:: Flood :: La Poubelle :: Ancien RP Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Fini] Visite médicale pas très réussie [Feat. Lysander] //

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité
Sam 7 Jan - 16:36
Invité
21h14. Sept jours. Dans sept jours, c'est la pleine lune. Killuen regarde le parc de Poudlard par la fenêtre. Il a les mains dans les poches et un air las sur son visage. Ses yeux se lèvent vers l'orbe argenté, faisant rétracter ses pupilles. Ses iris cendrées semblent blanches alors que le loup-garou contemple l'astre. Il n'a pas eu beaucoup de visite aujourd'hui. Juste senti de se faire épier par cette Amelia toute la journée. Il s'est toujours demandé comment elle faisait pour ne pas s'en lasser. Tournant le dos à la fenêtre, il va s'asseoir à son bureau et fouille dans ses tiroirs. Il fronce les sourcils et agite sa baguette jusqu'à ce qu'un bonbon saute en l'air, du fond du foutoir de ses papiers. Il l'attrape en vole, le déballe puis le fourre dans sa bouche. Enfin, il soupire d'aise, s'affalant dans son siège.

Il regarde l'heure. 21h20. Il attend quelqu'un. Quelqu'un de très spécial. Celui sans qui il ne pourrait pas se contrôler dans sept jours. Ah. Lysander. Ce bon vieux Lysander. Cet imbécile qui n'a toujours pas compris que dans ce monde, c'est tué ou être tué. Cet imbécile qui veut être gentil avec tout le monde. Killuen ne l'aime pas trop. Enfin, il le supporte. Il ne compte plus le nombre de fois où il a eu envie de lui enfoncer son poing dans son nez. Mais bon. Il est bien obligé d'être gentil avec lui. Après tout, c'est lui qui lui prépare ses potions tue-loup. Et en ce qui concerne cette matière, l'infirmier serait incapable d'en faire lui même.

Avis, qu'il murmure en donnant un coup de baguette.

De petits oiseaux apparurent du bout de sa baguette et commencèrent à se balader dans son bureau, ainsi que dans l'infirmerie en générale. Leur chant apaise le jeune adulte qui ferme les yeux. Les oiseaux, c'est pas trop dur à faire apparaître. Les serpents non plus. Il a déjà essayé un loup, sans succès : il a presque mis le feu à la forêt.

21h42. Il rouvre les yeux. Il sait qu'il va entrer. Alors avant qu'un quelconque son ne provienne de la porte, il agite de nouveau sa baguette pour ouvrir la porte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Jan - 11:50
Seul le tic tac régulier de l'horloge perturbait le silence feutré de mon bureau a cette heure tardive. Les cours était finit depuis longtemps et la plupart des élèves s'etaient déjà repliés dans leurs piece communes pou se détendre après une journée chargé et le château prenait doucement son ambiance nocturne ou rien de venait perturber les pierres massives de ce dernier. Je soupira et posa ma plume sur mon encrier afin de redresser sur mon nez les lunettes que j'avais exceptionnellement mise ce soir. Je profitais d'avoir un petit moment devant moi avant d'avoir a monter la potion tue loup a Killuen pour répondre a mon courrier et avancer la correction des questionnaires theoriques que j'avais demandé a mes élèves de remplir la veille. Je m'etira pour faire craquer les articulations qui rouspétaient d'avoir a rester plier ainsi, puis me remis a la tache de finir de noter la pile de parchemin en face de moi.

DANG !! Le bruit grave de l'aiguille frappant les 21h30 me fit sursauter. Absorbé par mon travail, j'avais complètement oublié de surveiller l'heure et voila que j'était désormais en retard pour mon rendez vous. Bloody !! Je laissa mon bureau en plan et me dépêcha d'attraper l'attaché-case comportant les potions demandés avant de filer comme l'éclair a travers les couloirs du château. Avec un peu de chance je ne devrais pas avoir plus de 10min sur mon timing… J'arriva devant la porte de l'infirmerie a 21h41 exactement. Cette course ne m'avait pas rendu vraiment présentable et je me retrouvais devant l'infirmerie avec une chemise au col déboutonné et froissé par mes mouvements brusques, les cheveux en batailles et essoufflé au possible. On sous-estime souvent l'énergie que cela demande pour traverser les kilomètres de couloirs et d'escaliers qui s'étalaient dans l'école tel les veines d'un organisme. Juste le temps de remettre mes mèches éparpillés en ordre et de retrouver mon souffle et j'entendis un "entrez" m'accueillir depuis l'autre coté de la porte. J'ai toujours trouvé ca légèrement perturbant que Killuen arrive a sentir notre présence a l'avance de cette façon…

La porte s'ouvrit devant moi et je pénétra l'infirmerie. Je m'approcha du loup garou avec un sourire et lui tendit la main pour ensuite la lui serré en tant que bonjour. Ou plutôt bonsoir vu l'heure. Je deposa mon sac sur une table et en sortit les potions, engageant la conversation.

"Vraiment navré du retard Killuen , j'espère que tu ne m'a pas attendus trop longtemps.. Enfin bon, j'ai apporter les potions comme convenu. Je pense que je n'ai plus besoin de de redire les choses habituelles, tu connais la routine"

En effet, cela faisait un moment que je lui apportais la tue-loup avant chaque pleine lune et il devait connaitre par cœur ma ritournelle de "fais bien attention ne pas oublier de la prendre, et si jamais quoique ce soit est anormal bien immédiatement me voir". Il devait déjà etre suffisamment nerveux pour que je rajoute une couche et le prenne pour un idiot en jouant la maman poule. Le loup ne m'appréciait déjà pas beaucoup, si en plus je me mettais a etre condescendant envers lui..Enfin bref. Une fois toute les bouteilles sorties, je referma mon attaché-case et me releva mes yeux opalins vers Killuen.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Ven 13 Jan - 18:20
Invité
Il se redresse sur son fauteuil et plisse les yeux. Un sourire naît sur son visage alors qu'il voit Lysander entrer. Encore une fois, il avait deviné juste. L'instinct sûrement. Et puis, ce n'était pas la première fois que le professeur de potion venait lui rendre visite le soir. Il se lève et contourne son bureau tandis que l'autre s'en approche. Il lui agrippe la main pour la lui serrer, par pure politesse. Puis il fait quelques pas sur le côté et regarde le professeur déballer son barda. Examinant les fioles chacune leur tour de ses yeux argentés, le loup-garou se contente d'hocher la tête en toute réponse à Lysander.

Ce n'est rien. Une minute de plus ou de moins, cela m'importe peu. Tant que tu me les apporte.

Il attrape une potion et la regarde sous tous ses angles, comme il le fait à son habitude. Putain de traitement. Puis il la repose après avoir reniflé et regarde Lysander. Il le dévisage presque. Totalement impassible, il remet un épis dépassant de son cuire chevelu en place.

Tu n'avais pas besoin de courir. Ca te fatigue pour rien.

Il s'éloigne puis agite sa baguette, regardant son armoire. Les portes s'ouvrent, laissant sortir quelques petits gâteaux ainsi que le service à thé allant avec. Killuen croque son bonbon. Les tasses se posent sur son bureau et tandis qu'elles se remplissent seules comme des grandes, le loup-garou attrape un biscuit.

Tiens. Bois un coup avant de repartir. J'te dois bien ça.

En fait, ce n'était même pas une question. Tendant la main vers sa propre tasse, l'infirmier la porte à ses lèvres et se met à avaler quelques petites gorgées, regardant le professeur de potion droit dans les yeux - à moins que celui-ci ne les ai détourné, ce qui ne l'empêche pas de fixer les iris opalines du jeune homme à travers ses lunettes. - . Lunettes qu'il trouve amusantes par la même occasion. Les montrant d'un doigt placé pile sur le nez de son interlocuteur, Killuen a un petit rire.

Ca te gêne pas trop ça ? qu'il fait avec le plus grand des calmes. Perso ça me gratte le nez ces trucs...

Il repose sa tasse puis s'appuie sur ses bras posés sur son bureau. Attrapant une nouvelle fois un des flacons de potion tue-loup, il se met à jongler avec.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 13 Jan - 23:26
Je fus soulagé en voyant que mon petit retard n'avait pas derangé le loup plus que ca. La ponctualité était une valeur que je m'infligeais par politesse et respect envers les autres. Apres tout personne n'aimait attendre, et il aurait pu avoir d'autre choses a faire que ce léger décalage aurait pu compromettre. Je le regardant examiner les potions avec un œil presque blasé. Il ne devait surement pas assimiler de bon souvenirs a ces substances étant donné les circonstances, me voir les lui apportait signifiait que le jour fatidique arriverais pour lui dans moins d'une semaine. Je jeta un regard rapide au ciel étoilé, m'imaginant ce que cela devait faire de fixer chaque soir cette étendues de velours noir en comptant anxieusement les jours avant que l'astre lunaire ne prenne une forme circulaire parfaite.

En me reconcentrant sur Killuen, je pu voir que ce dernier me regardait lui aussi avec insistance. Je joua avec les pans de ma chemise, mordant ma lèvre et détournant les iris vers le sol, légèrement gêné de me faire scruter ainsi. Le loup-garou s'approcha ensuite de moi et replaça une mèche ivoire qui rebiquait de façon désordonnée.

"Tu n'avais pas besoin de courir. Ca te fatigue pour rien."

Mes joues rosirent légèrement a ce geste et je recula d'un pas. Je n'avais pas vraiment l'habitude que quelqu'un d'autre que Zephyr m'adresse ce genre d'attention, et je ne pouvais m'empêcher d'être surpris et embarrassé a chaque fois. Mais je devais apprendre a m'y faire, l'infirmier réservait toujours ce genre de traitement un peu trop affectueux a tout ceux qui le visitait. En parlant de lui, le voila qui, d'un coup de baguette, avait convoquer une service a thé et des gâteaux qui prirent place sur la table. Enfin quelqu'un qui savait comment accueillir proprement les visiteurs ! Une fois la table dressée Killuen m'invita a boire une coup, et il n'eu pas a me demander deux fois avant que j'accepte. C'était plutôt rare qu'il me propose de rester après que j'ai délivré ses potions, mais n'avais pas encore eu le temps de prendre mon souper et mon ventre trouva que ce gouter impromptue n'était vraiment pas une mauvaise idée alors je n'y réfléchisse pas trop avant de l'installer sur une chaise, le remerciant de cette proposition.

Je pris la tasse d'une main délicate et la porta a ma bouche. Posant mes lèvres sur le bord de la porcelaine, je laissa le liquide chaud couler dans ma gorge et soupira de plaisir. Une bonne infusion avait le don de toujours réchauffer les cœurs. Je la reposa sur sa coupelle pour me retrouver face au doigts de Killuen poser sur mon nez. Il émit un petit rire en commentant sur mes lunettes, que j'avais malheureusement oublié d'enlever avant de partir en trombe de mon bureau. Je fronça le bout de mon nez dans une moue embarrassé, et me dépêcha de les retirer, les accrochant a mon col par leurs branches, ce qui eu pour effet de faire plonger mon col un peu plus bas.

"Si, ca a tendance a toujours réclamer qu'on les redresse avant qu'elles ne glissent trop loin le long de notre nez.. Et ca a la choc pour rendre n'importe qui ridicule, c'est pour cela que je ne les porte jamais publiquement."

En effet, les verres n'avait jamais été trop mon style, surtout quand ils vous donne l'air d'un étudiant intello, ou d'un grand père en fonction des points de vue… Killuen n'avait d'ailleurs pas tardé a glousser en les voyant, et il y'avait bien une raison a cela. Attrapant un petit gâteau pour en prendre une bouché, je remarqua l'infirmier qui se mit a jongler avec les flacons de tue-loup.

"S'il te plait, fais attention a ne pas en faire chuter une, j'ai passer suffisamment de temps dessus hier pour qu'elles finissent en détergeant pour sol" lâchage d'un ton léger.

En effet, ces trucs la était beaucoup moins facile a produire qu'il n'y paraissait. Je le regarda donc anxieusement faire joujou avec tandis que j'attrapais une sucette qui trainait sur la table, enleva son papier et entoura la sucreries des lèvres. Je la fit tourné autour de ma bouche quelques instants, imprégnant ma langue de glucose, puis me mit a nouveau a parler après ce petit silence.

"Euh…et sinon ta journée..?"

Question idiote, je sais. Mais pour être honnête ce n'était pas souvent que j'avais de véritables conversations avec le loup garou, et je ne savais pas trop par quoi commencer. Je lecha mes lèvres avant de remettre ma sucette en bouche, attendant une reponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Jeu 19 Jan - 23:25
Invité
Killuen tourne de nouveau son regard vers le plus vieux. Lâchant un petit soupire gamin, il repose le flacon là où il l'avait pris, sans le quitter du regard. Il n'a jamais été très doué en potion. La seule qu'il a dû réussir un jour devait être un philtre d'amour qu'il avait préparé avec des amis. Au final, il est tombé sur la mauvaise personne, morte aujourd'hui. Il se demandait toujours comment on faisait les potions tue-loup. Et si ça mettait du temps. Selon Lysander, la réponse était oui. Mais précisément ?

Fixant de nouveau le professeur porter la sucette qu'il avait pris sur le bureau de l'infirmier - il y en avait toujours une ou deux qui trainaient - , ce dernier croqua une seconde fois dans son bonbon, détournant les yeux. Les sept derniers jours avant sa transformation lui faisait toujours un second effet. Ses sensations étaient décuplées. Il se sentait plus.... Sauvage. Et ses traits de caractères étaient également intensifiés. Il ne tourne la tête que pour répondre à la question de l'autre, glissant son regard vers son col un peu trop bas à son goût. Il cligne des yeux.

Merdique. Un sang mêlé est venu me voir parce qu'il c'était malencontreusement fait disparaître une oreille. J'ai presque eu envie de le laisser tel quel.

Ah, les sangs mêlés. Pas vraiment une grande histoire d'amour entre le loup-garou et eux. Killuen a toujours voulu aggraver leur cas quand ils venaient le voir. Mais métier oblige, il doit en faire un minimum. Mais après tout, tout service a un prix, et le malade n'était pas reparti indemne. Il fixe de nouveau les lèvres du plus vieux. Puis il approche son visage près sien, yeux plissés, avec un petit sourire. Leurs lèvres auraient pu se toucher avec quelques centimètres de plus.

Et la tienne ? La routine je présume ? qu'il fait en lui enlevant ses lunettes et éloignant son visage du sien.

Il regarde les verres, puis les met. Il fronce les sourcils pour adapter sa vue et passe sa frange au dessus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 20 Jan - 8:10
Un rire sortis de ma bouche en entendant le loup commenter sur sa journée. Il y'avait vraiment des élèves qui se mettaient dans des situations dont il était impossible de savoir comment ils avaient fait leurs compte. Parfois on avait plus l'impression de gérer une bande de maternelles que d'adolescent.

"Tu dois en voir des vertes et des pas murs dans cette pièces vu l'attention des élèves envers les règles de sécurité~"

J'aurais bien rajouté qu'il avait intérêt a s'être occupé de lui, sang mêlé ou non, étant donné que chaque vie avait autant de valeur et qu'en aucun cas son métier ne permettait de discriminer sur ce point la. Mais je préféra m'arrêté a ce commentaire dit avec un sourire amusé. Pour une fois que nous avions l'occasion d'échanger amicalement, je n'avais pas envie de tout gâcher en lançant un débat qui allait s'enflammer a tout les coups.

En parlant, l'infirmier avait approché son visage du mien jusqu'au point de presque toucher nos nez. Je pouvais même sentir son souffle chaud contre mes lèvres tandis qu'il me retourna la question. Sa proximité, son sourire au coin et sa façon de fixer mes lèvres commençait a me mettre tout sauf a l'aise. Le visage rouge et le cœur palpitant, je me recula un maximum contre le dossier de ma chaise, tentant de ne pas renverser ma tasse alors que je balbutiais une réponse

"P-pas exactement…." Je déglutis avant de continuer. "Mon…mon cours de ce matin a été perturbé par un plaisantin que je ne citerais pas qui a jugé que ce serait amusant de balancer un pétard dans sa potion au moment ou je passais, pas besoin de t'expliquer le résultat…Ensuite j'ai voulu alors voir ce même élève en détention et on va dire que ca a été plus évènementiel que prévu: ca a finit en bataille d'eau et mon dos a bien aimé rencontrer le carrelage."

Je grimaça et me massa rapidement l'arrière de l'épaule en repensant au souvenir peu agréable. Mon dos était effectivement bien douloureux a la suite de cet incident. Je donnerais mon royaume pour un massage actuellement..

"E-enfin bref je ne vais pas te raconter tout les détails non plus, ca ne doit pas te fasciner beaucoup."

Je m'agitais nerveusement sur ma chaise, souhaitant le plus au monde que le loup cesse de me fixer avec son regard perçant comme un animal fixe la proie qu'il va dévorer. Mon vœu fut exaucé lorsqu'il s'empara de mes lunettes et s'éloigna a distance raisonnable avant les poser les verres sur son propres visages en fronçant des yeux pour s'habituer a sa nouvelle vision. C'était d'avantages des lunettes de lecture que correctrices mais cela devait suffire a perturber la vision de ceux pour qui elles n'étaient pas faites. Je ne pu m'empêcher de laisser échapper un petit rire en le voyant faire. Etrangement, elles ne lui allaient plutôt pas mal. Killuen avait de la chance, il semblait être du genre a tout bien porter.

"Tu peux les garder si tu veux, elles ont l'air de t'aller beaucoup mieux qu'a moi. Et crois moi ce sera un service que tu me rendra de me débarrasser de ces vieilleries" Je me pencha ensuite par-dessus la table afin de remonter les lunettes en haut du nez de l'infirmier avec un clin d'œil complice. "Fais attention, elles glissent toujours…"

Je me remis ensuite a ma place et continua de déguster mon thé et gouter a ma sucette en alternance, une expression paisible et innocente sur le visage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Dim 22 Jan - 17:43
Invité
Killuen rit en écoutant la première réponse du professeur. Ce genre de plaisantin il n'y en avait peu, en raison des règles très strictes de l'école maintenant. Il imagine fort bien Lysander repeint d'une couleur improbable et collante sous les yeux de ses élèves. Il l'imagine aussi bien trempé de la tête aux pieds après leur soi-disant bataille d'eau. Il secoue doucement la tête, traduisant sa nonchalance. Pour une fois qu'ils discutaient tout les deux, Killuen ne voulait pas que leurs dialogues s'arrête aux "Bonjour, ça va, oui et toi ? Au revoir."

Il a un petit mouvement surpris alors que le plus vieux rajuste ses lunettes sur son propre nez. Immobile, il le regarde reprendre place sur sa chaise, pui le fixe de nouveau, toujours aussi impassible.

Pourquoi les portes-tu si tu veux t'en débarrasser ? Il suffit de les jeter.

Il les calle sur son front, retroussant ses manches. Entendant un petit "pouet" venant de la salle d'à côté, il fronce les sourcils et agite sa baguette. Les trois oiseaux qu'ils avaient fait apparaître précédemment virevoltèrent jusqu'aux deux hommes. D'un second coup de baguette, il les fit exploser en mini feux d'artifices multicolore. Une petite idée germa dans la tête du loup-garou.

Tu veux que j'te fasse un massage ? J'ai commencé à prendre la main avec tous ces élèves qui se bloquent un muscle ou une articulation...

C'était son boulot de soulager les habitants de ce châteaux de douleur ou maladie. Sauf quand celles-ci étaient voulues, pour sécher les cours par exemple. Il en avait renvoyé des élèves en cours avec des furoncles plein le visage parce qu'ils avaient ingurgités ce qu'il ne fallait pas. Il en avait laissé d'autres agoniser sur leur lit avant de leur donner le traitement quelques jours plus tard aussi. Il n'est pas bête, Killuen. Et il aime bien se moquer de ceux qu'il n'aime pas.

Il désigne un lit du doigt, comme pour inviter Lysander à s'allonger dessus. Un massage c'est toujours mieux quand on est allongé sur le ventre après tout...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 22 Jan - 18:54
"j'en ai malheureusement besoin pour lire clairement quand mes yeux sont fatigués… Il ne s'agirais pas de se tromper dans les dosages d'une potion, les résultats peuvent être catastrophiques"

Et peut être aussi parce que même si elles était vieilles et pas spécialement a la mode, c'était un cadeau de mon frère. Et comme tout cadet admiratif envers son ainé, je gardais précieusement tout ce qu'il avait pu me donner. Des petits rappels personnels que quelqu'un dans cette foutue famille pense a moi de temps en temps… Je poussa un petit soupir nostalgique et fut sortit de ma rêverie par un bruit d'oiseau venant de la pièce voisine. Clignant, de yeux, je vis apparaître un trio de petit oiseau qui vinrent nous virevolter autour, pépiant joyeusement. Je tendis la main vers l'un d'eux et le regarda se poser sur mon doigt avec les mêmes yeux brillants qu'un enfant, et fut d'autant plus émerveillé lorsque Killuen les transforma en petits feu d'artifices aux couleurs chatoyantes. Je connaissais ce sort depuis des lustres déjà, mais il me faisait toujours le même effet positif. "La magie peut servir a créer de si belles choses.." murmurais-je doucement. De si belles choses mais aussi de bien cruelles…

Tu veux que j'te fasse un massage ? J'ai commencé à prendre la main avec tous ces élèves qui se bloquent un muscle ou une articulation…

Je posa sur l'infirmier le même regard qu'un gosse le jour de son anniversaire. Je ne pensais pas qu'une telle proposition était son genre mais en l'entendant je mis vite ma surprise derrière pour accepter joyeusement.

"C'est vrai qu'entre les accidents de quidditch et les chutes dans les escalier de pierres, il dois y avoir la queue a la porte pour demander tes soins… Si ce n'est pas trop de demander, j'accepte avec plaisir !"

Je suivis les instruction du loup garous et me dirigea vers un des lits pour ensuite m'allonger dessus de façon un peu hésitante. Bien que mon dos ne demandait que d'être soulagé, la situation était pour le moins inhabituelle. Je n'aurais pas cru en entrant dans cette pièce que je me retrouverais allongé sur un des lit de l'infirmerie pendant que Killuen me masserait. Je laissa ces pensées de coté et préféra me détendre sous ses mains, soupirant d'aise en sentant les nœuds de mes muscles se défaire un par un.

"Mmmh.. il faudra que je vienne plus souvent, tu as des mains d'or… Je comprend mieux pourquoi les étudiants cherchent toujours des excuses pour secher les cours et se rendre ici" Je tourna ma tête sur le coté afin de dégager mon visage de l'oreiller. "Ca ne te fais pas trop de charge d'avoir a t'occuper des caprices et des fausses alertes de chacun ? Tu dois avoir d'autres chats a fouetter en cette période..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mar 7 Mar - 17:40
Invité
Lysander faisait penser à un gosse. Un gosse adorable, qui découvre l'extérieur pour la première fois. Le loup-garou sourit en le voyant accepter sa proposition. Il ne l'aimait pas trop, mais il reste aimable, et puis, il vaut mieux savoir gagner la confiance de quelqu'un pour mieux le poignarder après dans le dos que de le faire tout de suite et attirer les soupçons directement. Il conduit donc Lysander à un des lits alignés dans l'infirmerie, soulève la couverture pour la ranger aux pieds du lit et laisse son patient s'allonger. Palpant son dos du bout des doigts, Killuen peut sentir le moindre de ses muscles se tendre et se détendre. Il fait glisser ses mains ainsi tout le long pour repérer les endroits endoloris. Puis il commence à masser les endroits un peu trop durs à son goût.

La chaleur du corps du plus vieux envahie les paumes du loup-garou, se délectant de cette sensation. Son toucher était également plus sensible que d'habitude avec l'approche de la pleine lune. Il sourit en entendant le compliment du professeur puis hausse les épaules. Disons que ces mains étaient douées pour faire bien d'autres choses. Retirant ces dernières du dos de son patient, Killuen recule un peu.

Tu pourrais enlever ton haut ? Ca sera plus simple que sur du tissus.

Et ça me ferait une jolie vue en même temps, qu'il pense. A savoir que dans cette période ses envies étaient aussi bien décuplées. Et pour le coup, il ne comptait pas laisser passer celle-ci.

Comment as-tu fais pour te retrouver sur le carrelage...? Ce n'est pas ton genre de faire des câlins au sol que je sache.

Il rit, un peu, imaginant la vision de Lysander le cul cloué par terre. De ce qu'il connaît du professeur, il ne pensait pas qu'il se prendrait au jeu d'une bataille d'eau. Et encore moins avec l'élève lui ayant pourri la journée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Juin - 22:37
Je commençais a devenir diablement confortable étendu ainsi. Le moelleux du matelas et la chaleur de la pression que les mains du plus jeunes exerçaient commençait a me bercer doucement vers une état comateux et mes paupières se fermèrent doucement.

"Tu pourrais enlever ton haut ? Ca sera plus simple que sur du tissus."

Hum ? Je releva la tête et me retourna afin de m'assoir face a mon interlocuteur, papillonnant des yeux pour chasser le sommeil et le fixa un instant surpris par sa requête.

"ah hum…d'accord…" Je commença a déboutonner les trois premiers boutons de ma chemise d'une main hésitante avant de m'arrêter. Je ne me sentais pas très a l'aise de m'exposer ainsi a autrui, même si nous étions deux hommes et que les raisons était purement professionnel. J'ai toujours été assez prude avec mon corps…je maudis mon teint qui devait surement trahir mon inconfort. Oh et puis zut, il n'y a rien de grave a ce que je le fasse, après tout il connaît mieux son métier que moi. Je laissa glisser ma chemise le long de mes épaules, et me dépêcha de me retourner a nouveau sur le ventre pour ne montrer a l'infirmier qu'un dos fin et pale barré d'une unique cicatrice. Une fois nos positions reprises, Killuen revint a nouveaux sur le sujet de ma drôle d'après-midi avec une questions gentiment moqueuse.

"Je passais juste pour voir comment se déroulait sa retenue, et par une accumulation de karma et de mauvais timing je me suis retrouvé dans la trajectoire de son éponge lancée au hasard et voulant l'éviter j'ai mis le pied dans un seau et me suis étalé sur le dos. Pas très glorieux n'est ce pas ?" Je ria de bon cœur de ma propre dérision. C'est agréable de passer un peu de temps avec les étudiants pour autre chose que des cours ou des sujets sérieux. Cela permet de découvrir d'autre facettes de chacun qui ne se voient pas forcement au premier abord et de dédramatiser la relation élève-professeur."

En effet, je n'était pas vraiment un partisan du professeur sur son piédestal. Bien que j'apprécies que les élèves me respecte, en dehors du cadre scolaire nous étions parfaitement égaux et il n'y avait pas de raisons que nous ne partagions pas des moments de détentes et de confidences simplement a cause de cela. Je poussa un petit soupir de plaisir en sentant un endroit tendu se détendre, enfouissant mon corps dans le matelas et cambrant mon dos en arrière comme un chat afin de me craquer la colonne. Je tourna la tête pour croiser le regard du loup et le gratifia d'un sourire chaleureux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Ven 9 Juin - 22:50
Invité
Il le regarde se dévêtir. Comme par réflexe, il se lèche les lèvres, comme le ferait un loup devant une proie bien juteuse. Sa peau laiteuse donnait presque envie de la souiller par une morsure d'un rouge écarlate. Un vrai petit agneau. Mais Killuen sait se retenir un minimum. Sauf en période de lune presque pleine. Il a un mouvement de recul, comme pour se l'interdire. Lysander appartenait déjà à Zephyr après tout. Rah. Ces couples. Killuen n'a jamais compris l'utilité. Sceller sa vie auprès d'un ou d'une autre pour toujours. Ce n'est pas amusant. Laissant son patient reprendre place, le loup-garou repose ses mains chaudes sur la peau. Un frisson lui parcoure l'échine et ses yeux fixent la cicatrice décorant son dos.

Il hoche la tête en souriant. Il comprend bien le point de vu du professeur. Ce n'était pas faux d'une certaine façon. Lui n'a jamais eu besoin de ce genre de réflexion. Il ne donne pas de cours et sert parfois de confident aux élèves. Il agit avec eux comme des potes naturellement et ne s'est jamais posé la question de comment il les traiterait encore de l'école. Comme les gosses qu'ils sont sans doute. Lentement et silencieusement il se penche un peu vers le professeur, humant son odeur. Puis il murmure.

Ca aurait dû être drôle à voir tiens, qu'il fait.

Puis il se redresse. Il ne faudrait pas non plus que l'autre s'imagine des choses. Surtout que si ça arrive aux oreilles de Zephyr, le loup-garou devra s'expliquer. Et il ne savait que trop bien que quand cela concernait son bien aimé, Zephyr n'était pas du genre à être tolérant. Il croise le regard de l'autre, sourire aux lèvres. Ah. S'il pouvait dévorer ces lèvres... Hein. Mais a quoi il pense ?

Te parler de moi ?

Il se gratte le crâne en haussant un sourcil.

Je ne sais pas. Qu'est-ce que tu veux savoir à mon propos ?

Lui qui n'est pas trop bavard ni trop exposant sur sa vie, qu'on lui demande de parler de lui le déstabilise un peu. Il a plus l'habitude d'entendre les élèves lui parler de leur soucis que l'inverse.

Personnellement je n'ai jamais trop réfléchit à comment me conduire avec les élèves. Ce qui est bien avec mon poste, c'est que les relations avec les autres sont bien différentes que les vôtres, vous les professeurs.

Pour rebondir sur le sujet. Que veut-il savoir d'autre ? Son passé ? Sa façon de penser ? Oh. Killuen n'aime pas vraiment parler de ça avec lui. Mais bon, ça occupe pendant qu'il le masse. Il se mord la lèvre inférieure. Merde alors. Qu'est-ce qu'il peut être attirant avec sa bouille de gosse à moitié dénudé...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Juin - 22:59

"Ca aurait dû être drôle à voir tiens"

Mon dos fut parcourut d'un frisson en sentant le souffle du plus jeune dans mon cou. Je pouvais discerner la chaleur de son corps qui s'était rapproché du mien et je remua de façon inconfortable sur les draps. Heureusement la sensation disparu rapidement en même temps qu'il reprenait une distance raisonnable et je pu me redetendre complètement.

Killuen s'arrêta un instant de me masser lorsque je lui demanda de parler de lui. Il se gratta la tête l'air perplexe, réfléchissant surement sur quel sujet orienter la conversation. J'en profita pour prendre appuie sur mes coudes afin de mieux pouvoir le regarder sans prendre un torticolis. Je préférais toujours voir l'expression de mon interlocuteur, il y'a temps de chose qui passe dans le visage et non dans les mots. Reposant ses mains sur mon dos, le loup décida finalement de rebondir sur notre conversation précédente.

" Tu as de la chance pour cela. C'est le problème d'être professeur, les élèves ont toujours l'impression qu'on va leur sauter a la gorge s'ils s'approchent trop près, on finit par croire que nous sommes absolument monstrueux"

Croisant a nouveau les yeux de l'infirmier, je le vis se mordre la lèvre, comme s'il voulait dire quelque chose mais se retenait. J'avais remarquer qu'il avait des petits tics depuis un moment déjà, a se lécher les lèvres et jeter des regards étranges. Je lui jeta un regard un peu inquiet. Peut être qu'il avait un soucis avec sa transformation a venir, ca devait être une période stressante pour lui après tout. Je ne connaissait pas grands choses sur les loup-garou hormis le peu que j'avais trouver dans les bibliothèques a ma disposition , et je ne savais donc pas les subtilités de leurs état. Beaucoup de choses était encore inconnus a leurs sujets, et je dois avouer que la curiosité de lui demander des approfondissements me chatouillait. Cependant c'était plutôt de mauvais gout et je pense qu'il s'en passera volontiers.

Je me retourna sur le dos pour me redresser et balança mes jambes par-dessus de lit pour prendre appuie au sol et me remit debout. Ce massage m'avait vraiment fait un bien fou, je me sentais tout frais et détendu et les raideurs c'était majoritairement estompées. Apres m'être étiré les bras vers le haut avec une expression de satisfaction, je me dirigea vers la table ou résidait encore le service a thé, ondulant des hanches dans une démarche langoureusement nonchalante. Une fois arrivé, je versa a nouveau de la boisson dans nos tasses, attrapa une poignée de bonbons et retourna aux cotés de Killuen. Apres avoir poser précautionneusement les porcelaines sur le matelas, je me hissa a la tête du lit en position assise, une jambe replié vers moi et laissant l'autre pendre au bord. J'attrapa deux sucreries, en glissant une premières dans ma bouche et tendant l'autre a l'infirmier. Prenant un petite moue soucieuse, je lui adressa a nouveau la parole.

"Tu m'a l'air…comment dire…un peu frustré je me trompe ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Ven 9 Juin - 23:06
Invité
Killuen regarde Lysander se lever, presque à regret. Ses mains quittent la douce peau du plus vieux pour aller se fourrer dans les poches de son pantalon. Il semble avoir meilleur mine, à tel point qu'il se met presque à tordre du cul. Enfin, du point de vu du loup-garou. Remplissant les deux tasses, il revient vers l'intéressé qu'est l'infirmier. Celui-ci se frotte les yeux. Non pas de fatigue, mais plus nerveusement. Il doit arrêter avec ses pulsions. Encore plus quand ça concerne Lysander. Il accepte volonté la sucrerie offerte par le plus vieux, la déballe et se met à la mâchouiller comme pour se détendre. Ne quittant l'autre des yeux, il prend sa tasse et avale deux gorgées avant de la reposer sur son socle. Ah. Il se sent presque mieux.

Qu'est-ce qu'y te fait dire ça ?

Lui frustré ? Oh oui. Et pour beaucoup de chose. Frustré par son père qui lui a transmis cette malédiction qu'est-ce la lycanthropie. Frustré de devoir se réveiller tous les mois à poil enfermé dans une salle accompagné des articulations douloureuses. Frustré de voir une cuisse de poulet se dandiner sous ses yeux sans pouvoir la croquer. Il se contente d'hausser les épaules puis inspire à fond.

Ce n'est rien. L'approche de la pleine lune sûrement.

Ou le fait que je ne puisse pas te toucher sale vierge effarouchée, qu'il pense. Il fini sa tasse. Il aurait dû y mettre quelque chose comme un somnifère pour embrumer le plus vieux. Il aurait pu faire de lui ce qu'il voulait sans qu'il ne se rappelle de rien. Attrapant la chemise du professeur, il la regarde un instant puis sourit. Non. Il ne comptait pas lui rendre. Au contraire, il n'était que trop bien dans cette tenue. Alors il sort sa baguette de sa poche et l'agite, faisant léviter cette dernière au plafond avec un air de satisfaction.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Juin - 23:07
Le loup sembla apprécier me revoir venir avec les tasse. Il accepta volontiers le bonbon que je lui proposait, l'avalant avant de se concentrer sur sa boisson. En attendant la réponse du plus jeune, je pris moi aussi la porcelaine entre mes mains, laissant la douce chaleur se rependre dans mes paumes et humant le parfum d'earl grey qui m'était très appréciable. Apres un petit instante réflexion, l'infirmier se contenta de hausser les épaules et d'inspirer un bon coup avant de me sortir une réplique qui ne m'était pas du tout surprenante. Je posa une main sur son épaule, la serrant doucement en souriant de façon rassurante. Ma façon de dire que j'étais la si jamais sans pour autant me forcer sur lui.

"Prend le temps de t'indulger, ce n'est pas une période facile pour toi"

Cela ne devait pas être facile de devoir passer son temps a s'occuper des autres quand nous même n'étions pas dans le meilleurs des états. Je m'en voulais presque de l'avoir utiliser pour résoudre un petit caprice personnel, c'était plutôt lui qui aurait besoin de quelque chose pour se détendre. Peut être que le mois prochain je lui proposerais une concoction pour calmer ses nerfs… Apres un dernier regard, je laissa aller ma main de son épaule pour me déballer un nouveau caramel. Une fois que celui-ci fut consumé, je laissa glisser ma langue autour de mes doigts afin de me débarrasser de la pellicule de sucre qui commençait a les maculer. C'est fou comme ca colle ces douceurs la…

Mon attention fut a nouveau attirer vers Killuen lorsque je le vit du coin de l'œil s'emparer de ma chemise. Je m'attendais a ce qu'il me la rendre, mais a mon désarrois il trouva plus drôle de sortir sa baguette afin de la faire léviter au plafond avec un petit air satisfait qui m'était adressé.

"Hey rends moi ca j'en ai besoin ! D'abord mes lunettes et ensuite ma chemise, arrête donc de me piquer mes vêtements un par un !"

je pris une moue mécontente, posant les tasses au sol et me dressant debout sur le lit afin de tenter de récupérer l'habit tant voulu. Je me mis sur la pointe des pieds et m'étira le plus possible vers le haut, prenant appuie sur l'épaule de l'infirmier afin de ne pas perdre de bon mon équilibre déjà précaire. Aller donc tenir sur un matelas mou en tentant désespérément de récupérer une chemise volante… Je tendais la main, mes doigts pouvant presque toucher sans attraper le tissu qui me narguait, tel un enfant qui essaye d'attraper la ficelle d'un cerf-volant pris dans un arbre. Je dus pourtant me rendre a l'évidence, l'objet était définitivement hors d'atteinte. Je me laissa donc retomber en position assise, croisant les brase avec une expression frustré et maugréant tout bas.

"Ca sera entièrement de ta faute si j'attrape un rhume parce que je ne suis pas couvert…"

En parlant de ca, un frisson me parcourut et je serra un peu plus mes bras contre moi. Foutu château plein de courant d'air va…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Ven 9 Juin - 23:09
Invité
Il le regarde. Regarde se lever sur le lit, s'appuyer sur son épaule et tendre le bras avec son dû. Killuen avait une jolie vue d'ici. Il lève la tête et admire le résultat. Puis il se met même à rire. Il retient l'idée de faire de même à Zephyr la prochaine fois qu'il le croisera. Lui qui est encore plus petit, ça doit donner un résultat des plus comiques. La chaleur proche de l'autre lui fait hérisser les poils de son échines. Il croise les bras et le regarde redescendre et bouder comme un gamin à qui on aurait privé de dessert. Sa remarque le fait soupirer et il attrape la couette pour la poser sur les épaules du professeur, tout en lui frottant les bras d'un geste amical, presque protecteur. Mais en même temps, il en profite bien.

Ca te fera une bonne raison pour revenir me voir. Et si tu es gentil tu pourrais même avoir un autre massage.

Il s'éloigne du plus vieux et se positionne en face de lui. Enlevant les lunettes, il lui remet sur le nez tout en s'approchant comme il avait fait lorsqu'il les lui avait réquisitionné.

Après tout, ça serait dommage qu'un simple rhume ne devienne une grippe.

Ah. La grippe. Nombreux sont ceux qui, atteint, viennent voir l'infirmier. Ce dernier ne s'approche pas à plus de cinq mètres des lits des malades à ce moment là et se contente de la magie pour leur apporter leur médicaments et leur traitement. Mais en ce moment, il ferait peut-être une exception. Ramassant les deux tasses de thés, il s'en ressert volontiers, lui comme Lysander. Il regarde au fond.

Je n'ai jamais vraiment compris comment on pouvait voir l'avenir dans ce genre de chose... qu'il murmure.

Non. La divination n'a jamais été son fort. Et le professeur n'arrangeait rien. Jetant un regard aux papiers de sucreries soigneusement entassés dans un coin, il se met à tapoter le ventre du professeur de potion.

Eh. Tu vas grossir à manger autant, qu'il fait taquin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Juin - 23:10
Je sentis une douce chaleur m'envelopper dans un cocon moelleux. Levant la tête de ma bouderie, je vit que Killuen venait de me déposer une couverture sous épaules et se mettait a me frotter le long de mes bras pour créer une friction confortable. Je le laissa faire, content de sentir le frisson de froid disparaître de ma peau et m'enserra un peu plus dans la couette, un minois béat affiché sur le visage. Cet homme était fait pour être infirmier, il savait comment prendre soin de son monde…

"Ca te fera une bonne raison pour revenir me voir. Et si tu es gentil tu pourrais même avoir un autre massage."

S'il voulait bien m'offrir une carte de fidélité de massage, je serais immédiatement preneur. Finit les dos tendus par le stress ou les heures passée au dessus d'un chaudron. Mais l'idéal serait tout de même qu'il apprenne Zephyr a les faire de façon identiques..Non pas qu'il ne savait pas lui aussi bien les faires, ils étaient juste..d'un autre genre. L'infirmier s'éloigna de moi un instant pour se repositionner tout aussi près de mon visage, remettant mes lunettes sur mon nez dans un geste étrangement intime. Il y'avait quelque chose d'étrange dans ses yeux, comme s'il cherchait a percer ma peau. J'eu un léger mouvement de recul par reflexe tandis qu'il se remit a nouveau a parler. Je réussis juste a balbutier quelques appréciations en réponse, refermant les pan du duvet autour de moi comme pour me protéger.

Le plus jeune repris enfin ses distances, en profitant pour nous resservir a nouveau du thé. A ce rythme il faudra bientôt préparer une nouvelle théière.. Murmurant un merci, je porta la boisson a mes lèvres en écoutant le commentaire du loup. J'en profita pour moi-même regarder ma porcelaine remplie de liquide ambré dans lequel flottaient quelques feuilles d'infusion.

"tu n'es pas le seul.. Je pense que nous avons tous suivit ces cours sans vraiment savoir ce qu'on y faisait.. A mes yeux, tout les fonds de tasses sont les mêmes, et je ne vois vraiment pas en quoi un dessin de mare peut définir ce qu'il va arriver dans ton avenir."

Je ria doucement en repensant aux ridicules qu'étaient les cours de divination. Ce n'est pas vraiment gentil de se moquer de cette matière et des gens qui la comprenaient, mais il fallait avouer qu'elle est relativement absurde pour les non initiés. Mon rire ce transformant cependant rapidement en un petit sursaut de surprise tandis que Killuen me tapota le ventre sans prévenir, ajoutant un commentaire surement relié a la consommation de sucreries que j'avait eu ce soir. Au contact de sa main, mon ventre se contracta et je fit un petit bon pour me décaler vers l'arrière.

"Je pense que j'ai largement la marge pour finir le paquet avant de prendre quoique ce soit.." Je lui lança un caramel au visage pour appuyer mes mots. "Et puis ne me touche pas comme ca s ans prévenir, ca chatouille !"

Je me demande si le loup est un sensible du ventre et des cotes comme moi...Arborant un sourire d'ange et une lueur d'espièglerie dans mon regard, j'approcha a mon tour la main de ses flancs et commença a faire courir rapidement mes doigts dessus en attente d'une réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Ven 9 Juin - 23:19
Invité
Killuen avait bien entendu ? Lysander ? Chatouilleux. Oh. Il se frottait les mains d'avance. Celui-ci recule alors que sa main vient au contact de son abdomen. Se plaignant du geste du plus jeune, il lui lance un caramel qui se le prend dans le nez et se met à répliquer à coup de chatouille le long des côtes. Le loup-garou a alors un mouvement de recule. Habituellement il adorait qu'on le papouille, qu'on le touche. Il est tactile Killuen, et il ne s'en cache pas. Et en tout bon loup, il adore les caresses. Surtout sur la tête.

Eh ! Tu veux jouer à ça ?

Un grand sourire s'étire sur ses lèvres alors qu'il se crispe, coinçant les mains de l'adulte sous ses bras. Oui il est chatouilleux quand il le veut. Surtout aux flancs et sous les pied. Et il compte bien contre-attaquer. Attrapant une main et laissant l'autre libre, le loup-garou se jette presque sur le plus vieux, comme au rubgy et l'agrippe, faisant glisser sa main libre de nouveau sur son ventre. Tête en dessous du bras, il essaie de le renverser, essayant de ne pas se prendre un coup de genoux dans la mâchoire ou dans le ventre.

C'est qu'il se débat bien le petit Lysander. L'infirmier a un peu de mal, mais il fini par l'ensaucissonner dans la couette et le couche sur le lit. Passant une jambe par dessus le paquet, le voilà à cheval sur le professeur, en riant. Ah merde. On dirait vraiment deux gamins comme ça. Et maintenant que Lys est dans cette position, Killuen ne compte pas le laisser partir.

Haha. Alors tu fais comment maintenant ?

Et si Zephyr rentrait à ce moment ? Qu'importe ? Une bataille de chatouille ne faisait de mal à personne. Et même si les deux hommes étaient dans une position forte ambiguë, Lysander sera bien assez intelligent pour innocenter Killuen. Ce dernier souffle un coup et remet en place la frange du plus vieux, en bazars. Il fronce un peu les sourcils.

Tu devrais te les couper de temps en temps tu sais...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Juin - 23:21
Provoquer Killuen avait été un mauvais choix. Un très mauvais choix… Se prenant au jeu, l'infirmier décida de ne pas se laisser faire et de retourner la situation a son avantage. Il ne tarda donc pas a contre-attaquer en me bloquant les mains, me plaquant brusquement sur le lit et profitant de m'avoir a sa mercie pour me chatouiller le ventre. Je ne me laissa cependant pas maitriser aussi facilement et, tout en riant aux éclats sous ses mains, me débattis moi aussi, tordant mon corps pour tenter de le faire lâcher prise et projetant mes jambes dans tout les sens possible. Au diable s'il se prenait un œil au beurre noir, tant qu'il me relâchait du supplice qu'il me faisait faire subir ! Cependant, j'était largement en sous avantage et finis rapidement enroulé dans la couverture comme ligoté, le poid du loup qui s'était assis a cheval sur moi me clouant sur le matelas.

"Haha. Alors tu fais comment maintenant ?"

J'essaya de lui répondre mais ne réussis pas entre les gloussements qui s'échappait encore de ma bouche. J'étais la, étendu sous lui, les joues rosies par l'effort et un large sourire aux lèvres, a tenter de retrouver mon souffle. Décidément aujourd'hui je régressais a l'âge d'un collégien entre les batailles d'eau et les chatouilles.. Mais ca faisait du bien, c'était des expériences que je n'avait pas pu profiter dans ma jeunesse, bien trop occupé a la passer a être l'élève et le fils modèle. Je tenta une dernière fois de déstabilisé le plus jeune en projetant mes hanches en avant sans réussite, et finis par me résoudre a abandonner toute résistance, lui décrétant qu'il avait gagner pour ce coup.

Une fois le calme revenu entre nous, Killuen me remis en place ma frange qui s'étalaient autour de ma tête comme une folle auréole blanche, me commentant que je devrais songer a me les couper. En réponse, je haussa simplement la tête, soufflant un coup pour dégager une mèche de mes yeux.

"Je n'ai pas vraiment eu le temps d'y songer ces derniers temps. Et puis Zeph les aime bien de cette longueur, il aime la façon dont ils accrochent la lumière… Alors comme ca ne me gène pas plus que ca, je ne suis pas trop pressé d'aller au coiffeur."

En effet, les avoir de cette longueur n'était pas si gênant et même si parfois mes cheveux me tombaient sur les yeux, il suffisait d'une barrette ou deux pour les dégager. Et ce petit bémol valait bien la façon dont Zephyr passait amoureusement sa main parmi les mèches, les laissant couler entre ses doigts comme de la soie neigeuse. Je n'avais jamais vraiment été très a l'aise avec ma couleur détonante, mais il avait su me prouver qu'elle était toute aussi gracieuse qu'un blond doré ou qu'un noir d'encre.

Sortant de mes pensées, je pris enfin compte de la position dans laquelle nous étions et mon visage s'enflamma. C'était plutôt intime, et pas vraiment approprié. Cependant rien d'autre ne reussis a sortir a nouveau que des balbutiements sans sens et je decida de simplemement ne plus m'en soucier, enfouissant ma tête dans le moelleux du matelas et fermant a demi mes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Ven 9 Juin - 23:26
Invité
Killuen a gagné. Et il aime ça. C'est un très mauvais perdant, capable de mordre s'il le faut pour retourner la situation en sa faveur. Il respire calmement, regardant le professeur sous lui dans les yeux. Il hausse les épaules quand à ton opinion sur ses propres cheveux. Encore ce Zephyr. Lysander et lui devraient s'appeler les ventouses de l'école. Non pas qu'il ne les aime pas. Il trouve juste débile ce concept du couple. Le petit moment de silence laisse les deux personnages se plonger dans leurs pensées. Personnellement, Killuen en profite pour jeter un œil à la fenêtre derrière le lit. Il se lèche les lèvres.

Son attention revient vers Lysander devenant pivoine. Il sourit. Ah. Ce Lysander. Aussi prude qu'une vierge. Alors il se penche, front collé contre celui du professeur, yeux plissés. Il met une main tendre sur le front du professeur.

Un soucis ? Tu as de la fièvre ?

Puis il s'appuie sur ses mains, à quatre pattes sur le lit. Il le fait exprès et s'en amuse bien. Oui Killuen il est tordu. Oui il aime s'amuser avec son entourage. Tel un loup agaçant sa proie. Il s'assure du coin de l'œil que personne n'entre, et la ferme même à clef avec sa baguette. Reposant son bout de bois sur la table de chevet, il glisse son visage sur le côté, fouillant dans la couette et attrape l'oreille du professeur entre ses dents.

Hm, qu'il fait.

Il sait bien que ça risque de déranger le professeur mais ne s'en gêne nullement. Au contraire, autant s'amuser. Et puis, le plus vieux l'a assez fait languir comme ça pour que Killuen ne puisse plus se retenir. Et puis, une petite morsure ça ne veut rien dire, pas vrai ? Bon. Au moins, personne ne viendra les déranger et Lys ne risque pas de s'enfuir vu la position dans laquelle il est. Quoique...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Juin - 23:27
J'eu un moment de recul naturel en voyant le plus jeune posé son front contre le mien, posant ensuite une main tendre sur mon visage, me demandant mielleusement si j'avais de la fièvre. Je lui répondit a la négative avec une voix timide. La situation commençait a devenir un peu trop intime a mon gout, et j'aurais bien aimé qu'il me laisse me redresser et me rhabiller…

Cependant, le loup de s'arrêta pas la. Il pose ses mains autour de moi, comme une cage humaine et rapproche encore plus son corps du mien, glissant son visage dans mon coup puis aux coté de ma tête, approchant dangereusement sa bouche de mon oreille.

Je poussa un petit cri entre la surprise et la douleur en sentant ses dents de refermer sur mon lobe. L'alarme se déclencha enfin dans ma tête et je compris a quel point j'avais été stupide. Mon cœur s'emballa et je commença a paniquer tandis qu'il continuait a mordiller mon oreille, me plaquant sous lui et m'empêchant de bouger dans la prison que formait la couverture autour de mon corps. Il fallait que je me dégage avant qu'il laisse ses pulsions de loup-garou prendre entièrement possession de lui et qu'il me dévore en lambeaux. Ce n'était pas vraiment dans mon programme.

"A-arrete tu vas trop loin la…!"

Je m'agita sous son poids, tentant de le déséquilibrer, de me dégager et de le repousser tout a la fois, éloignant ma tête de plus loin possible de sa bouche un peu trop gourmande. Apres beaucoup d'efforts vains, je réussis a sortir un bras et n'attendis pas pour repousser violemment l'infirmier, basculant mon corps hors du lit pour pouvoir me démêler de la couette. Je me releva tant bien que mal et me dépêcha de rejoindre la porte. Au diable ma chemise et mes lunettes, je voulais juste sortir d'ici au plus vite. Une fois devant le lourd battant, je tourna la poignée pour l'ouvrir et fut accueillis par le jeu du pommeau dans le vide, indiquant qu'elle était fermé a clef. Le salop, il avait prévu le coup..! Je porta mes mains aux poches de mon pantalon, cherchant désespérément ma baguette et paniquant de plus belle en ne la trouvant pas. Un juron m'échappa lorsque je me souvins l'avoir laissé poser sur le bureau a coté de ma pile de parchemin lorsque je suis partie en trombes. Bravo Lysander, tu mérite l'oscar de l'acte le moins intelligent au monde..Ca te sert a quoi d'être sorcier si tu n'a pas ta baguette sur toi dans les moments nécessaires ?!

Face a cette situation, je pris un instant pour calmer ma respiration erratique. Ca ne servait a rien de paniquer inutilement, ca n'arrangera rien a pars me rendre encore plus vulnérable. C'était peut etre juste une plaisanterie de très mauvais gout, je suis nerveux de nature et il devait juste vouloir m'affoler un coup pour voir ma réaction… Une fois mon calme retrouvé en partis, je dégluti et me retourna face a Killuen, la main toujours posé sur la poignée et les sens en alerte.

"B-bon…ce fut un plaisir de passer un moment avec toi, mais il faut que j'y aille maintenant.. Alors, tu veux bien ouvrir la porte, s'il te plait…?"

Je le fixa avec mes grands yeux bleus comme une biche sous le fusil d'un chasseur, priant qu'il cesse sa farce et m'ouvre la porte pour que je puisse rejoindre mes quartiers. Je frissonna en voyant l'intensité du regard prédateur qu'il m'adressait. Me laissé filer aussi facilement n'avais pas l'air d'être dans ces plans…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Ven 9 Juin - 23:33
Invité
Killuen se délecte du petit bout de chair qu'il détient. Evidemment, la réaction de Lysander ne se fait pas attendre et voilà le professeur qui commence à se débattre comme un asticot sous le loup-garou. Le rapport de force étant un peu déséquilibré, Killuen ne se fait pas prier et en profite bien, maintenant le plus vieux sous lui. Ses dents viennent mastiquer le cartilage, tordre la peau. Passant sa langue sur le bord, le loup garou se met même à fermer les yeux pour mieux en profiter.

Bien que le plus vieux soit plus faible, Killuen s'était tellement détendu qu'il fut pris par surprise quand Lysander le repoussa de toute ses forces, au point de le faire basculer de l'autre côté du lit. Retombant lourdement sur le sol, Killuen s'assoit sur ses fesses et se masse les poignets. Regardant le professeur se précipiter vers la porte, un petit sourire se dessine sur son visage. Telle une proie prise au piège, sa victime n'avait plus d'autre choix que de traverser la pièce pour aller chercher sa baguette. Et ça, ça risquait d'être difficile avec un loup affamé dans la pièce. Se relevant lentement, il commence à s'avancer vers Lys, secouant la tête négativement.

Le jeu commence tout juste. Pourquoi l'arrêter maintenant ?

Plaquant une main violemment à côté de la tête du professeur, Killuen approcha de nouveau son visage de celui du plus vieux. Son petit sourire continue de flotter sur ses lèvres. Agrippant une de ses mains pour la plaquer à côté de sa tête, le loup s'attaque au coup puis à l'épaule, continuant de le mordiller.

Tu as voulu jouer Lysander. Dommage que tu ais perdu.

Quoi ? Parce qu'il ne le provoquait pas peut-être ? Oh et puis, s'il ne comprend pas, ce n'est pas grave. Killuen, il s'amuse bien. Et son instinct commence à prendre le dessus. En tant que bonne encyclopédie - réputation dont l'infirmier avait entendu dans les couloirs - le professeur de potion devait sans doute savoir que le comportement des loup-garous changeaient à l'approche de la pleine lune. Et si non, tant pis pour lui, il le saura pour l'avenir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Juin - 23:42
Je regardais Killuen se rapprocher de moi avec un regard de bête affamé, secouant négativement la tête en entendant ma requête. C'est bien ce que je craignais, il ne comptais pas laisser échapper l'agneau que j'étais désormais a ses yeux. J'étais désormais pris au piège entre la porte et le loup qui se refermait sur moi pas a pas, se délectant de mon regard paniqué. Je n'eu pas le temps de tenter de passer a ses coté pour rejoindre ma baguette que l'infirmier était sur moi, plaquant violement sa main contre le mur aux coté de ma tête, m'empêchant toute retraite de son corps bien trop proche a mon gout. Avec un sourire vicieux, le plus jeune finit de me plier a sa mercie en faisant le tour de mon poignet d'une main de fer, m'empêchant ainsi que je le repousse avec.

Le cœur battant la chamade, je tenta de m'arracher de sa poigne, lui répétant d'arrêter avec une voix tremblante. Sans la magie, j'étais réduit a un état de vulnérabilité effrayante, et sa supériorité de force était évidente.

"Reprend toi bon sang, tu vas trop loin !" Un nouveau gémissement de surprise m'échappa en sentant sa bouche parcourir mon épaule dénudée, remontant doucement jusqu'au cou en mordillant, marquant ma peau d'une multitude de marque rougeâtres. "T-tu vas le regretter si tu continu…"

Je me mis a trembler inconsciemment, effrayé par la pensé qu'il puisse avoir l'idée de planter ses dents de loup dans ma chair et de faire de moi un de ses animaux. Je n'avais pas peur de son état particulier en temps normal, mais de l'avoir en train de me sucer le cou me fit réaliser que sa part de bête était bien plus menaçante qu'elle n'en avait l'air.

Il fallait absolument que je m'offre une fenêtre pour tenter de me dégager de lui afin de rejoindre la table pour récupérer ma baguette. Une fois celle-ci en ma possession, j'aurais enfin un moyen efficace de me défendre et de me sortir de la situation délicate dans laquelle je m'étais retrouvé. Une idée me germa dans l'esprit et sans y réfléchir plus que ca, j'agrippa les cheveux de l'infirmier de ma main libre et tira sa tête vers l'arrière avec violence, détachant ainsi son visage de mon cou. La seule chose qui me retenait a lui désormais était sa main refermé sur mon poignet tel des menottes. Je me précipita donc vers le bureau, espérant que la surprise de l'action suffirait a lui faire lâcher mon poignet au lieu d'utiliser cette empoigne pour me ramener dans son étreinte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Ven 9 Juin - 23:46
Invité
Le regretter ? Lui ? Regretter de quoi ? Regretter de toucher à la vierge effarouchée ? Et par quoi ? Parce que c'est Zephyr qui va le lui faire payer ? Qu'il approche donc. L'infirmier n'est peut-être pas doué en sortilège, pour se soigner et se protéger c'est autre chose. Parce que l'attaque, ça n'a jamais été son fort. En revanche, il maîtrise très bien le sort de protego. Et ce pour son plus grand bonheur. Le plus vieux est à sa merci, et Killuen ne s'en prive pas. Agrippant sa peau entre les dents, la tordant entre sa mâchoire. Il ferme même les yeux, humant la délicieuse odeur de chair fraiche sous lui.

Une poigne le tire en arrière, lui faisant perdre tout contrôle. Lâchant la main du professeur, il bascule violemment en arrière et peine à reprendre son équilibre. Il se masse le cuir chevelu par où il s'est fait tiré dans un gémissement douloureux. Saloperie. Ca fait mal d'arracher les poils d'un animal. Bon. C'était la même chose pour le loup-garou. Se retournant après ayant suivit le professeur du coin de l'œil, il dégaine sa baguette, se doutant que le plus vieux était allé chercher la sienne.

C'pas très sympa ça Lys...

Il ne compte plus le laisser passer. Sa pupille s'emble s'être rétractée telle un animal en pleine chasse. Il s'étire et se met à jongler avec sa baguette. Non vraiment. Si leur visite allait se terminer ainsi, et bien soit. Et s'il devait ensuite se frotter à Zephyr, et bien soit.

Nous verrons si le petit chéri est capable de se défendre seul sans son canard en sucre...

Lâche comme ils sont tout les deux, quand un est en difficulté, autant qu'il y ait l'autre pour que ça se transforme en un contre deux. Après tout, dans ce monde, c'est tué ou être tué et de n'importe qu'elle manière.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Juin - 13:17
Comme je l'avais prévu, Killuen perdit le contrôle de la situation lorsque je lui tira la tête vers l'arrière. Il perdit l'équilibre et laissa aller ma main. Je ne me fit pas prier et en profita pour me précipiter vers le bureau, fouillant dans les papiers et balançant tout a terre en cherchant le morceau de bois familier des yeux. Une fois que je l'eu trouvé, un sentiment de soulagement m'envahis. Son contact me rassura et je retrouva un semblant de calme. La peur fut remplacé par de la colère, renforcé en entendant le commentaire nonchalant du loup. Il se permettait de dire cela après ce qu'il venait de faire…

Je me retourna face a lui, le regardant s'avancer vers moi avec un regard feral, jouant avec sa baguette et me défiant d'une phrase provocante. J'avais retrouvé ma composure et n'allais plus me laisser impressionner par son petit jeu de domination

"Je n'ai pas besoin de mon "canard en sucre" pour me défendre tu sais. Tu devrais arrêter de sous-estimer tes adversaires, cela risque de te jouer un tour.."

C'est l'avantage d'être un pacifiste: les gens ne s'imagine pas se quoi nous sommes capables. Si il pense que je vais aller courir dans les bras de Zephyr comme une demoiselle en détresse, il se trompe largement, et maintenant que j'avais récupérer mon moyen de défense je ne comptais prendre les choses en main. Il s'en était prit a mon corps, ma confiance et ma dignité et je n'allais pas laisser passer une chose pareille. Oui je suis gentil, mais lorsqu'on dépasse les limites, faible n'est pas le mot dont on se souviendras en pensant a moi. C'est pour cela qu'un lieu d'ouvrir la porte de force, je planta face a lui, la baguette brandit et prêt pour le duel qui ne tarderait pas a se déclencher.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Dim 11 Juin - 14:56
Invité
Killuen n'a jamais douté du talent de Lys. Après tout, Voldemort recrute des enseignants tout aussi bien capable d'enseigner comme de se défendre. Les rebelles sont partout, et il faut bien répliquer quand il y a une attaque. A la différence que lui, infirmier, il ne sait que soigner et défendre. Attaquer ? Un stupéfix à la limite. Ou quelques sectusempra bien placés pour toucher les organes vitaux. La médecine, c'est pas inutile, même pour un sorcier.

Evidemment, l'autre contre attaque, bien plus agressif. Un sectusempra lui effleure la joue, faisant hérisser le poil dans la nuque de l'infirmier. Ah. Le Lysander devait vraiment être en rogne pour lui envoyer de tels sorts. Surtout que ce dernier n'était pas particulièrement agréable à recevoir. Les cas que le loup-garou avaient reçu au cours de ses dernières années n'étaient pas les plus beaux à voir, ni les plus évidents à soigner. Bien sûr, la magie fait de grande chose. Mais elle possède tout de même ses limites.

Alors Killuen se protège. Encore et encore. Il aurait dû écouter plus attentivement son professeur à l'époque de sa cinquième année. Il dormait à ce moment. Comme dans tous les autres cours. Il s'est toujours demandé comment il avait réussi à avoir ses BUSEs d'ailleurs. Comme ses ASPICs. Il fini par rouler sur le côté, ouvrant son col de chemise qui le serrait un peu trop. Il ferme les yeux, concentre ses sens sur l'air et le sol. Les pas de Lys se mouvant, sa respiration, les mouvements de l'air. Le loup-garou arrivait à détecter tout ça à l'approche de la pleine lune. Il tourne son regard vers les tasses de thés encore remplies et la théière autour du plus vieux. D'un coup de baguette, il les fit léviter pour renverser leur contenue sur la tête de son adversaire. Ah oui. Pour savoir faire des obstacles, il était champion.

Nous allons dire que c'était un échauffement tout à l'heure.

Puis glissant sa baguette sous le lit derrière il était caché - après avoir roulé - il lance un Levi Corpus au pied du professeur en murmurant. Non. Lui, il ne sait pas lancer de sort sans les prononcer. Ou rarement s'il est concentré.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Visite médicale des femmes n° 2 infirmière Sate
» [Flashback] Une visite médicale en prison [Hayley & Ardwyk]
» salle de visite médicale n°3 infirmière Noeliana
» Visite médicale des femmes n° 1 soigneuse poildecawotte
» Visite médicale de PAPY !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum de Traverse :: Flood :: La Poubelle :: Ancien RP-
Sauter vers: