:: Flood :: La Poubelle :: Ancien RP Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

RETOUR AUX SOURCES [Feat Bast Lev]

avatar
Messages : 60
Date d'inscription : 18/09/2016
Age : 84
Localisation : sous ton lit
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Mai - 0:54
Chelsea sent à peine son corps. Elle se sent flotter loin au dessus… elle s’imagine qu’elle est… heureuse . Elle voit des visages familiers souriants autour d’elle. Elle joue avec eux. Ils crient autour d’elle, l’emportant dans leurs jeux. Elle recherche où elle connait ces visages souriants. Plus elle réfléchi, moins elle trouve… qu’importe. Elle se laisse entrainer dans la ronde, dans la horde des enfants autour d’elle. Soudain, elle voit ces mêmes enfants pleurants et gémissants à ses pieds. Elle voit leurs visages couvert de bleu, en sang…. Elle commence à hurler de terreur en regardant ces enfants moldus… avoir peur d’elle. Puis se consumer lentement en fumée, hurlant encore de douleur dans ses oreilles. Elle se réveille en sursaut en poussant un cri de terreur dans l’infirmerie. Les cris résonnent  encore à ses oreilles… Elle se rend compte d’où elle est… une immense pièce… au plafond haut. Elle transpire dans son lit. Une nausée envahit sa bouche… elle place sa main devant, la calme comme elle peut… elle respire lentement… mais elle se sent mal... ! Son intérieur la brule douloureusement. Elle se sent encore souillée… souillée par quoi ? Sa mémoire lui revient par bribe… oh non… putain… cet enculé de préfet ! Elle l’avait… probablement tué. Elle se dit que c’est le meilleur qu’elle puisse lui souhaiter après ce qu’elle lui a fait… mais elle ne le regrette pas ! Elle ne regrette jamais ses décisions… alors… pourquoi elle… pleure ? Elle voit en effet des larmes tomber dans sa main  devant elle. Pourquoi…  est-elle comme ça ? Comment est t’elle arrivé à en vouloir à ce point aux gens autour d’elle ? Leur en vouloir de quoi ? De ne pas voir qui elle est ? De ne pas chercher à comprendre ? De ne pas comprendre tout court ? Mais il n’y a rien à comprendre. Ce qu’elle est et où elle avait toujours vécu avait fait d’elle une renégate envers tout. Les sorciers, ce n’est pas le principal…. C’était de la traitrise envers sa propre humanité. Et ce dés le plus jeune âge…. Aller à l’encontre de ses sentiments pour faire comme la masse commune des gens.  Ce qu’elle a toujours fait.
Elle s’en veut. Elle s’en veut d’être un monstre. Elle s’en veut aujourd’hui d’attendre tranquillement le jour où elle tuera e plus de monde possible dans cette école. Parmis eux… il y a des gens bien.  Des gens qui veulent la paix. Des gens qui comme elle, cherchent l’équité, et ont dû jouer le jeu pour ne pas être seul. Assez putain… assez. Si elle remet ses agissements en cause… c’est toute sa raison de vivre qui par en fumé… c’est tout ses espoirs d’avenir qui s’en vont… ou même ses espoirs d’une fin glorieuse dans une explosion de feu rougeoyant, dans un rire infini.  Une jouissance démarquant la fin de son jeu pour la révéler pour la dernière fois. Adieu les parents, adieu les mensonges. Je part dans un feu de joie qui emportera bien toute cette école avec moi… pourquoi ce désir de tout faire exploser avec elle lui fais du mal maintenant ? Elle regarde à côté d’elle, elle voit la tignasse brune de son compagnon dépasser… son compagnon… Bast… pourquoi ? C’était peut être un hasard si cette journée de coït se finissait comme ça… mais étrangement.. elle trouve une logique à ce changement d’état.  Il avait dû la voir… il avait dû voir chacun de ses mouvements quand elle massacrait l’autre enfoiré. Et il avait malgré tout trouvé la force de la ramener jusqu’ici malgré ses blessures. Ce genre de personne lui faisait du mal… cet altruisme… ils étaient les exacts opposé. Un danger franc et direct dans ses colères, et elle, une bombe à retardement langoureuse et sadique tapie dans l’ombre… le torturé et la bourreau. Ils se répondaient surement ainsi… à se demander si l’un n’aurait pas eu plus sa place dans la maison de l’autre.  Elle descend de son lit, se tordant un peu la cheville au passage. La douleur lancinante de ses nombreuses plaies et dans son entre jambe la font grimacer de douleur. Elle marche laborieusement vers le lit de l’autre, et se glisse à l’intérieur. Enroulant ses bras autour de l’autre, et se rendort ainsi. Rassuré par l’odeur du plus grand et sa respiration sereine contre elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 274
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Mai - 21:39
La vie n'est qu'un rêve
✙ Chelsea Carthew


Je n'ai eu qu'un seul rêve dans ma vie. Aller voir les étoiles avec mon père et ma mère.

Il ouvre les yeux. Ses mains sont prises dans deux autres. Il regarde autour de lui. La plaine s'étend devant ses yeux, éclairée par le clair de lune. Les étoiles dansent dans le ciel, accompagnée de la lune. Puis il suit ce qui lui tient les mains. Des bras. Une épaule puis une tête. Il regarde sa mère et son père lui sourire sereinement. L'un d'eux pointe le ciel, ses lèvres bougent. L'autre le prend sur ses épaules. Il se sent bien. Il est heureux, là. Il sent une larme rouler sur sa joue. Puis une autre. Puis son nez se met à couler. Il pleure. Il pleure de joie ? Ou simplement parce qu'il sait que ce n'est qu'un rêve. Il ferme les yeux, pleure à chaude larme. Il crie même. Est secoué par les sanglots.

Le Serpentard s'agite, un peu, se tourne et rouvre enfin les yeux. Sa vision est troublée un moment par l'eau salée qu'il essuie d'un revers de manche avant qu'il se rende compte qu'il se trouve dans les bras de quelqu'un. Il a mal un peu partout et a un sale goût dans la bouche. Sûrement un sale médicament que l'infirmier lui a fait avaler durant son sommeil. Il se retourne pour faire face à... Chelsea. Le visage de la Gryffondor lui fait chaud au cœur. Mais il n'en oublie pas moins les atrocités qu'elle a commis. Que ce soit contre un enfoiré de service ou contre quelqu'un d'autre, Bastian ne pardonne pas si facilement quand on se conduit comme un autre monstre autrui.

Il caresse un peu sa tête. Elle l'a sans doute rejoint pendant son sommeil également, ce que Bastian ne comprend pas trop. Au moins, elle ne semble pas trop handicapée au point de se déplacer d'un lit à un autre. Il ferme à demi les yeux, enfonçant un peu plus la tête dans son oreiller. Ca fait du bien après tout ce qui s'est passé. Il a presque envie de se rendormir. Et ses pensées s'accompagnent de ses yeux se fermant.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Date d'inscription : 18/09/2016
Age : 84
Localisation : sous ton lit
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Mai - 21:58
Chelsea s’est rendormi… mais c’est loin d’être un sommeil paisible. Elle revoit encore ces visages d’enfants torturés, des filles qui l’agressaient plus tôt, du préfet qui l’a violé et torturé… jamais elle n’avait été aussi loin de toute sa vie que dans ces dernières 12 heures… et l’effet était loin d’être aussi jouissif qu’elle ne l’avait fantasmé. Elle est à demi dans l’inconscience quand elle sent le serpentard s’agiter sous elle, pousser des gémissements de tristesse ou de désespoir… elle sent à ses tremblements qu’il pleure. Ca lui fait malgré tout quelque chose… elle sent la tentions qui se dégage du brun. Elle l’enlace un peu plus. Comme pour le soutenir dans sa tristesse… ou comme doudou pour soutenir la sienne. Elle laisse échapper deux larmes de ses joues. Elle repense encore au préfet. Non, elle ne regrette pas ce qu’elle lui a fait. Lui aussi lui avait fait subir le martyre. Elle n’aurait pas laissé échapper le monstre s’il n’avait pas été aussi loin. Les violeurs méritent ce qui leurs arrive quand ils sont punis. Mais la tristesse de l’autre, qu’elle sent profonde en lui, lui fait du mal. Comment pourraient-ils établir une relation même amicale après ça… ? ils sont trop opposés. Et elle sait très bien. Elle sent une main passer sur sa tête, la lui caressant doucement. C’est marrant… sa mère aurait pu faire ça… ou son père… ils auraient pu avoir ce geste envers elle. Si jamais ils avaient su qu’elle existait. Qu’elle les attendait tout les soirs pour les voir ne serait ce que deux minutes dans la journée avant d’aller se coucher… peut être qu’elle n’aurait pas eu à calmer sa frustration affective en torturant des enfants. Peut être qu’elle n’aurait pas gobé à la source tout leur dire sur les sorciers l’entourant… pour tenter de gagner leurs estime. Peut être qu’ils n’auraient pas tué dans l’œuf ses relations envers ses égaux, tout en rêvant de la bienveillance de la communauté moldu qu’elle tabassait à longueur de journée sans même pouvoir le vérifier. Ces parents engagés dans une révolution pour le triomphe d’une communauté sur une autre… en oubliant complètement de se demander si leurs agissements étaient mieux que ceux contre lesquels ils se battaient. Quelle splendide ironie. C’en était magnifique.
Oui, aussi pathétique que ça pouvait paraitre, Chelsea n’était rien d’autre qu’une enfant esseulée et ignorée par ses parents. Aussi froid que son cœur durant toutes ces années… et tout ça… pour obtenir la fierté. Chose qu’elle n’avait jamais eu. Et qu’elle n’obtiendrait jamais. Elle était juste désespérément seule. Et personne autour d’elle ne s’en rendrait jamais compte. Elle se releva légèrement, cherchant à quitter le lit de l’autre. Elle se lève avec difficulté. Le tiraillement douloureu dans son corps ne semble pas vouloir s’estomper. Quand elle parvient à se défaire des draps, elle tombe comme une masse au sol, s’explosant les genoux au sol dans un léger gémissement. Ses jambes tremblent, ne semblent pas vouloir supporter son poids. Une nouvelle vague de sentiment l’envahit. Ses yeux se brouillent dans la pénombre. Elle se relève au mieux, et se dirige vers la sortie de l’infirmerie. Elle ne veux pas pleurer ici. Elle sait où aller pour se défaire de la pression douloureuse qui envahit sa poitrine.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 274
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Mai - 22:00
Reste là
✙ Chelsea Carthew


Bastian rouvre les yeux. L'autre bouge. Elle se glisse du lit, tombe en gémissant et commence à filer. Il bouge son bras, remue mollement avant d'attraper la nouvelle chemise que leur a mis l'infirmier. Il essaie de serrer sa prise comme il le peut, se tirant du lit à moitié.

Eeh...

Il a encore un peu de mal à bouger, et finit même à moitié hors du lit, le torse touchant le sol. Il regarde Chelsea, essaie de la retenir. Elle compte encore s'en tirer comme ça ? Sans le remercier ? Et en tenant à peine debout ? Comme si le Serpentard allait la laisser faire. Il renifle.

Tu compte aller où dans ton état...?

Il la fixe, les sourcils légèrement froncés. Et si elle tombait dans les escaliers ? Ou simplement elle retrouverait des gens qui lui veulent du mal à l'extérieur ? Comment elle compte se défendre dans cet état ? Complètement suicidaire cette fille.

Et comme si ce n'était pas suffisant, les portes de l'infirmerie s'ouvre, laissant passer une horde d'élèves qui transporte un corps : le préfet. Heureusement pour les deux étudiants, tous ses souvenirs ont été effacés, il le valaient mieux après tout ce qu'il avait vécu. Mais Bastian aurait préféré ne pas le retrouvé de ci-tôt. Il resserre sa poigne autour du haut de Chelsea, au cas où elle voudrait aller lui en coller deux ou trois en plus du sort qu'elle lui avait infligé. L'infirmier soupire, va s'occuper de son nouveau patient en écartant le reste de la bande. Et Bastian tire un peu plus sur la chemise de l'a Gryffondor pour l'inciter à revenir près de lui.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Date d'inscription : 18/09/2016
Age : 84
Localisation : sous ton lit
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Mai - 23:16

Chelsea se sent soudainement attrapée par la chemise de nuit de l'infirmerie. Prise par surprise. Elle est entrainée en arrière. Elle se débat un peu, par réflexe, tirant la masse chaude avec elle, cherchant à lui faire lâcher prise. Elle n'est pas en état de se battre... la pression sur sa poitrine prend toute la place. elle d'entend soufflée à son oreille la voix de Bast "Tu compte aller où dans ton état...?".
Elle se sent légèrement piquée au vif par la question... pourquoi il en avait quelque chose à foutre de ce qu'elle pouvait faire? c'était quoi, c'était son sentiment d'altruisme et ses élans de générosité envers l'humanité qui reprenaient le dessus? Deux larmes coulèrent encore le long de ses joues, et tombèrent sur les mains de Bast aggrippé à elle. Elle plonge son regard brillant à la fois d'une fureur envers elle même et envers l'humanité dans les yeux de Bast. Son air froncé... lui ferait presque croire que c'était par inquiétude pour elle. Depuis quand quelqu'un s'inquiète pour elle? ridicule. Elle s'apprète à lui rétorquer quelque chose... pour lui faire lacher prise... pour la laisser partir. Mais elle est interrompue par un groupe d'élève transportant un corps à l'infirmerie... elle reconnait... son ouvrage et les couleurs de la maisons seprentard. Elle sent la main sur son torse raffermir sa pression... En vérité, elle ne regarde même pas le corps transporté tellement il la dégoute... tellement elle se dégoute... c'est ignoble. L'infirmier soupire et tire le rideau de "leur" lit... et la brune sent l'autre tirer sur son haut pour tenter de la ramener près de lui. Mais elle ne peux pas rester là. Elle force encore un peu... puis se laisse aller. Elle rejoint le plus grand dans le lit, et se colle à lui de nouveau. Retenant toujours ses larmes. Elle attend que l'infirmier reparte se coucher. Elle glisse dans l'oreille de Bast "m'en veux pas... mais je peux pas rester là avec lui à côté. si tu veux, vient avec moi. Mais m'oblige pas à rester là." avant de s'éloigner brusquement de lui, tombant sur le sol en ménageant au mieux sa chute, mais poussant quand même un léger grognement de douleur. Puis elle se relève, et se dirige en boitant vers la porte. Se tenant le ventre en s'appuyant aux murs.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 274
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Mai - 23:59
Petite et légère
✙ Chelsea Carthew


Il la sent résister. Tirer un peu sur son haut ce qui fait glisser un peu plus le Serpentard. Puis elle regarde Bastian dans les yeux. Elle a mouillé sa main de quelques larmes et semble en fureur. Bastian déglutit mais soutient son regard. Puis il la regarde le rejoindre dans le lit de nouveau, se recentrant dans le matelas et la serrer contre elle, le coeur battant. Il a eu peur à l'instant présent. Il peut qu'elle perde le contrôle ? Oui, ou qu'elle décide d'en rajouter une couche. Il souffle. Avant d'entendre la supplique de la Gryffondor qui se glisse hors du lit, tombant presque au sol. Il l'a comprend, d'un certain point de vu. Il comprend son envie de partir, de ne pas rester dans la même pièce que celui qui l'a fait souffrir. Il ne la comprend pas en revanche pour son aspect fort lunatique. Autant elle peut se montrer aussi fragile qu'une rose et adorable, autant elle peut devenir un monstre sans pitié en moins de deux secondes, repeignant sol et mur de rouge.

Il la laisse partir, dans le silence et le coeur lourd. Puis il fini par se lever pour la rattraper, marchant avec bien plus de facilité qu'elle. Lui, il a juste mal au dos et une extrême fatigue. Les blessures concernant sa première bastonnade ont déjà disparues et il n'en reste que quelques bleus à peine visibles. En revanche, Chelsea devait sans doute avoir le corps en piteux état. Prenant sur lui, il attrape la Gryffondor et la hisse dans ses bras en grognant. Elle veut partir et permet à Bastian de rester avec elle. Elle ne lui a jamais dit qu'il ne pouvait pas faire ça. Il ouvre la porte avec difficulté mais fini par s'aider de son pied.

Tu veux aller où ? Je te dépose...

Il plante son regard bleuté dans les prunelles de la brune, bien résolu à ne pas la lâcher tant qu'ils n'auront pas atteint une destination jugée sûre pour le Serpentard.

Et part pitié arrête de faire la dure, sinon je te fais léviter comme quand nous sommes arrivés ici.

Sa baguette se trouve toujours dans sa poche, à son grand soulagement et il n'hésitera pas à la dégainer au besoin. Il remet le corps de la plus jeune un peu plus contre lui, la sentant glisser peu à peu. Puis détourne le regard, attendant le chemin à suivre.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Date d'inscription : 18/09/2016
Age : 84
Localisation : sous ton lit
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Mai - 1:23
Chelsea fait quelques pas douloureux, mais résolu à forcer jusqu’à arriver là où elle veut aller. Quand bien même elle dut y rester jusqu’au lendemain. Elle avance lentement, quand elle se sent soudainement transportée fermement par deux bras bien plus puissants que les siens. Elle pousse un petit cri de surprise et de douleur, l’attention, bien que délicate, forcant sur ses hématomes… elle entend à ses oreilles « Tu veux aller où ? Je te dépose… » avant d’ouvrir difficilement la porte. Malgré elle touchée par ce geste, elle s’accroche à lui pour alléger son poids en lui disant « tu n’es pas obligé… il n’y a personne dans les couloirs à cette heure ci… on est pas au milieu de la forêt interdite… » mais elle est de nouveau coupé par un "Et part pitié arrête de faire la dure, sinon je te fais léviter comme quand nous sommes arrivés ici." … elle sait très bien que c’est un mensonge. Elle rougit un peu de la gentillesse embarassante de l’autre. Et ne dit plus rien. Plongeant juste sa tête dans la nuque de Bast. Puis lui soufflant un « …merci. » puis déglutissant… ça faisait un moment qu’elle n avait pas été reconnaissante envers qui que ce soit. Elle s’accroche de toute la fermeté de ses muscles affaiblit et endoloris, puis le dirige en lui soufflant : « on vas au septième étage… tu te sent d’aller jusque la ? Y a un truc intéressant. Tu ne le connnais peut être pas. Il faut que tu le voies. » fait elle, sa voie trahissant son enthousiasme et la necessité pour elle de s’y rendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 274
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Mai - 1:30
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [FB 1623] Retour aux sources du savoir
» Retour aux sources ou comme s'éclypser en toute discrétion ?
» Nathou et Syb,retour aux sources{Choupinet'
» Petit retour aux sources [Terminé]
» Retour aux Sources et aux Champs [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum de Traverse :: Flood :: La Poubelle :: Ancien RP-
Sauter vers: