:: Flood :: La Poubelle :: Ancien fatras Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Texte] L'arbre des Ombres

Invité
Invité
Mar 25 Avr - 0:10
Invité
Rencontre Fortuite

Une jeune fille marchait d'un pas assuré le long du trottoir, elle ne devait en aucun cas être en retard. Ses talons martelèrent les pavés, provoquant un son qui résonna dans toute la ruelle. L'écho perça le silence. La rue semblait vide de toute vie. Les habitations délabrées, ainsi que les planches clouées aux fenêtres, laissaient penser que l'endroit était abandonné depuis longtemps. L'élégance de la vagabonde jurait avec cette ambiance sinistre. Ses cheveux et sa robe flottaient au gré du vent. Elle tourna sur sa gauche. Le regard fixait sur l'horizon, elle aperçut deux garçons au loin. Ces derniers, postaient au pied d'un arbre mort lui firent des grands signes.



"J'espère que vous êtes prêts, fit une voix féminine."



A ces mots, un sourire se dessina sur chacun des visages.

---------------------------------------------------------------------

Dès son réveil, un mal de crâne frappa la jeune Maïra. Cette migraine atroce l'attaquait avec puissance, telle une lionne dévorant sa proie. Bougeant les mains, elle les amena au niveau de ses tempes. Ses doigts effleurèrent sa peau, puis elle commença à les masser délicatement. Avec l'espoir de voir la douleur diminuer, ne serait-ce qu'un minimum. Qu'avait-elle bien pu faire la veille, pour être dans un état comme celui-ci. Étrangement elle ne souvenait pas de sa soirée. Elle se revoyait pourtant monter dans sa voiture pour rejoindre son amie, mettre la clé dans le contact et démarrer le moteur. Puis le trou noir, jusqu'à maintenant. N'étant d'habitude pas portée sur l'alcool, elle s'étonna d'avoir eu la main si légère. Mais elle ne voyait que cette explication.

Se redressant avec difficulté, elle soupira. Les ténèbres semblaient avoir envahi la chambre, une faible lumière passait pourtant au travers des volets.



"Il doit faire nuit, pensa-t-elle."



Songeant que son demi-frère devait déjà être couchée, elle glissa de son lit. Se dirigeant vers la porte à pas feutrés, elle tourna délicatement la poignée. S'engageant ainsi dans le couloir, elle passa devant la chambre de Giovanni. Son aîné logeait chez elle, le temps de reprendre ses études. Sa porte était fermée, encore une chose inhabituelle. En temps normal la porte de sa chambre restait entre-ouverte, une habitude qu'il avait prise à l'adolescence. La maison entière baignait dans un silence presque inquiétant. Maïra arriva au niveau des escaliers. Ses pieds rencontrèrent le bois froid de ces derniers, qu'elle descendit avec précaution.

Prenant la direction de la cuisine, avec l'espoir qu'un cachet ferait passer ses maux de tête. Obligée de passer par le salon pour y accéder, elle s'arrêta nette dans l'encadrement de la porte. Trois silhouettes apparurent à ses yeux. Était-ce son mal de crâne qui lui jouait des tours ? N'étant pas du genre craintive, elle ne sentait pourtant pas en sécurité. Une drôle de sensation parcouru son corps. Sa main tâta le mur à la recherche de l 'interrupteur, elle n'eut pas le temps d'appuyer dessus. La cheminée se mit à flamber, sous les yeux étonnés de la jeune fille. La couleur habituelle des flammes avait laissé place à différentes teintes de bleus. Le spectacle en était presque hypnotisant. La lumière qu'elles dégageaient illumina la pièce, dévoilant ainsi le visage des intrus. Deux hommes et une femme, à l'allure plutôt particulière, fixaient la brunette.



"Qui êtes-vous ?! Demanda-t-elle en employant un ton qui se voulait menaçant."



Elle profita de ce moment pour les détailler rapidement. L'inconnue assise sans vergogne sur le divan du salon, possédait le look le plus étrange. Une longue chevelure bouclée, arborant une teinte violette avec des reflets bleus. Digne d'un clown tout droit sorti d'un cirque. Le premier jeune homme avait une taille plutôt imposante, avec un corps qui semblait bien basé. Mais ce n'était pas ça qui allait effrayer la propriétaire des lieux, loin de là. Des cheveux en batailles et une cicatrice sur la joue, il paraissait plus normal que les deux autres. Mais l'apparence pouvait s'avérer être un très bon trompe-l'œil. Le dernier ressemblait quant à lui à un jeune homme tout droit sorti de l'adolescence, des cheveux blonds dont la mèche tenait grâce à des sortes de barrettes. Des boucles d'oreilles et un style vestimentaire excentrique venaient parfaire le personnage.



"Relaxe ma jolie, on ne va pas te manger ... Rigola la punk.

-Je répète ma question, qui êtes-vous et que faites-vous chez moi ! S'énerva Maïra.

-Du calme chérie, on veut pas de problèmes. On est là pour t'aider. Moi c'est Vénus, et les deux guignols derrière c'est Az et Jalhen."



Elle se redressa et s'avança vers Maïra. Pourtant toute petite face à l'étrangère elle ne baissa pas les yeux. Quoique ces gens désiraient, ils ne l'auraient pas ! Et elle comptait bien les mettre dehors.



"M'aider ? Dépêchez-vous de vous expliquer.

-T'aider pour commencer ta nouvelle vie ! S'enthousiasma le jeune homme aux cheveux blonds.

-Ma nouvelle vie mais ... vous avez perdu l'esprit. Sortez de chez moi !

-Il a fallu qu'on nous confie la plus chiante, râla le plus costaud.

-Jalhen, tu vas pas commencer ! Cracha Az.

-Ça suffit vous deux, un peu de tenue. Ce n'est pas facile pour elle alors n'en rajoutez pas. Renchérit Vénus. Bon, tu veux qu'on soit clair. Très bien. Tu n'es plus dans le monde que tu connais. Regardes l'heure si tu ne nous crois pas."



Elle tourna la tête pour regarder l'horloge accrochée au mur, les aiguilles indiquaient 14h. Pourtant le soleil ne semblait pas s'être levé. Il faisait nuit.



"Ça ne prouve rien, elle est sûrement déréglée.

-Parfait alors regarde par la fenêtre, tu crois qu'il fait nuit mais tu vois des étoiles ? Non ! Tu penses que ton frangin dort à l'étage ? Non plus ! S'énerva Jalhen, impatient."



Elle s'avança vers le rideau de la baie vitrée, qu'elle tira. Levant les yeux au ciel, elle s'aperçut effectivement que le ciel, malgré sa couleur, ne laissait paraître aucunes étoiles . Elle se précipita alors au premier étage et pénétra en trombe dans la chambre vide de son frère. Coincée entre colère et tristesse, elle essuya d'un revers de main une larme qui roulait sur sa joue. Pendant ce temps Vénus faisait les cents pas dans le salon. Faisant de grands gestes avec les mains pour réprimander son collègue.



"T'es fier de toi j'espère. Non mais c'est pas vrai d'être un boulet pareil !"



Jalhen se préparait à lui répondre, lorsque Maïra réapparu. Elle se laissa tomber sur le fauteuil, toute cette histoire lui avait fait oublier son mal de tête. Fixant tour à tour les personnes qui se trouvaient devant elle, elle laissa échapper un râle d'exaspération.



"Expliquez-moi. Je veux tout savoir, et soyez clair."



Vénus s'assit en face d'elle, derrière elle se tenaient Az et Jalhen. Leurs traits avaient changé, ils avaient l'air sérieux. Bien plus que tout à l'heure.



"Si c'est ce que tu veux. Comme je te l'ai dit, tu n'es plus dans le monde que tu as connu. Elle passa une main dans ses cheveux bouclés. Tu te trouves dans .. comment peux-t on appeler ça ... le royaume des Morts ou l'au delà comme vous le nommez plus communément.

-Comment ça ?

-Ce monde est collé au votre, comme une sorte d'univers parallèle si tu veux. Des créatures y vivent, celles qui ne peuvent vivre aux yeux des Hommes. Nous ne sommes pas humains, et tu ne l'es plus non plus, reprit Az.

-Navrée de te dire ça, mais tu es morte. Accident de voiture. Désolée d'être aussi directe mais tu nous l'as demandé, je sais que ce n'est pas facile à entendre et pourtant c'est la vérité. Il arrive qu'une âme humaine se réveille ici après sa mort, nous ne savons pas encore pour quelle raison.

-Alors je suis une sorte de ... fantôme ?

-Oui c'est ça. Nous avons été envoyé ici pour t'accueillir et t'aider. Ça ne sera pas facile au début, mais avec le temps tu t'y feras."



Le visage de Maïra ne dévoilait aucune tristesse, à part son demi-frère elle n'avait plus aucune attache de son vivant. Elle savait depuis l'enfance que l'humanité n'était pas seule. Petite elle disait entendre des voix. Ses parents, croyant que ce n'était rien de plus qu'un jeu d'enfant, ne s'étaient pas penché davantage sur le sujet. Pourtant arrivée à l'adolescence, Maïra affirmait voir des choses, des ombres. Surprise à discuter toute seule, ses parents commencèrent à s'inquiéter de la santé mentale de leur fille. Prise en charge par une clinique, elle fut internée quelque temps. Et dut suivre un traitement à sa sortie. Mais elle persista et commença alors à faire des recherches. Elle venait à l'instant d'avoir la preuve qu'elle n'était pas folle. Se fut un réel soulagement après toutes ces années de solitude.



"Qu'est-ce que vous êtes alors ? Demanda-t elle curieuse.

-Je suis ce qu'on peut appeler une Fleur Cadavre. Une plante humanoïde née lorsque que du sang fut versée sur une fleur, cette dernière s'en est nourrie et me voilà ! Le seul inconvénient ... je dois me nourrir de sang. Comme les vampires, mais je ne les supporte pas ! Ces péteux aux dents pointues ! Répondit Vénus, en riant.

-Moi je suis un Dopplegänger, un double « maléfique » d'une personne vivante si tu veux savoir la traduction, renchérit Jalhen assez froidement.

-Quant à moi ... je suis un feu follet ! Ouais c'est moi qui ai allumé la cheminée tout à l'heure, impressionnant non ? S'exclama Az, enthousiaste."



Maïra ne s'attendait à ce qu'il y ait des créatures aussi diversifiées. Avec ses recherches et ses travaux elle était restée longtemps cantonnée aux monstres basiques. Fantôme, vampire et autre loup-garou. Sa nouvelle vie pouvait désormais commencer, et elle avait hâte de voir à quoi elle allait ressembler.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Les Ombres
» Un texte admirable
» Texte qui parle d'un scandale autour du colloque de Montreal VRAI OU FAUX!!!
» Haiti-Séisme, un texte touchant et inspirant de Sasaye

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum de Traverse :: Flood :: La Poubelle :: Ancien fatras-
Sauter vers: