense porte de bois taillée dans le mur. Ouf ! ça a encore marché ! Elle regarde l’expression de l’autre, puis le prend par la main, et pousse la porte . Ils pénètrent tout deux dans une pièce… ce n’est pas une pièce… c’est une seconde dimension. Une plateforme les sépare d’un vide immense. A pic. Des cascades tombantes à même le mur. Du lierre pousse sans logique sur le bord d’une construction de pierre. Des cris d’oiseaux résonnent. Le soleil couchant envahi leurs yeux. C’est le moment que Chelsea préfère. Des îles semblent flotter au dessus du sol, dans la brume… loin devant… si loin devant. Le vent caresse leurs cheveux. L’immensité les envahit. Une expression de sérénité envahit le visage de Chelsea. Elle respire à plein poumon le vent du soir… ce soir d’un autre monde… qui semble si vrai. Elle avance vers le bord de la plateforme. Elle regarde le bas. Un pas de plus, et elle chute dans l’immensité tiède. Un lac se percoit au fond. Sans prévenir, elle saute à pied joint dans le vide, et tombe juste sur… un sol… mais un sol mou, comme si elle marchait sur de l’air. La faisant flotter au dessus du vide. Elle fait quelques pas… appréciant la sensation de vide sous elle. Auquel elle ne parvient pas. Comme si elle marchait sur un nuage rougit par les reflets doux du soleil dessus. Elle se retourne vers Bast, commençant enfin à lui donner des explications.
« c’est la salle sur demande. J’l’ai découverte un jour où j’me promenai en souhaitant des choses… et depuis… j’me dit qu’un jour je me déciderai à rester ici pour toujours…. »
Elle se laisse tomber de dos à la masse nuageuse qui l’enserre comme une couette chaude. S’étalant de sa courte taille dedans. Elle regarde au dessus d’elle… et apprécie la vue des étoiles naissantes du crépuscule se perdants dans la lumière du soleil rougeoyant.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 274
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Mai - 1:35
Sésame ouvre toi !
✙ Chelsea Carthew

Bastian suit docilement la Gryffondor qui l'amène à un mur. Il ouvre grand ses yeux quand une porte apparaît. Il se doutait bien de l'existence de cette salle, et sans doute il s'y était rendu sans s'en rendre compte durant ses deux premières années à aller se réfugier dans un coin calme pendant ses crises de panique. Mais voir la porte massive l'impressionnait toujours. Il se laisse guider à l'intérieur de la salle, entrant dans un monde complètement différent, comme une deuxième dimension. Il ne peut s'empêcher de pousser un petit cri de surprise quand Chelsea saute dans le vide, son cœur ratant un battement en se sentant tiré avec. Mais étrangement, son corps ne percute pas l'eau sous leur pied. Il retombe à plat ventre sur un sol mou. Il ouvre les yeux, inquiet et se redresse prudemment dans le vide. Il serre même les dents en faisant un pas, écoutant les explications de la plus jeune.

La salle sur demande. La salle qui apparaît quand et avec ce dont on a le plus besoin. Sans doute Chelsea souhaite un monde aussi fantastique que celui là ? Qu'elle souhaite simplement s'évader. Il reste bouche bée. Il a un petit mouvement se main comme pour rattraper la brune quand elle s'étale dans une masse ressemblante à du coton en suspension. Ce dernier l'accueille en l'enveloppant. Bastian a presque envie de la rejoindre mais se contente de s'asseoir à côté d'elle, regardant dans la même direction qu'elle. Des étoiles. Il renifle, cligne des yeux puis tourne de nouveau son regard vers Chelsea. Il verra les astres avec quelqu'un d'autre que ses parents finalement. Ca lui fait naître un sourire amer sur ses lèvres. Puis il ferme les yeux.

Rester ici pour toujours, te couper de l'espace et mourir hors du temps. Ca peut être une idée intéressante.
Mais elle ne plaît pas pour autant au russe qui s'étire avec difficulté à cause des courbatures.
Mais ce n'est pas la solution. Il y a peut-être des gens qui s'inquiète pour toi de l'autre côté de la porte.

Comme des amis ? Ses parents ? Lui ? Il n'en sait pas beaucoup à propos de la plus jeune au final, si ce n'est qu'elle a une voix divine quand ils font l'amour et qu'il suffit qu'on l'égratigne pour qu'elle contre attaque en vous faisant perdre votre œil. Il remet sa frange en place, se recroquevillant pour relever le nez au ciel, regardant les étoiles brillantes de plus en plus dans le ciel écarlate. Puis il ferme les yeux.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Date d'inscription : 18/09/2016
Age : 84
Localisation : sous ton lit
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Mai - 1:38
Pas la solution ? La plus jeune sourit à ce ton.

je vais te faire rire, mais t’es la personne qui fait le plus attention à moi. Les pouffes avec lesquelles je traine pour donner le change ne vont pas loin.

fait t elle en plaçant ses bras derrière sa tête. Continuant de regarder les étoiles.

mais c’est la mort la plus douce que je puisse souhaiter. Si je ne fais pas péter ce bahut en même temps que moi, je demanderai juste à la salle sur demande de stopper son contrôle sur la gravité de cet univers. Et c’est le plus beau des plongeons. Le dernier. C’est la mort propre. Mon corps ne sera jamais retrouvé, et personne ne regretta mon absence.

Elle sourit sereinement en fermant les yeux. Elle sent deux larmes de circonstances couler le long de ses joues mais qui ne sont pas animés de sentiments réels. Cet endroit lui fait tout oublier. La pression se dissipe. Peut être plus vite que d’habitude. Est-ce que c’est la présence de Bast qui lui fait du bien ? c’est possible. Après tout, personne n’avait accédé à quoi que ce soit d’elle jusqu’alors… peut être qu’au moins, quand elle aura disparue, si elle décide de le faire sans faire de vagues, quelqu’un pourra s’en souvenir… se souvenir d’elle. Même d’un simple souvenir érotique d’un coït profitable. C’est déjà ça. Ne pas vivre et mourir totalement ignorée de la mémoire de quiconque. Elle pense à ses parents… seraient ils triste de sa disparition ? … à la réflexion…non. Ça ne lui fait plus de mal après tout ce temps à aboutir à cette conclusion à chaque fois qu’elle y pense. Elle ouvre les yeux. La nuit est définitivement tombée dans la salle magique. Plus de soleil. Mais la tiédeur de l’air persiste. Elle lève les yeux vers Bast.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 274
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Mai - 1:39
La vie n'est qu'un rêve
✙ Chelsea Carthew


Personne hein ?

Il regarde la Gryffondor, l'air désolé. D'un côté il sent bien la haine de cette dernière sur le monde qui l'entoure, et c'est sans doute à cause de ça quelle a réagit aussi violemment lors de leur première rencontre. De l'autre il a pitié d'elle. Un sentiment qu'il n'aime pas. Le sentiment du lâche qui se croit être capable de comprendre les sentiments de l'autre. Non. Jamais il ne le pourra. Malgré tout, ses paroles lui font un peu mal.

Si je suis le seul à me préoccuper de toi, tu ne crois pas que je regretterai ta mort également ?

Une raison certes égoïste de la part du Serpentard, mais qui lui donne un argument. Et même si elle ne s'en rend compte, elle doit compter pour d'autres personnes. Il fronce légèrement les sourcils, baissant les yeux.

La vie est juste. Ce sont les hommes qui font en sorte du contraire. Mais ils peuvent également faire en sorte qu'elle le reste.

Se battre pour sa vie. Lui donner de la valeur. C'est un principe que Bastian a appris par sa mère. Il s'est battu toute sa vie contre son père et lutte contre son fantôme qui le hante encore aujourd'hui. Alors c'est dommage d'abandonner maintenant. Tout comme Chelsea. La vie ne fait que commencer et elle a sûrement suremener des épreuves jusqu'à aujourd'hui pour être ce qu'elle est. Et quand une main se tend vers elle, elle refuserait de la prendre. Le russe ne lâche pas prise et sourit un peu.

C'est pas drôle si c'est trop facile après...

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Date d'inscription : 18/09/2016
Age : 84
Localisation : sous ton lit
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Mai - 1:41
Chelsea voit l’air désolé dans les yeux de Bast. Elle n’aime pas voir cet air de pitié posé sur elle. Mais lui aussi a dut vivre des choses horribles… elle n’ose pas lui poser la question. Elle ne veut pas qu’il puisse imaginer, si elle lui pose la question, qu’il puisse croire que ça ne serait animé que par une curiosité malsaine sur sa vie privé. Ce sont tout les deux des monstres de foire aux yeux des gens. Elle ne veux pas qu’ils le soient l’un envers l’autre.

Si je suis le seul à me préoccuper de toi, tu ne crois pas que je regretterai ta mort également ?

La question fait l’effet d’une brulure sur Chelsea…. Regretter sa mort ? comment pourrait il la regretter ?
Ils se connaissent à peine… regretter quoi ? La fille qu’il a rencontré torturant dans les cachots ? Celle qui a pratiquement tué son préfet sous ses yeux… celle avec qui il aura passé une après midi de luxure trop courte mais intense… mais aussi éphémère que la chute d’une feuille dans le vent… non. Tu ne me regretterai pas Bast.
Il ne pourrait que la changer dans son désir d’en emporter le plus possible avec elle. Absolument pas la dissuader de mourir.

t’inquiète, quoi que je décide, je le ferai quand tu ne sera plus la. Tu n’auras rien à regretter. ». Fait elle en regardant au dessus d’elle.

Elle entend la voix changer à ses oreilles… elle se fait plus formelle. La belle phrase clichée fait sourire amèrement Chelsea. Combien de temps avait elle tenté de se raccrocher à ce rêve motivé de cette façon pour se maintenir en vie ? Elle n’avait personne pour qui se battre. Les moldus ? En quoi les avait elle aidé jusqu’alors ? En tabassant leurs gosses ? En martyrisant les différents autour d’elle…. Elle envi Bast d’avoir de l’espoir pour la suite. Ou peut être quelqu’un pour qui se maintenir en vie au dessus de l’eau sombre. Elle, malgré sa position dans les hauteurs et le vent nocturne dans ses cheveux, elle sait très bien qu’elle se noie… elle s’enfonce dans les eaux glacées… Elle ne veux pas donner une chance à la vie de lui démontrer que ses motivations ne sont pas valables pour rester en vie… ou pour poursuivre la où elle veux aller. Mais… en y réfléchissant, elle ne veux aller nulle part. Engoncé dans son quotidien… c’était d’ailleurs quand elle en sortait qu’elle se rendait compte d’à quel point tout cela était vide de sens….

ça ne vas nulle part…

susurre t’elle plus pour elle que pour le Serpentard à ses côtés… Elle se sent terriblement vide. L’espace autour d’elle l’envahit. Prend toute la place dans sa poitrine. Elle ferme les yeux… et laisse une larme rouler sur sa joue et se perdre dans ses cheveux sans chercher à la retenir. Elle était trop hors du temps et du monde pour vouloir jouer le jeu de la fierté ici. Le nuage sur lequel elle repose s’enfonce un peu par rapport à son compagnon à ses côtés. Comme alourdit par la peine de la jeune fille. Petite fille sans espoir ou adulte sans passé… elle ne voit même plus sa vie lui échapper dans le flot des jours qui s’entremêlent paresseusement. Tous plus semblables les uns que les autres. Elle a encore un sursaut de vie malgré tout. Elle s’aggripe au bras de Bast… le nuage sur lequel elle est remonte un peu. Elle s’agrippe à lui. Enfouissant son visage dans son épaule. Il va devoir subir ça jusqu’au jour. Ici, elle n’est pas à l’abri de prendre sa décision sur un coup de tête. Mais… elle ne le veut pas quand il est là. Elle attendra au moins son départ de Poudlard. Les regrets… elle n’en a jamais. Mais c’est dans la nature humaine d’en avoir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 274
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Mai - 1:41
La vie n'est qu'un rêve
✙ Chelsea Carthew


Rien à regretter ? Si tu compte tout laisser tomber après mon simple départ, alors je regretterai sûrement d'être parti.

Il n'a pas envie de la laisser se faire de fausses idées. Le but de Bastian depuis ses 13 ans c'est de faire le moins de victime possible. D'ensoleiller un peu ce monde pourri. Ces conneries sont faites pour amuser la galeries. Donner le sourire à ceux qui ne saurait plus comment faire. Lui qui a tout perdu depuis sa plus tendre enfance, il se dit qu'il n'a pas grand chose à perdre et que gagner une retenue de plus ou de moins, ce n'est pas ça qui le tuera, et si ça peut faire rire, alors le russe a atteint son objectif. C'est tordu comme mentalité, mais ça marche. Et même s'il n'en a pas l'air comme ça, la mort d'une personne l'affecte énormément, même s'il ne lui a dit que trois mots dans toute sa vie.

Il caresse la tête de la Gryffondor, d'un air réconfortant. Il se décale sur le côté pour s'approcher d'elle, regardant toujours le ciel d'un air pensif. Elle ressemble à une bête meurtrie et perdue. Un animal qui a perdu tout espoir et qui se laisse mourir sans rien faire. Elle ressemble à ce genre de personne qui, trop blessée, cherche le réconfort autour d'eux... D'une autre manière que la façon amicale et douce. Sans doute à cause de ce qu'elle subit dans l'école, les brimades, tout ça. Peut-être à cause de sa famille également. En a-t-elle une seulement ? Ou est-elle comme Bastian, orpheline et abandonnée ? Il préfère en pas poser la question. Et se contente de déglutir.

Ca ne va nul part si tu ne cherche pas. Le jour ou tu trouveras ton chemin la vie sera largement plus facile.

Il esquisse un sourire, la serrant un peu plus contre lui.

Et si tu veux je peux le chercher avec toi avant mon départ ?

Une simple suggestion. Une simple aide. Une simple proposition de poignée de main.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Date d'inscription : 18/09/2016
Age : 84
Localisation : sous ton lit
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Mai - 1:44

Chelsea sent la main de Bast passer dans ses cheveux… réconfortante… presque paternelle. Elle se sent… petite. Elle n’aime pas cette sensation. Malgré sa petite taille, elle a plus l’habitude de dominer son monde que de se laisser dominer… mais ici… c’est inutile de se battre contre sa faiblesse. Elles sont toutes exposées, étalées devants Bast. Rien que ce paysage en dit si long… Elle l’a accepté. Elle lui donne un accès à sa fragilité…. Mais lui… se veut il la forteresse inébranlable qu’elle essai d’être pour cacher son mal être ? C’est la première fois qu’elle s’intéresse à quelqu’un. Elle ne sait pas comment réagir. Elle sait juste qu’elle ne veux pas mourir ce soir… Mais la mort est ce qui l’attendra. Sa seule issue. Elle pense à la forme chaude qu’elle tient dans ses bras… pourquoi ? La pression augmente dans sa poitrine. Son cœur est compressé…
"Ca ne va nul part si tu ne cherche pas. Le jour ou tu trouveras ton chemin la vie sera largement plus facile."
… Elle sourit. Un sourire se glisse de lui-même sur ses lèvres. Elle rit un peu, en pressant contre elle le bras du sepentard. Mais ces élans d’alégresses n’ont rien de rassurants. Ses joues rougissent fortement. Ses sourcils se froncent de douleur. Ses mains se crispent. Bast la serre un peu plus contre lui.
"Et si tu veux je peux le chercher avec toi avant mon départ ?"
Cette phrase… elle explose pour de bon. Elle éclate d’un rire chargé de douleur dans les bras de Bast tandis que des larmes coulent abondamment sur ses joues. Tout son corps tremble sous la puissance de ses rires et de ses sanglots combinés… elle se relève brutalement, en retombant dans la masse molle et douillette sous la puissance de l’impulsion qui a secoué son corps… elle se plie en deux de rire tandis que ses larmes continuent de dévaller ses joues. Noyans ses yeux, pénétrant sa bouche… les rires s’arrêtent… ne restent que les sanglots sous pression qui continuent de jaillir de ses yeux. Elle se retourne vers Bast :
pourquoi ? Pourquoi tu fais ça ?! Pourquoi tu essai de rendre des gens comme moi plus heureux ?!! Pourquoi ?! ça ne t’apportes rien !! RIEN ! Je ne suis pas quelqu’un de reconnaissant. A peine capable de sentiments quand elle massacre des enculés pour des broutilles quotidienne !! Tu espères que ça profitera à quelqu’un de perdre ton temps à me sauver la vie ?!! Le chemin que je souhaite trouver, celui que j’ai toujours cherché, c’est celui qui me ferait parvenir à un but à la con qui ne mène qu’à la mort d’encore plus de gens… tu essaies de m’aider ?! Tu ne fais que précipiter la mort de centaine d’autres ! Tu crois sincèrement qu’il y a une issue pour les gens qui cherchent la destruction de l’humanité sans aucune raison valable ? Qui prennent leurs pieds en torturant ?... y a pas de chemin pour les gens comme moi Bast ! Y a… au mieux le vide… si on a le courage d’y aller seul… au pire…
elle s’arrête… cherchant son souffle tandis que ses sanglots lui coupent la gorge. Elle a du mal à respirer. Ses larmes continuent de couler sur ses joues… le désespoir profond qui l’habite est trop visible.
tu crois qu’à toi je serai pas capable de faire du mal ? Qu’à toi aussi je rêverai pas de retirer les boyaux par simple plaisir ? Que de toi aussi je finirai par m’éloigner pour éviter de me blesser sur mon propre cœur ?...
sa voix se noie dans ses propres sanglot.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 274
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Mai - 1:45
La vie n'est qu'un rêve
✙ Chelsea Carthew


La réaction de la Gryffondor fait sursauter le Serpentard. Son rire lui fait écarquiller les yeux et l'inquiétude naît dans son regard quand il voit les larmes couler sur ses joues. Il essaie de faire un pas vers elle, lui lançant un regard perplexe. Mais quand elle prend la parole, il se fige, se contentant d'écouter son monologue. Ses mots lui font mal. Elle a raison d'un côté. Comme il a pu le remarquer, personne ne semble s'intéresser réellement à la gamine, à part lui. Et personne à part lui ne sera triste de la perdre, si ce n'est que sa mort ne passe pas inaperçu. Pourtant, il connaît bien la réponse au fond de lui. Il attend un peu, s'assoit près d'elle avant de s'appuyer sur ses genoux, en tailleur. Il lève les yeux au ciel, un petit sourire sur ses lèvres.

Quand j'étais gosse, mon père battait souvent ma mère. Et moi même. Il ne faisait pas que ça, ça serait trop beau. Disons que je n'ai pas grandit dans l'enfance que j'aurais voulu.
Il marque une pause. C'est con de déballer ça maintenant. Et surtout, ça n'a aucun rapport. Et c'est sa plus grande faiblesse. Son passé.
Je n'ai pas vraiment eu d'amis non plus avant mes treize ans. Je n'ai pas pu entendre le rire d'autre personne que ma mère quand on se retrouvait tous les deux, seuls.

Il se souvient des rares occasions où il pouvait se détendre avec sa mère quand elle pansait ses blessures. Quand les coups dans son dos le brûlaient, sa mère étaient toujours là pour les apaiser, au prix de se prendre les mêmes. Il ferme les yeux. Il a perdu le seul rayon de soleil qu'il n'avait jamais aimé dans sa vie, celui qui comptait plus que tout. Celui qui l'a sauvé de nombreuses fois
J'ai assez vu de sang couler. De mort sur mon chemin. Et de malheur dans les yeux des gens. Si tout le monde pouvait simplement sourire à la vie sans se prendre la tête, le monde n'en serait que meilleur. C'est un peu pour ça, que je veux rendre les gens heureux.

C'est purement égoïste. Mais pour Bastian, le simple bonheur des autres est le sien. En voir souffrir le rend triste. C'est juste... Du pur altruisme égoïste. Il rouvre un peu les yeux.
Si tu dois tuer d'autres personnes, fais donc. Si tu dois me tuer moi aussi, mets toi à l'aise. Sache simplement que je ne te laisserai pas faire sans raison valable. Et que même si un jour je dois me battre de nouveau avec toi, je le ferai sans doute à contrecœur, même si je te laisserai la vie sauve.

Il avait douze ans la première fois qu'il s'est sali les mains. Quand il a planté le couteau de cuisine dans l'abdomen de son paternel. Et ça l'a dégoûté. Il s'est senti souillé, il avait honte. Et il le regrette encore.

Tu as raison, qu'il commence. Quand tu dis qu'il n'y a pas de chemin pour des gens qui aiment tuer. C'est vrai. Mais tu n'es pas obligé d'être ce genre de personne. Tu peux... Hm. Simplement être spectatrice. Tu as dis que tu voulais t'entrainer à tuer proprement. Il suffit de maitriser ses pulsions. Et si tu n'y arrive pas seule, tu sais qu'il y aura quelqu'un pour t'aider.

Quelqu'un. Lui ? Ses proches ? Il a envie de l'aider. Sincèrement. Son appel à l'aide n'est que trop clair à ses yeux. Seulement, il suffit qu'elle l'accepte.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Date d'inscription : 18/09/2016
Age : 84
Localisation : sous ton lit
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Mai - 1:47

Chelsea s’est tut après avoir éjecté de ses poumons ce qu’elle avait à dire… ce qui lui brulait le ventre depuis tellement de temps. Elle écoute l’autre à côté d’elle. Ses pleurs s’arrètent… elle entend la voix sereine de l’autre… qui raconte toute sa vie avec cette tranquillité… Chelsea ne s’était pas trompé. Il avait vécu l’horreur. Elle, l’avait infligé. Elle… compatit profondément. A quel point en est il ressortit meurtri ?
"J'ai assez vu de sang couler. De mort sur mon chemin. Et de malheur dans les yeux des gens. Si tout le monde pouvait simplement sourire à la vie sans se prendre la tête, le monde n'en serait que meilleur. C'est un peu pour ça, que je veux rendre les gens heureux."
… ce que dit Bast remue quelque chose au fond de la gamine meurtrie… ça reste des belles phrases dans la forme. Et le sentiment qu’il d écrit est purement égoïste… alors pourquoi ça fait de nouveau couler les larmes sur les joues de la jeune fille? Pourquoi ce ne sont plus des larmes de tristesse ?... Idiot va… pense t’elle. Vouloir rendre les gens heureux pour te sentir mieux… si seulement je résonnai comme toi…
Leur manière de s’opposer comptait la dessus également… celui qui veux voir le bonheur dans les yeux des gens pour se sentir heureux, pour sentir qu’il a une utilité… qu’il fait du bien aux gens avec une bonne raison… Et l’autre, qui souhaite les faire souffrir pour lui donner un sentiment factice que sa vie a quelques instants de jouissance qui lui donnent un sens… ils résonnaient pareils avec des méthodes opposés. Un parfait miroir… elle sourit à cette image.
"Si tu dois tuer d'autres personnes, fais donc. Si tu dois me tuer moi aussi, mets toi à l'aise. Sache simplement que je ne te laisserai pas faire sans raison valable. Et que même si un jour je dois me battre de nouveau avec toi, je le ferai sans doute à contrecœur, même si je te laisserai la vie sauve."
Des … raisons valables pour tuer ? Jusqu’alors, elle n’avait jamais tué. Elle s’y préparait toute sa vie… mais elle n a jamais tué. Une raison valable pour tuer ? Elle a toujours voulu croire jusqu’alors, que c’était d’être un sorcier de sang pur suprémaciste… il venait de lui démontrer que ce n’était pas suffisant. Elle n a aucune raison valable de tuer justement…. C’est ça qui lui fait craindre le monstre instauré par ses parents dans son cœur.
"Tu as raison. Quand tu dis qu'il n'y a pas de chemin pour des gens qui aiment tuer. C'est vrai. Mais tu n'es pas obligé d'être ce genre de personne. Tu peux... Hm. Simplement être spectatrice. Tu as dis que tu voulais t'entrainer à tuer proprement. Il suffit de maitriser ses pulsions. Et si tu n'y arrive pas seule, tu sais qu'il y aura quelqu'un pour t'aider."
Cette dernière phrase fait écarquiller les yeux de la plus jeune…. Elle se détourne de Bast… le regard vers le lointain.
« … tu veux m’aider ? » fait elle en se retournant enfin vers lui, les yeux brillants de larme… puis elle s’effondre sur lui en pressant son torse dans ses bras.
« Apprend moi à faire les conneries dont tu a le secret. Si être moi ne fonctionne pas, je prendrai le relai. Jouer un rôle… ça m’est assez familier. Poudlard ne serait pas drôle sans un chieur…. Et rire et avoir des orgasmes, ça pourrait bien me faire m’oublier suffisamment… pour survivre sans tuer. »
« au moins… j’essaierai avant de dire que c’est sans espoir… et ce jour où j’aurai perdu tout espoir je reviendrai ici.. » souffle t’elle enfin

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 274
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Mai - 1:50
Cours de rattrape de clownerie
✙ Chelsea Carthew


C'est la réponse de Chelsea qui le surprend cette fois-ci. Il n'aurai pas vraiment pensé qu'elle lui demande devenir l'abruti de service qu'il était devenu. Qu'elle lui demanderait de faire... Rire la galerie. Cette idée fait naitre un sourire sur les lèvres du brun qui pose une main dans son dos pour le caresser. Il réfléchit un moment. Comment initier quelqu'un à faire rire les autres quand sa réputation est au plus bas ? C'est assez compliqué pour un début. Et à vrai dire, Bastian n'a jamais été dans son cas. Il était plus d'un genre discret, avant. Mais pour faire remonter tout ça, il va falloir du travail. Poudlard ne s'est pas fait en un jour, sans doute que la nouvelle Chelsea non plus. Au moins, il aura quelque chose à faire avant de se faire expulser, autre que de finir en retenue.

Hmm... Tu es prêtre à prendre sur toi ? Si tu veux faire les conneries que je fais, il faut avoir confiance en soit pour commencer.

Oser. C'est le mot. Oser se montrer sous un ton différent chaque jours, ne pas avoir peur du ridicule et abandonner toute fierté. Bastian a toujours vécu dans l'humiliation totale depuis qu'il est né. Alors ça ne le changeait pas beaucoup de faire le pitre devant ses camarades, quitte à passer pour un trisomique. Quand on l'insultait - parce qu'il faut dire que ses plaisanteries ne plaisent pas forcément à tout le monde. - il se contentait de sourire. Ce n'est pas vraiment ça qui le blessait. Mais d'un côté, c'est ce qui inquiète le Serpentard. Comment réagira Chelsea quand les gens se moqueront d'elle ? Quand ils riront de ce qu'elle fera ? Est-ce qu'elle pourra vraiment réagir comme lui, sans s'emporter ?

Faire des conneries c'est simplement... Montrer qu'on est libre. Ne pas forcément respecter les règles et ne pas avoir peur du regard des autres. Montrer qui on est, sans dépasser les limites. C'est aussi penser aux autres après soit.

Le sacrifice en un seul mot. Un sacrifice qui fera rire. Un grand sens de l'humour. Mais la question principale revient à : comment embarquer Chelsea dans un tel univers alors que sa simple vue fait fuir la plupart des étudiants, à ce qu'a pu voir Bastian. Il se gratte la joue, réfléchit.

Montre aux gens que tu n'es pas ce qu'ils croient. Démontre leur que tu peux être intéressante et autre chose qu'un puching-ball !

Il sourit, essaie de se faire encourageant. C'est simple dit comme ça. Pour Bastian, c'est naturel. Pour ma Gryffondor, ça ne le sera peut-être pas. Et "jouer un rôle", comme elle le dit peut être plus épuisant que ça en a l'air...

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Date d'inscription : 18/09/2016
Age : 84
Localisation : sous ton lit
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Mai - 1:50
Chelsea sent une main bienveillante caresser son dos… il ne devait surement pas s’attendre à ça.
"Hmm... Tu es prêtre à prendre sur toi ? Si tu veux faire les conneries que je fais, il faut avoir confiance en soit pour commencer."
Chelsea a l’impression d’être en cours pour le coup… Elle se redresse pour regarder les yeux du plus agé…
"Faire des conneries c'est simplement... Montrer qu'on est libre. Ne pas forcément respecter les règles et ne pas avoir peur du regard des autres. Montrer qui on est, sans dépasser les limites. C'est aussi penser aux autres après soit."
Elle sourit de nouveau… une nuance vas devoir être apportée dans tout ça…
"Montre aux gens que tu n'es pas ce qu'ils croient. Démontre leur que tu peux être intéressante et autre chose qu'un puching-ball !"
Elle rit un peu… se relève et fait quelques pas devant elle, jonglant d’un pied sur l’autre, comme un funambule.
« tu sais… » dit elle à Bast… « je n’aurai jamais la prétention de reprendre geste par geste la face que tu donnes au monde. Tout simplement parceque j’ai trop de fierté…. »
Elle continue ses gestes désarticulés
« en fait… je n’ai pas la même vision du monde que toi. Je ne chercherai pas à faire rire les gens pour leurs propre bien être au détriment de qui je suis vraiment… parceque sinon, je sais que je vais finir par exploser. La manière la plus douce que j’ai… c’est de faire des conneries, sans me faire attraper. »
Elle se retourne vers Bast, plantant son regard espiègle dans le sien.
« j’ai déjà pu voir que lancer un feu d’artifice dans une classe sans se faire attraper valait tout l’or du monde. J’ai besoin de frissons… je ne suis pas capable de poursuivre un combat d’une telle noblesse. Je te l’ai dit… je vit de jouissance quotidienne. Si ça les fait rire, tant mieux. Si ils m’en veulent, hé bien… je serai toujours seule, mais je rirais. » ses yeux brillent un peu. Elle désir être l’emmerdeuse anonyme. Si elle est subtile, personne ne remarquera que c’est elle, la petite farceuse de Poudlard. Quand bien même des gens comprendraient son petit jeu et l’apprécieraient pour cette raison, ça ne la ferait jamais les apprécier eux.
« je hais trop l’humanité pour avoir envi d’en guérir les plaies… du moins aussi directement que tu le fais… ou simplement pour me trouver de nouvelles victimes. Les gens comme moi ne peuvent pas passer du statut de bourreau à celui d’assistante sociale. C’est égoïste… mais je n’ai jamais cessé de l’être. »
« tu veux former une petite frappe Bast ? c’est toujours le moment de dire non. » Lui lance t’elle avec humour.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 274
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Mai - 1:51
Cours de rattrape de clownerie
✙ Chelsea Carthew


Le Serpentard ne s'est jamais vraiment dévoilé devant les gens. Il n'a jamais parlé de son passé à quiconque, pas même à l'infirmier quand il allait le voir, au bord des larmes et le corps roué de coups. Il racontait simplement qu'il s'était battu avec de élèves, ou qu'il était tombé dans les escaliers en s'emmêlant les pieds dans sa cape. Il n'avait parlé de son enfance qu'à Morguan, la seule envers qui il avait totalement confiance. A Oswald aussi, il y a peu. Et maintenant à Chelsea. Ca le soulageait d'un côté, de partager cette souffrance qu'il contient avec d'autres. Mais d'un autre, il préfère se taire. Tout le monde n'a pas besoin de savoir ce qu'il a vécu, parce que ça peut se retourner contre lui. Lui parler de son père le met toujours dans un état second. Et quand il disait qu'il se bagarrait avec d'autres élèves, ce n'était pas tout le temps faut. Il suffisait qu'on lui fasse une réflexion sur sa famille ou qu'on le compare pour qu'il parte au quart de tour. Et c'est encore le cas aujourd'hui quand il est de mauvaise humeur.

Il replace une mèche brune sur son front pour se dégager la vue, regardant la Gryffondor jouer aux équilibrisme d'un œil amusé. Il l'écoute attentivement avant de croiser les bras. Il n'en doutait pas, que sa façon de voir le monde était différent du sien. Rien que la voir trucider des gens aussi naturellement qu'elle respirait lui suffisait à le prouver. Et on ne change pas quelqu'un par de douces parole. Il ne peut s'empêcher de rire à sa dernière phrase. Lui ? Mentor de quelqu'un ? On lui avait souvent proposé de faire les quatre cents coups avec, mais jamais à ce qu'il apprenne à faire des tours. Mais il hoche la tête, requinqué.

Ok, ok. Pourquoi pas. Ca peut être amusant.

Il se relève, s'étire et attrape sa baguette pour écrire quelques phrases en lettre de feu dans le vide.

Je te propose de faire un concours pour mettre ça en place. Comme ça tu pourras te donner à fond dès le début.

Bien évidemment, tout est à prendre au second degré. Et dans ce genre de jeu, il y a toujours un moyen de tricher. Et Bastian compte bien en profiter. Si Chelsea veut devenir un roublarde, il va falloir qu'elle use de ses moyens pour contre le russe qui sourit.

Imaginons que tu arrive à avoir trois étudiants, alors tu gagne trois points. Imaginons que j'en coince un seul, alors je ne gagne qu'un seul point. Les points seront en fonction du nombre de victimes qu'on arrive à piéger, d'accord ?

Il fait un croquis pour que ça soit un peu plus clair. Peut importe la manière, tant que la victime tombe dans le panneau, ou les victimes, c'est gagné.

Un élève rapporte donc un point. Un prof trois. Et ne pas se faire prendre rajouter 5 points bonus. Je te propose de faire durer ça pendant un mois, pour commencer.

Il note les chiffres, comme un professeur. Il écrit simplement très mal. Même lui a du mal à se relire parfois. C'est là que c'est utile d'avoir une mémoire kinésique.

Ca te va ou tu veux ajouter quelque chose ?

Piéger une classe entière, c'est un nombre de point équivalent dans la poche. Piéger la grande salle entière c'est un petit pactole qui ne se refuse pas. Et plus vite on met les théories en pratique et plus vite on apprend.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Date d'inscription : 18/09/2016
Age : 84
Localisation : sous ton lit
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Mai - 1:54

Chelsea voit le plus grand remit à bloc par sa demande, et lui dicter les règles du jeu. Elle sourit en écoutant. Ne se donnant pas la peine de regarder ce que l’autre écrit en l’air… entre autre parce que son écriture est horrible. Et que les règles ne sont pas dures à retenir. Elle se doute que sa tactique de l’invisible au fond de la classe l’aidera pas mal dans ses premiers tours. Personne ne s’attendra à ce que ce soit elle qui joue les fauteuse de trouble dans les classes. Elle a déjà quelques petites idées pour s’échauffer.

ouai, juste un truc à rajouter… on risque pas d’être fourré ensemble souvent, et d’ailleurs ça vaut mieux qu’on ne se retrouve qu’à certaines heures et à un endroit précis pour brouiller les pistes. Il faut qu’on ramène une preuve de chaque méfait. Sinon, trop facile de tricher. Ou alors, on se le joue au véritaserum. Et ça serait plus drôle si on mettait en place un système de gage. La personne qui a récolté le plus de point en une journée donne un gage à l’autre. Je vais douiller pour les premières fois mais… ça risque d’être marrant.

Fait elle en plaçant ses mains sur ses hanches.

qu’en dis tu ?

lance t’elle au serpentard en plantant son regards dans le sien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 274
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 19 Mai - 1:53
Tu la sens venir la couille Bastouille ?
✙ Chelsea Carthew


Ca faisait longtemps que Bastian n'avait pas eu un tel challenge. Dépasser la brune et se dépasser lui même pour ne pas perdre chaque manche. Il se doute bien que les premiers jours seront les plus faciles à gagner, à cause du manque d'expérience de la jeune fille et que les prochains seront plus corsés - comme le café. -. Mais c'est également une question de fierté de ne pas perdre. A lui d'être inventif et se trouver au bon endroit au bon moment. L'avantage est qu'il connait la plupart des emplois du temps des gens pour connaître les mouvement de foules. Chose qu'il a pu observer de nombreuses fois pour préparer ses coups.

La condition de la Gryffondor lui fait hocher la tête. Evidemment que les preuves sont obligatoires. Il n'est pas malin à ce point là, et même si c'est un Serpentard et que les Serpentard sont réputé pour rouler les gens dans la farine, Bastian a un minimum de tenue. Enfin... Ca dépend comment et à quoi.

Oui. La pensine ou le véritasérum seront obligatoire. Enfin... Faut-il se procurer la potion, c'est assez difficile de la préparer et que je sache un élève de cinquième année n'apprend pas encore ce genre de potion. Ou alors j'ai vraiment pas suivi en cours...

Il a beau être doué en classe et ressembler à une tête de turc avec ses notes positives, ce n'est pas pour autant qu'il ne dort pas en plein cours. La plupart du temps, ses retenues viennent de là. Le second temps c'est quand il fait une connerie. Il s'est même déjà endormi en plein examen. Ses nuits sont assez occupées... Parfois.

Je te propose de commencer dès aujourd'hui. Oh et, inutile de "brouiller les pistes" comme tu dis. Enfin, si ça te rassure, fais donc. Mais ne compte pas sur moi pour y participer.

Il lui tire la langue avec un clin d'oeil. Chacun pour soi. C'est sa façon de penser et d'agir. D'un dernier coup de baguette,  il fait disparaître les écris enflammés dans l'air et fait apparaître quelques oiseaux bleus en échange. Volatile se mariant très bien avec le paysage qui leu est offert. Il sourit. Lui aussi aurait voulu savoir voler comme eux de ses propres ailes.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Date d'inscription : 18/09/2016
Age : 84
Localisation : sous ton lit
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 19 Mai - 10:28
C 'est sûr... elle a un adversaire de taille en face. Et particulièrement retord lui avait il semblé avec sa tromperie de plus tôt. Mais elle aussi est capable de le faire suer si elle veux... et puisque c'est chacun pour soit... un peu comme ce qu'elle avait toujours fait.
Le mensonge était pas un problème pour elle... la discrétion... ça allait.
Le plus dur serait de continuer à faire mine de rien. Un peu de théâtre dans l'aspect inverse à celui qu'elle donnait.

Elle sourit à son refus de jouer de prudence accompagné de la petite mimique enfantine qui lui donne soudain envie de le baffer. Mais elle se retient. Ses membres sont assez douloureux comme ça. Et puis c'est bien son genre.

tenu.


Les petits volatiles piaillent au dessus d'eux.

pfoua va pour commencer aujourd'hui. Mais avant, récupération fait elle en baillant et en s'étirant.


oui.... parceque la, il allait falloir être réaliste. Ils étaient crevés et accompagnés d'une dalle affirmée. Elle en tout cas était incapable de faire quoi que ce soit pour le moment.

Elle se laisse tomber dans la masse nuageuse et s'endort presque immédiatement, non sans glisser au préalable un et celui qui ramène le veritasserum demain obtient la prime de départ.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 274
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 21 Mai - 20:44
A la prochaine
✙ Chelsea Carthew


Toutes les conditions sont en place et c'est bientôt l'heure de dîner. La fin de soirée était plutôt mouvementé, entre le sexe et la bagarre, le retour à l'infirmerie puis l'évasion à la salle sur demande, Bastian commence à être fatigué. Il regarde Chelsea s'affaler dans un nuage avant de se lever, regardant ses oiseaux un moment avant de les faire disparaître dans le vent en vapeur. Il soupire.

Si tu veux jouer uniquement pour gagner, on fait comme ça. Je te donne le premier point.

C'est une question d'honneur mais avant tout un jeu. Et Bastian, étant un grand joueur, se fiche de gagner ou perdre. Certes c'est mieux de remporter les manches et défis qu'on lui propose mais tant qu'il s'amuse, le final importe. Il met ses mains dans ses poches et remonte jusqu'à la porte, jetant un dernier regard à la brune.

Essaie de venir au dîner au moins ! Ca te remplira le bide, après tout ce qui s'est passé.

Il voyait déjà le banquet, les tables garnis, grouillantes d'élèves affamés autour se pressant pour avoir du rab. Il sourit et quitte la pièce, bien décidé d'aller se faire exploser la panse. A peine rentré dans la grande salle qu'il illumine la pièce de façon à éblouir la plupart des gens. Il balance alors quelques friandises piégeuses dans les plats de façon totalement aléatoire avec sa baguette et va s'asseoir à la table des Serpentards comme à son habitude, retrouvant sa bande de copains. Il se fait questionner quant à ses pansements et où il était passé durant tout ce temps et leur répond simplement qu'il avait eu des ennuis. Ce n'est pas trop tard qu'un cri de stupeur traverse la salle quand une fille au visage décoré de pustules se lève de son banc. Et d'une première victime. Il ne gagnera pas le point bonus du véritasérum, mais au moins il aura quelques points d'avance dès ce soir.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Date d'inscription : 18/09/2016
Age : 84
Localisation : sous ton lit
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 7 Juin - 15:12
Chelsea entend la dernière phrase du plus grand, mais le laisse sortir sans rien dire. Elle est plus efficace à jeun, et a plus besoin de dormir qu'autre chose pour le moment. Elle fait le bilan rapidement. Elle sait qu'il lui manque de l'expérience et du matériel. D'après ce qu'elle sait, le brun est doué à manier les friandises piégeuses à tour de bras. Elle devra compter sur ses autres atouts. Sa discrétion et son "innocence" dans le regard des gens.
hmm...
ça ne se fera pas tout seul mais ça risque d'être drôle se dit elle en plongeant dans le sommeil réparateur.
Elle est réveillée par la caresse du soleil sur elle, qui la fait se lever instantanément. La salle sur demande ne fait pas les choses au hasard.
Elle sort fébrilement de la salle et court vers son dortoir faire une rapide toilette et récupérer les vêtements qui lui faisaient défaut depuis quelques heures... et la course peut commencer.
Elle réfléchit à son programme en réunissant ses affaires et en se dirigeant vers la salle commune pour un petit déjeuner bien mérité.
Elle observe les habitudes des élèves autour d’elle et s’inspire…
Elle sourit et se dirige vers son premier cours. Potion. De quoi bien commencer la journée. Elle ne se prive pas de lancer quelques sorts de croquenjambe dans les escaliers pour appuyer. Dans la foule, ça passe inaperçu. Elle en relève quelque uns pour parfaire son image de bonne joueuse. Même à bas niveau ça augmente sa discrétion pour l’instant. Elle ne sait pas si elle a envi que ça compte comme point mais c’est un bon entrainement de mensonge après un méfait.
Le cours de déroule assez vite. Un ou deux chaudrons explosent malencontreusement autour d’elle et le professeur a esquivé pile à temps l’un d’eux en faisant sa tournée. Raté pour cette fois. Mais elle a bien vu son regard soupçonneux sur elle. Elle s’est déjà faire attraper une fois par le passé. Il faut faire attention avec lui.
La fin du cours sonne et sans perdre un instant elle part vers la réserve en prétextant des douleurs auprès de ses « amies ».
Mais la précieuse potion convoitée ne sera pas facile à obtenir pour autant. Elle lance un « assurdiato » prudent dans le couloir autour de la petite pièce. Un simple « halomora » a raison de la serrure … mais elle ne prend pas le risque de prononcer un « accio » dans cette pièce si surveillée… un sort si reconnaissable serait une mauvaise idée.
Mais elle referme précautionneusement la porte sur son forfait. Elle cherche rapidement la potion parmis toutes les autres. Elle est fébrile et trouve au bout de cinq minutes avec un bruit victorieux. Elle prononce un « gemino » sur la petite fiole pour la dupliquer et reposer sa jumelle sur l’étagère d’où elle provient. Elle sort rapidement de la petite pièce et referme rapidement. Il était temps des bruits de pas résonnent dans le couloir. Elle se précipite dans la première pièce adjacente pour éviter… un préfet. Elle ne cherche même pas à regarder l’insigne déterminant la maison. Rien que cette vision lui fait serrer la mâchoire et son poing sur sa baguette mais elle se maitrise juste à temps…. Détend toi…. Ce n’est … que le préfet de poufsouffle… sa main se décrispe de la baguette dans son étui. … hm… cette réaction de nervosité bestiale était compréhensible après ce qui s’est passé. Mais le préfet en question est à l’infirmerie à se faire soigner ce qui lui reste … cette vision la détendit assez pour lui faire lâcher un soupir.
Il faut qu’elle soit moins réactive. Ses nerfs doivent tenir encore. Elle secoue la tête pour effacer cette pensée, et sourit plus naturellement du monde. Le regard apaisé.
La fin de la journée se passe sans autre anicroche. Les tours qu’elle tentait tombèrent à plat, mais cela n’entama pas son moral. Au moins elle n’était pas découverte.
Elle griffonne
« première journée ; véritasserum en poche inutile de dire où on fait le bilan? : p»
qu’elle confie à une chouette. Puis quitte la salle de cours. La journée est finie, elle atteint un montant de point non négligeable pour sa première. Voyons ce que cela donne de l’autre côté.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 274
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Juin - 2:08
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Arrivée d'un autre monde.
» Autre Monde, de Maxime Chattam
» A la frontière de l'autre monde [PV]
» LES CENOTES, PORTES VERS L'AUTRE MONDE...
» Un pas vers l'autre monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum de Traverse :: Flood :: La Poubelle :: Ancien RP-
Sauter vers: