:: Flood :: La Poubelle :: Ancien RP Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Fini] [YAOI] Petit Imprévu [Feat. Oswald Kennedy]

avatar
Messages : 271
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Déc - 22:25
Un rencaaard !
✙ Oswald Kennedy ✙


Contre toute attente, la miss accepte de suivre Bastian. Sérieux ? Il pensait se prendre un râteau ! Il se gratte l'arrière de la nuque et ferme un œil un instant, cherchant un endroit assez calme et posée pour pouvoir faire plus ample connaissance avec la demoiselle en tête à tête. Ouaiiis, c'est bien de faire chier le monde, mais faut penser à sa vie sentimentale. Et puis, Bastian reste un jeune homme comme les autres, il a le droit de pécho lui aussi de temps en temps ! Même si la plupart du temps il se fait rejeter comme un vieux caca d'un parce qu'il est bourré, de deux parce qu'un fille en septième année qui se fait draguer par un mec qui ressemble à un deuxième année, ça le fait trop pas.

Il pense aux cachots. Ola. Et puis quoi encore ? Pas de salle commune, trop de gens et surtout des abrutis qui explosent des acromentulas en plein milieu. Il a alors un tilt. Ah, Allen Winchester. Grâce à son cours, le serpentard pourra peut-être se la péter ce soir. Il attrape poil de carotte par la main et l'emmène jusqu'à la tour d'astronomie. Bon, il manque de se prendre deux ou trois murs dans sa cours, glisse dans les escaliers qui décident de bouger quand ils faut pas et se rétame dans ceux de la tour, mais au moins il arrive vivant jusqu'en haut.

Le ciel est dégagé et quelques étoiles pointent le bout de leur nez. La lune, elle, est bien ronde. La pleine lune, c'est dans deux jours. Et dans deux jours, on aura droit à un concert d'hurlement de loup garou. Trop bien.

J'espère que t'as pas le vertige.

Il s'approche de la rambarde et regarde en dessous de lui. C'est de là que l'ancien directeur, le fameux barbu aux lunettes demi-lune est tombé. Ecrasé comme un insecte à son pied. Pas brillant comme mort. Un peu dégueue sur l'arrivée. Il se penche un peu trop, le chieur. Au point de basculer en avant, pied en l'air.

Ow, qu'il fait en écarquillant les yeux.

Ah ouais. La boisson quand on est si haut c'est pas une bonne idée.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 08/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Déc - 17:04
Mon camarade m'attrapa la main soudainement, et me tira hors de la salle de fête et dans les couloirs du château. Je n'avais pas la moindre idée d’où il comptait m'emmener, mais le voyage seul était pleins d'aventures. Naviguer dans Poudlard n'était pas une tache facile en tant normal (je ne comprend toujours pas pourquoi ils ne donne pas une carte a ses pauvres première années, il y'avait beaucoup de fois ou j'ai cru qu'un couloir deviendrais mon tombeau final…), mais alors imaginez la galère quand vous êtes complètement pété. Et oui, on se perd trois fois dans le même hall, on se prend des murs, on se casse les deux jambes dans les escalier qui ont la bougeotte, et on se prend l'envie de faire une rixe contre un tableau qui nous a pas dit bonjour. Du pur bonheur.

Apres de nombreux bleus et cassages de gueules, Le bleuet arriva enfin a sa destination; Le haut de la tour d'astronomie. On s'avance sur le pont d'observation, contemplant le ciel bien dégagé qui dévoilait ses constellations, ainsi qu'une magnifique lune presque pleine. Ca allait bientôt être la fête au loup garou..

Le schtrompf me lâche la main et s'approche de la rambarde, regardant vers le bas. Mauvaise idée. Mon cœur rata un battement en le voyant basculer dangereusement vers l'avant, les pieds en l'air. Je me précipita vers lui pour passer mes bras autour de lui et le tira vers l'arrière d'une façon peu délicate pour le ramener contre moi, l'élan de mon geste manquant de nous faire finir par la même occasion sur les fesses. Enfin c'était toujours mieux que de faire un saut depuis le haut de la tour… C'était pas vraiment mon plan de fin de soirée préféré de voir mes "conquêtes" plumeté dans le vide et s'écraser au sol comme une vieille carpette. Je garda mon étreinte autour de lui quelques instant le temps de m'assurer qu'on retrouve l'équilibre et de faire rebaisser la tension qui était soudainement montée dans mes veines. Gosh il m'avait fait peur cette abruti…

Je serais bien resté dans cette position un petit moment encore, après tout la nuit était vachement fraiche et le bleuet était une bouillote ambulante… Cependant je réalisa que notre position était un peu ambiguë, et je le relâcha en reculant, balbutiant et un peu gêné. Mon cerveau devait être complètement HS ce soir, c'était pas du tout mon genre de sauter dans les bras du premier inconnu comme ca, encore moins quand celui-ci me prenait encore et toujours pour une fille ! Fallait vraiment que je redescende sur terre avant que ca parte trop loin cette histoire…

Reprenant ma contenance, je me rapprocha prudemment de la rambarde de protection, m'appuyant contre cette-dernière et levant les yeux vers le ciel. Il ne fallait surtout pas que je regarde en-bas vu ma grande histoire d'amour avec le vide, mais rien ne m'empêchait d'admirer les Etoiles qui se dévoilaient petit en petit. Le serpentard avait fait un bon choix en m'amenant ici, c'était plutôt sympa et il faudra que je retienne l'adresse. Enfin l'adresse, c'est dans ton école pauvre idiot.. Apres un petit silence de contemplation, e pointa mon doigt vers quelques groupes de constellations.

"Orion, la Grande Ourse, Cassiopée….Et c'est tout ce que j'connais j'ai rien suivis en cours d'astro.."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 271
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 26 Déc - 13:54
Un rencaaard !
✙ Oswald Kennedy ✙


Bastian voyait le sol. Et bien. Bon, en même temps, être dans le vide jusqu'au poitrail, ça craint un peu. Même si une de ses mains tenait encore la rambarde, l'autre pendait dans le vide. Lui, il fronce les sourcils pour comprendre dans quelle situation débile il se trouve encore. Il se demande même comment il fait pour faire du surplace au dessus du vide.

Je vooooole ! qu'il lâche, complètement paumé.

Ou pas. Il se fait tirer vers l'arrière et se retrouve dans les bras de sa rouquine. Eh bah, elle en avait de la force la grande ! Parce que ouais, encore une fois, une fille était plus grande que le septième année. Oh la honte. Il allait bientôt falloir qu'il mette des chaussures à talon. Ou pas.

Il était bien, là, dans ses bras. Il avait l'impression de se revoir dans les bras de sa mère, quand il était gosse et que le paternel n'était pas là. Ah. C'était cool cette époque. On ne vous reproche jamais rien et on vous protège comme si vous étiez un vulgaire insecte. Il ferme même les yeux en y repensant et se laisse envouté par l'autre. Bon. Ce fut de courte durée, au grand malheur du serpentard, parce que l'autre marmonna des trucs avant de filer vers la rambarde à son tour. Il croise les bras et gonfle ses joues. Ouais. Il boude.

Alors il se lève et se glisse dans son dos, posant la tête contre son dos. Ah. Là c'est mieux. Il enroule ses bras autour de sa taille, un peu fine après réflexion, et la serre contre lui. Pfiou. Quelle belle soirée.
Il lève la tête pour voir les constellations dont parlait sa compagne. Ouais. L'astronomie, c'chiant. Mais c'est bien pour se la péter.

Là, on peut voir Andromède. Et là l'Argo. Oh, par là bas y'a des constellations du zodiaque aussi.

Il pointe du doigt ce qu'il voit. Ou ce qu'il invente à force d'avoir bu, ce qui est possible aussi.

On dirait que les étoiles forment un cœur là, ou c'est moi ?

Ouais, c'con et gnagnan, mais le Bastian il a plus toute sa tête dans tous les cas. Il voit plus ce qu'il que ce qu'il veut voir. Et il ne sent plus que ce qu'il veut sentir. Alors il pose une nouvelle fois sa tête dans le dos de l'autre, trop petit pour atteindre son épaule. Fuh. Encore une demoiselle trop grande...

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 08/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 27 Déc - 16:08
Alors que je partageais mes maigres connaissances en astronomie (oui bon bah shut, celui qui ne trouve pas ce cours chiant c'est qu'il n'y a jamais été!), le Serpentard s'approcha de moi et se posa contre mon dos en enroulant ses bras autour de ma taille. La position était un peu ambiguë, mais tout aussi agréable et c'est pour cela que je me détendit inconsciemment en sentant sa chaleur traverser ma chemise.

"Là, on peut voir Andromède. Et là l'Argo. Oh, par là bas y'a des constellations du zodiaque aussi."

Il pointa des doigts les constellations, détaillant leurs histoires tandis que l'écoutait avec de grand yeux ébahis. Je devait ressemblé a un gamins a qui sa mère racontait des histoires avant de s'endormir, même si je me doutais que j'aurais surement tout oublié d'ici demain. Ouais, être bourré c'est pas le bon plan mnémotechnique pour retenir les infos après tout. Même si l'entendre parler des étoiles rendait soudainement l'astro bien plus intéressante. Mon cavalier de soirée s'arrêta dans ses racontages afin d'indiquer un groupe d'astres dans le ciel, pointant le fait que celui-ci ressemblait a un cœur. Je plissa les yeux afin de l'observer plus précisément a travers ma vision floutée.

"Ah ouais, c'est vrai… C'est plutôt.."

Romantique ? Nan j'était pas aussi niais pour dire ca tout haut non plus! Je replongea donc dans le silence, laissant la drôle d'ambiance qui s'était installé flotter paisiblement. Ca devait etre a ce moment la dans un film qu'il lançait la petite musique gnangnan tandis que les héros se regardaient avec des étoiles plein les yeux (ce qui est le cas de le dire pour notre situation: étoiles, ciel étoilé…non ? Bon ok je me la ferme..)

Je me retourna pour faire face au bleuet, baissant légèrement mon regard pour croiser le sien. C'était marrant, il ressemblait a un schtroumpf comme ca avec sa touffe bleue et sa petite taille. Je plongea mes orbes dorés dans ses yeux, le fixant un instant en mordillant ma lèvre comme si j'attendais qu'il fasse quelque chose. M'embrasser peut être…? Je me frappa mentalement a cette pensée. Tu déglingue complètement mon pauvre Osu! Tu connais même pas ce type, il croit dur comme fer que t'es une fille et y'a 30min tu le fuyais comme la peste.. alors pourquoi tu te mais a penser a ca d'un coup? Si il suffit d'une dizaine de verre pour te transformer en débauché qui embrasse le premier qui t'emmène voir les étoiles..

Mais après tout, c'est bien de temps en temps de ne pas a réfléchir avant d'agir…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 271
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Déc - 2:35
Bastian 1.0 a cessé de fonctionner
✙ Oswald Kennedy ✙


Bastian est bien là. Un bon moment gnangnan où il faut introduire des pétales de rose et la musique avec du saxophone, ce genre d'ambiance. Lui, il déteste ça. Il aime quand ça bouge, quand y'a de l'action. Sauf quand il est à moitié crevé et avec une demoiselle qu'il essaie de pécho. Mais qu'on se le dise, celle-ci lui plaît bien. Et puis, on va pas se le cacher, ça aura été la première fois qu'elle accepte qu'il se colle à elle ainsi. Parce que ouais, la plupart du temps, le bleuet, il se fait rejeter voire carrément traité de pervers. Lui ? Un pervers ? Certes il lui arrive de mater des filles de temps en temps, mais comme tous les hommes. Il a dix-sept ans quoi !

Il sent l'autre remuer, bouger et se retourner face à lui. Leur regard se croise et n'arrive plus à se détacher. Roh. Depuis quand c'est permis d'avoir des yeux pareil ? Certes, il y a beaucoup de gens particulier à Poudlard, avec des colorations complètement loufoques - et lui en premier - mais des yeux aussi ambrés et lumineux dans la nuit, c'était... C'était pas réel quoi ! Le serpentard a presque envie de détourner le regard de celui de la demoiselle. Ouais, ça le met presque mal à l'aise quand on le fixe ainsi. Ca le met même carrément mal à l'aise. Mais pour une fois, ça en ait presque agréable.

Il sent son pouls s'accélérer un peu plus. Non. Beaucoup plus. Il panique même parce qu'il croit que l'autre verra sans doute son torse se soulever et s'abaisser au rythme de son petit cœur.
"Tu portes tes couilles, oui ou non ?" qu'il pense.
Rah. C'dur d'être un homme. Toujours à faire le premier pas, à dire les mots doux,  à dorloter l'autre. Ouais. C'est chiant. Mais quand on sait que ça ne déplaît pas à quelqu'un qu'on apprécie, c'est pas désagréable comme effort.

Se levant sur la pointe des pieds, il attrape le col de sa compagne et l'attire vers lui. Il ferme ses yeux et effleure ses lèvres des siennes pour au final les coller doucement contre. Et a ce moment là, c'est le drame. Il ne sait pas quoi faire et n'ose plus bouger. Et merde. Il a fait quoi comme connerie encore...?

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 08/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Déc - 15:41
Le temps sembla s'allonger alors qu'on se regardais yeux dans les yeux, attendant chacun que l'autre face le premier pas. Je pouvais sentir le cœur du bleuet qui s'emballais dans sa poitrine collé contre moi, rejoignant le mien dans une tension. Je pouvais le sentir hésiter et presque paniquer. Je m'était encore fait des illusions, bien sur qu'il allait pas d'embrasser abruti! C'est toi qui te fait des films a croire qu'il avait envie que… Un bruit de surprise m'échappa lorsque je sentis le plus petit m'attraper par le col pour me mettre a son niveau, collant nos lèvres ensembles avec douceur. Une fois la surprise passé, je ferma les yeux et me laissa fondre dans ce baiser chaste. Enfin jusqu’à ce que le bleuet se fige, buggant complètement. Bon bah je crois qu'il est temps de prendre les choses en main…

Mes bras s'enroulèrent autour de son cou, emmêlant mes doigts dans ses mèches bleutées et tirant sa tête un eu plus contre la mienne. J'entrouvrit doucement la bouche, laissant le bout de ma langue pointé afin de caresser la lèvre inferieur du bleuet. C'était surement maladroit, mais je n'avais encore jamais embrasser personne et j'y allais donc a l'aveuglette complète. Espérons qu'il ne soit pas trop difficile.. Cet échange malhabile suffisait pourtant a faire naitre une douce chaleur en moi, et l'alcool n'arrangeait pas a la sensation de papillons dans le ventre et de jambes en coton. Bordel, ca me rendait complètement niais cette histoire..

La tête joyeusement étourdie, mes jambes commencèrent a lâcher et je me laissa glisser doucement au sol, entrainant le Serpentard avec moi. Je me blottis contre lui, laissant échapper un rire léger. On était bien la finalement, et puis on avait encore une bonne moitié de nuit pour prolonger la fête.

"C-ca te gène de continuer ca…?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 271
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Déc - 16:20
Le bisou ! Le bisou !
✙ Oswald Kennedy ✙


Les secondes semble durer des heures. Bastian lag. Genre. Complètement. Il vient de perdre tous ses moyens en quelques secondes pour un seul geste. Oh, il en a vu des couples s'embrasser et se sauter à moitié dessus - on ne va pas reparler de son entrevue entre ses deux professeurs de potions et de défense contre les forces du mal. Ne parlons pas de choses qui fâche. - mais c'est bien plus compliqué que ce qu'il n'avait imaginé. Ok. C'est juste un baiser, et encore il est sous l'effet de la boisson. Mais bon. Y'a pas à dire, il est également plus sentimental avec de l'alcool dans le sang que normalement - vu qu'habituellement il ne serait pas allé jusque là ni ne se serait pas mis dans un état pareil pour un simple bécotage. Le soucis est que l'autre en rajoute également une couche. Bon, pas qu'il refuse qu'une fille passe à la vitesse supérieure sans lui demander son avis, mais ça a le don de le surprendre tout de même.

Hm...

Laissant alors son instinct masculin  prendre les rennes, il entrouvre à son tour la bouche pour aller caresser le petit bout de chair avec le sien. Il perd complètement la notion du temps et à l'impression que son petit coeur va exploser. Aller Bastian, t'es un homme ou une triple couille molle qui pue ? Alors, ouais. Il se laisse aller et calme des deux mains dans le dos de l'autre pour se blottir contre elle. Ca y est, la machine s'est remise en marche. Il entreouvre les yeux une petite seconde pour observer le visage de la rouquine. Détendu, rosit sûrement sûrement cause de l'alcool. Ses traits détendent le serpentard. Ah, il a peur de gaffer, de faire un faux pas ou ce genre de bêtise. C'est une des principales raisons du pouquoi il se bloque.

Glissant avec sa compagne au sol, il l'a regarde se caller contre lui, lui proposant son épaule en la tournant un peu plus vers elle. Il passe une mains qui se veut douce dans ses cheveux et caressé ses quelques mèches courtes mais douces. Il glisse son nez sur le haut de son crâne pour y humer son parfum. Il l'a serre un peu plus contre lui pour répondre à sa question en secouant négativement la tête. Puis il pense à une chose.

Et merde. Il a oublié que l'alcool, ca faisait également monté son excitation. Alors il se force de se calmer et regarde le ciel, pensif. Ouais. Vaut pas mieux qu'elle tombe sur ça, surtout à peine deux minutes après leur premier baiser. C'est sûrement pour ca qu'il se faisait traiter de pervers à chaque soirée.

Pourquoi ça me gênerait ?

Parce que ouais. Faut bien l'avouer. Même si Bastian en est pas fier, il dirait pas non à si la rouquine lui proposait d'aller plus loin. Et pour lui prouver - parce que ça lui arrive de sauter sur tout ce qui lui arrive à sa portée quand il a trop bu - il faufile son visage dans son cou, mordillant légèrement la peau - assez tendrement pour ne pas laisser de trace - et descendant vers son épaule où il y laisse un baiser. Bon, à quand on la dénude ? Hm. Peut-être pas ce soir.  Après tout, la nuit promet d'être longue. Oh et puis, si elle y met de la bonne volonté, Bastian ne dira dans tous les cas jamais non. Perverti jusqu'à la moelle ce gosse.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 08/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 29 Déc - 4:01
Une fois au sol, le bleuet glissa sa main dans mes cheveux, jouant avec les mèches d'une main douce. C'était tendre et confortable, presque hypnotisant… Je ferma les yeux en souriant, me laissant emporter dans ce petit cocon de confort tandis que ma conquête prenait un instant de réflexion. Je les rouvrit uniquement lorsqu'il répondit a ma question précédente, et sa réponse fit apparaître un nouveau sourire sur mon visage.

"Pourquoi ça me gênerait ?"

Le Serpentard glissa son visage dans mon cou, fermant sa bouche sur ma chair dans une morsure tendre et a peine perceptible, mais qui m'extirpa tout de même un petit gémissement. Bon dieu que j'était sensible a cet endroit…ca allait mal finir s'il continuait comme ca.. Même si ma tête (et le peu de raison qui n'avait pas été détruite a grand coup de shot) me conseillais fortement de m'arrêter la avant de franchir une ligne dont il serait difficile de revenir en arrière, mon corps disait le complet opposé. Je pencha la tête sur le coté, dévoilant mon cou pour laisser le bleuet le parcourir tranquille, frissonnant en sentant ses lèvres descendre le long de celui-ci et s'arrêter en un baiser papillon sur mon épaule. C'était délicieusement provoquant mais délicieusement agréable…

L'excitation était palpable entre nos deux corps, et elle semblait avoir remplacé tout l'hésitation qui nous parcourait auparavant. On ne comptait surement pas s'arrêter la ce soir… Je porta mes mains a ma chemise, laissant sauter un bouton afin de faire glisser le matériel, mais m'arrêta a dévoiler simplement un peu plus d'épaule. Je venais de me rappeler qu'a ses yeux, j'était toujours une fille…Et qu'est ce qu'il se passerait s'il se rendait compte qu'il s'était largement trompé de sexe en ce qui me concernait..? Et ce qu'il me repousserait ? Est-ce qu'il serait dégouté..? Un peu tout a la fois surement.. Mais au diable tout ca pour le moment, j'ai pas du tout envie de m'arrêter alors que c'est si bien parti~

Je cessa donc de me "déshabiller" et préféra reporter mon attention sur le plus petit, glissant mes mains (surement froide, navré pour lui…" sous son propre vêtement, effleurant la peau du bout des doigts dans des caresses a la fois affirmées et timides.

"C'est dommage qu'on dorment dans des dortoirs…"

Si vous voyez ce que je veux dire… Je plaça mes mains dans son dos et l'attira un peu plus contre moi, en espérant qu'il ne remarquerait pas a quel point tout cela affectait mon corps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 271
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 30 Déc - 17:14
Y fait froid en fait
✙ Oswald Kennedy ✙


Fermant les yeux pour se délecter de la chair de la rouquine, Bastian s'attarde un peu, longeant les clavicules jusqu'à un peu plus bas vers sa poitrine - qui semblait être absente, malheureusement. -. Remerciant presque les dieux auxquels il ne croit pas quand sa partenaire lui dévoile un peu plus son épaule et penche la tête pour lui laisser plus d'espace, il va presque la coincer entre lui et la rambarde, aggripant une barre d'une de ses mains et se collant à elle alors que sa peau frôle la peau de son dos. Ce genre de geste, c'est le péché mignon de l'adolescent. Il adore ça et en profite un maximum quand il avait de très rares occasion d'en recevoir. Alors il se cambre, callant son nez dans le cou de l'autre pour savourer et souffle doucement. Il pose un genoux entre les deux jambes de la demoiselles pour se tenir en équilibre et pose ses mains sur les pants de tissus de la chemise. Ouais. Il en avait envie. Et furieusement en fait.

Déboutonnant son haut aussi maladroitement qu'un paresseux qui casse une noix de coco - allez savoir d'où vient cette expression - il hésite un moment pour faire tomber la chemise du dos de sa propriétaire, lui lance un regard et tout en lui donnant un deuxième baiser il lui fait glisser le tissus gênant jusqu'aux hanches. Non pas qu'il s'attend à des formes généreuses - puisqu'il avait déjà eu un avant goût quand ils étaient l'un contre l'autre - il n'est même pas déçu des formes de l'autre. Et en fait, il s'en fiche totalement. Le Bastian, il était pris dans son truc. Le reste ne l'importe pas. Ce qui comptait c'était passé une super soirée avec sa super nouvelle copine. Il décolle ses lèvres de celles de sa compagne et murmure doucement à son oreille.

Y'a jamais personne dans cette tour. On est tranquille jusqu'à vendredi soir...

Oh parce que la grasse mat' n'était pas à exclure. Encore moins après une soirée pareille. Et en plus, c'est plutôt utile de savoir que tous les cours d'astronomie sont toujours tous les vendredis soirs. Ils avaient donc une semaine pour camper ici avant de dégager en évitant de laisser des preuves et ils pouvaient recommencer pour la semaine.

Il glisse une de ses mains dans le dos de la rouquine et la descent patiemment. Ne pas trop brusquer. C'est la base, même si c'est dur en pratique. Il se décolle un peu pour l'admirer puis pose son front sur le sien.

T'es quand même vachement sexy comme ça.

Ouais, l'alcool ca rend vraiment aveugle. Ou l'amour. Ou les deux après tout. Et ca fait faire des choses qu'on aurait jamais fait avant du genre glisser sa mimine dans le slip de l'autre pour atteindre une certaines propriété privée antérieure. Ouais, le Bastian quand il peut plotter, il se gêne pas. Et encore moins quand il est bourré.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 08/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Jan - 22:02
En sentant mes caresses a même sa peau, le Serpentard se cambra tel un chat et nicha a nouveau sa tête dans le creux de mon cou. J'aurais presque pu l'entendre ronronner si je l'écoutais attentivement. Son corps était collé contre le mien, me plaquant contre la barrière et plaçant un genoux entre les miens et une mains sur mon vêtement. C'était comme si nous avions besoin de sentir la moindre parcelle de chacun, de se fondre l'un contre l'autre comme deux pièce de puzzle. Je pouvais sentir nos poitrine se soulever a répétition accompagné d'un léger halètement de nos pars. On en avait envie. Terriblement envie. La tension était monté petit a petit, et nos esprit gorgé d'alcool avaient finit par craquer, ne nous laissant aucune possibilité de s'arrêter au risque d'être terriblement frustré.

Finalement j'aurais pu m'abstenir de tergiverser sur si je me dénudais ou non tout a l'heure, puisque le bleuet décida de prendre les choses en main par lui-même. IL porta des doigts maladroits aux boutons de ma chemise, les enlevant un par un dans un temps fou. C'était tellement frustrant de sentir ses mains effleurer ma peau sans jamais les toucher, bien plus concentrer sur les attaches que sur moi-même, si bien que je résista difficilement a simplement les arracher pour être plus rapide. Un soupir de soulagement (et de plaisir) sortit de mes lèvres lorsqu'il eu enfin finit son travail et fit glisser le tissu en trop jusqu’à mes hanches. J'eu un moment de tension a cette instant. C'était quand même un peu gênant de me retrouver ainsi dévoilé et vulnérable devant lui, surtout qu'il était la première personne a me toucher ainsi. Mais lorsqu'il m'embrassa a nouveau, tout disparu au profit du désir pur et simple.

"Y'a jamais personne dans cette tour. On est tranquille jusqu'à vendredi soir…"

Un frisson me parcourut en le sentant me murmurer dans l'oreille, projetant un souffle chaud sur mon lobe. On ne se rend pas compte a quel point notre corps pouvait être sensible jusqu’à ce genre de situation. Le moindre effleurage me tirait sur les nerfs d'une façon délicieuse. Je murmura un "Parfais" a mon tour, retrouvant chercher ses lèvres pour les dévorer. On avait un long moment de tranquillité devant nous, ce qui était parfait pour ce qu'on comptait faire. Et puis c'était relativement excitant de faire sa sous les étoiles non? Je me redonna a nouveau une claque mentale. Tu vas trop loin Osu, espèce de débauché ! Mais fuck it…

J'embrassa le bleuet pour la énième fois, glissant le bout de ma langues pour aller jouer le long de son palais, puis suçant et mordillant sensuellement sa lèvres du bas. Ca avait un gout d'alcool, de patacitrouille et de schtroumpf, c'était bizarre.. Pendant que je goutais a sa bouche, j'en profita pour lui ouvrir sa chemise a lui aussi. C'était pas juste que je sois le seul a poil ici…et la friction de nos peau l'une contre l'autre ne sera pas de refus. Je sentais en même temps la main du Serpentard me descendre doucement le long du dos, me faisant frissonner doucement. Une fois la main posé sur le creux de mes reins, il se décollant pour m'admirer un instant.

Je devais présenter une drôle de vue, plaqué contre la rambarde de la tour, a moitié dénudé en dévoilant mon torse et mon cou, mes mèches rousses en batailles sur mon front, mon visage rosies par un mélange de timidité et d'excitation et mes lèvres entrouvertes dans une invitation a venir les embrasser a nouveaux. Il posa son front contre le mien, fixant ses orbes azur sur moi.

"T'es quand même vachement sexy comme ça."

Mes yeux s'agrandirent et mes joues virèrent pivoine en l'entendant. C'était bien le premier a me trouver sexy. On 'avait trouvé mignon, parfois beau mais encore jamais "sexy"… Je m'apprêta a lui répondre lorsque je sentis une main aventureuse descendre dans mon pantalon, ce qui coupa toute tentative de parole. Mon visage passa a un nouveau dégradé de rouge et je porta ma main a ma bouche par reflexe afin de masquer au possible le gémissement mi de surprise mi de plaisir sortit de ma bouche. C'était pas du tout normal la sensation que j'éprouvais a l'instant..! Mais bizarrement j'avais pas vraiment envie qu'il s'arrête…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 271
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 6 Jan - 0:22
A poil !
✙ Oswald Kennedy ✙


Bastian la trouve mignonne. Vraiment mignonne. Il ne pensait pas que quelques compliments la rendrait si timide soudainement. Enfin. Peut-être pas timide. Juste... Gênée ? En tout cas dans un état second qui fait qu'elle devient rouge. Et ça, ça ferait presque rire le bleuet s'il n'était pas bourré. Il approche son visage de celui de sa compagne, posant ses lèvres sur sa joue puis sur la brisure de ses lèvres, collant son torse contre le sien. C'est doux. Doux et agréable. Extrêmement chaud aussi. On pourrait se demander s'il y a encore une once de réflexion qui parcoure le cerveau du serpentard. La réponse est non. Il y va à l'instinct. Après tout, réfléchir, c'est pour les serdaigles. Et puis quand Bastian réfléchit, la plupart du temps ça fait baoum à la fin.

Il pose sa tête contre l'épaule du plus grand, passant sa langue sous sa mâchoire lentement et doucement tandis que sa main caressait sa nouvelle trouvaille tandis que l'autre déboutonnait le pantalon un peu trop serré à son goût. Il est tordu. Un peu. Mais il est bien, là. Ressortant sa main du pantalon de l'autre, il la pousse sur le côté pour la plaquer au sol, à quatre pattes sur lui. Fort heureusement que personne ne vient jamais ici, il aurait eu une très joli vue d'ici.

Ne cherchant plus aucune logique, le bleuet se penche, parsemant le torse de sa compagne de baisers doux. Il glisse jusqu'à son nombril pour se redresser et la regarder droit dans les yeux avec un petit sourire. Merde. C'était vraiment trop beau pour être vécu. Il remonte jusqu'à sa proie, caressant sa joue, appuyé sur une main. C'est pas faux ce qu'elle avait dit. Dommage que les deux dorment dans des dortoirs. Et comme Bastian ne reconnaît pas vraiment le visage de sa partenaire, il devine facilement qu'elle ne fait pas partie de la même maison que lui. Mais bon. Il existe bien des couples qui ont survécus jusqu'ici tout en étant dans une maison différente.

Je suppose que tu ne t'arrêteras pas toi non plus..?

Ouais, parce qu'il préfère être sûr tout de même qu'elle soit consentante. Et même si elle est sous l'effet de l'alcool - et comme l'alcool ça fait faire n'importe quoi, voyez un peu le résultat. - il sera au moins rassuré d'avoir son accord.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 08/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 18 Jan - 21:51
Fuck fuck fuck… C'était beaucoup trop de sensations en même temps…! Je mordis mes articulations, faisant de mon mieux pour étouffer les gémissements qui s'échappaient alors que le Serpentard caressait doucement ce qu'il tenait sous sa main. Et comme s'il se n'était pas assez de me rendre fou avec ses attentions, il devait en rajouter une couche en venant chatouiller mon cou de sa langue… Le plaisir diffusais une vague de chaleur dans mon abdomen et j'avais l'impression de fondre sur place en le sentant jouer avec mon corps, déboutonnant mon pantalon.

Je m'apprêtais a aller a mon tour me venger sur le bleuet lorsqu'il me fit basculer sur le coté sans prévenir, m'emprisonnant a terre entre lui et le sol. IL avait plus de force qu'il ne laissait apparaître le schtroumpf! Sans plus attendre, ce dernier s'attaqua a nouveau a mon corps, déposant une multitude de baisers sur mon torse. A chaque fois que ses lèvres touchaient ma peau froide, elles laissaient un emprunte de chaleur qui restait suspendue un moment comme une brulure, provoquant des frissons de ma part. Jamais je n'aurais imaginer qu'un jour je puisse éprouver tant de plaisir a être a la mercie de quelqu'un d'autre. Je n'aurais tout simplement jamais imaginer me retrouver a faire des choses pareilles dans la tour d'astronomie de mon école!

Le plus petit continua de caresser mon poitrail de sa bouche, descendant doucement vers mon nombril comme une provocation, puis s'arrête pour me fixer et porter une main a ma joue. Je ne pu empêcher une petite moue de protestation de s'afficher sur mon visage. Pourquoi tu t'arrete quand ca devient intéressant…? Il me touchait de toute les façons, me noyait dans des sensations que j'avais encore jamais eprouvé, et d'un coup il s'arrete. En m'offrant un sourire pareille en plus…raaah c'est frustrant !

"Je suppose que tu ne t'arrêteras pas toi non plus..?"

Oh que non, on était allé bien trop loin pour s'arrêter maintenant comme deux trouillards. Je profita de son hésitation pour le tenter un peu a mon tour. Lui jetant un regard sensuel (enfin aussi sensuel que je le pouvais..), je commença a caresser sa mâchoire, descendant doucement le long de sa jugulaire, puis de sa clavicule et de son torse, dessinant des dessins sans aucun sens du bout des doigts. Puis arriver au niveau de son pantalon, je déboutonna lentement les boutons, tirant ensuite sur l'élastique de son calecon, laissant ma main effleurer l'endroit sans pour autant le toucher directement. Puis sans prevenir, je l'enlaça d'une main autour du cou et de l'autre a la taille, le plaquant contre moi au niveau des hanches et lui repondant avec assurance et une once de provocation, en ignorant mon profond accent americain qui ressortait.

"Just freaking do it"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 271
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 19 Jan - 23:27
Ouuh... Une baguette bien dure et pas trop cuite
✙ Oswald Kennedy ✙


Y'a pas à dire : le sexe, c'est cool. Ca rend la vie meilleure et en plus ça fait grimper l'espérance de vie de dix ans apparemment. Et ça fait passer de supers soirées quand même. Bastian, c'est pas trop de type qui saute sur tout le monde non plus, mais faut avouer que pour ce coup là, il ne regrette pas de s'être isolé et d'être allé jusque là. Oh non. Il se laisse faire, ferme les yeux alors que le contact de la rouquine sur son visage puis le long de son torse réapparaît. Il mord sa lèvre inférieure doucement puis la relâche, poussant un soupire d'aise et crispant ses mains sur le sol. Un frisson lui parcoure tout le dos alors qu'elle se met à détendre son pantalon et tirer sur son sous-vêtement d'une manière envieuse. Rah mais merde. Elle a pas le droit de faire ça !

Il écarquille les yeux alors qu'il se fait enlacer contre sa partenaire, hanche contre hanche dans une position particulièrement provocante. Ouais. Ca l'a surpris. Mais agréablement. Et la phrase qui suit veut tout dire, parvenant parfaitement aux oreilles du russe. Oh. Un petit accent américain ? C'était adorable. Le cœur de Bastian rate un battement. Il a l'impression que le monde s'effondre sous ses pieds. Laissant échapper un petit "fuuh..." entre ses dents, il agrippe le pantalon de la rouquine et le tire jusqu'à ses pieds, se débattant un instant avec pour lui enlever complètement. Pas très gracieux de s'emmêler avec le pantalon de l'autre. Mais comique à voir. Il vire également la chemise qui lui était resté sur le dos. Brr... Il frissonne un peu. C'est bien de se dénuder, mais va falloir se réchauffer à présent.

Passant sa mains sur le sous-vêtement de l'autre, il a un instant de réflexion avant d'abandonner toute logique sur ce qu'il sent. Depuis quand les filles ont des formes pareilles à ce niveau là ? Oh, Bastian. Ca doit encore être l'alcool qui te faire croire des bêtises... Ou alors c'est que t'as mal suivit les cours d'svt. Ne faisant absolument pas attention à ce qui se passe en bas ni à quoi ça ressemble, il fait glisser le caleçon de l'autre pour la mettre à nu définitivement. Ah. Là on étai bien.

Un sourire radieux illumine son visage. Non pas qu'il est content d'avoir un asticot en face de lui, mais qu'il est heureux d'avoir une personne aussi belle devant lui. Mignonne également. Et affreusement attirante. Se penchant pour lui glisser un dernier baiser, il attrape une certaines baguette dans une de ses mains pour la caresser avec tendresse. C'était... Surprenant. Et d'un côté il ne savait même pas ce qu'il faisait. Il en se doute même pas que c'est complètement anormal pour une fille d'avoir ce genre de chose, enfin bon. Bastian, c'est Bastian.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 08/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 29 Mar - 15:04
Le message avait l'air d'être passé. Des que j'eu finit de prononcer mon accord, le bleuet s'occupa de me débarrasser des couches de vêtements inutiles. Il agrippa mon pantalon préalablement déboutonné et le tira jusqu’à mes pieds sans la moindre hésitation. Enfin l'effet retomba un peu quand il fallut le retirer complètement… Vous avez déjà essayé de déshabiller une personne en étant sur elle? C'est pas évident hein.. Bah rajoutez une triple vision et une bonne dose d'impatience a ca et vous avez deux jeunes hommes qui se tortillent comme des poissons hors de l'eau pour se retrouver a nu le plus vite possible. Pas vraiment glam comme image. Mais on s'en fout, on a juste envie. Terriblement envie.



Une vague de froid nous frappa tout les deux une fois débarrasser de toute les couches qui se mettaient entre nous. C'était peut être pas la meilleur saison pour faire les lapins a l'extérieur…Certes c'est beau les étoiles, mais c'est mieux quand il ne fais pas 46°F a l'air libre. Mais au moins c'était une excuse pour se réchauffer…et ce qu'on avait prévu fera surement largement l'affaire. En attendant, je rapprocha a nouveau le corps du Serpentard contre le mien pour tenter de partager peau contre peau la chaleur qu'il nous restait alors qu'il s'occupait de me séparer de la dernière pièce de vêtement qui masquait mon intimité.



Gosh ca faisait bizarre de se retrouver comme ca sous une autre personne… J'en profita pour regarder ma conquête de plus près, balayant son corps du regard. Il était pas si mal que ca…un peu original le bleu comme couleur de cheveux, mais ca lui allait terriblement bien. Et bordel qu'il avait un sourire a tomber…le genre de sourire espiègle et radieux qui vous fait fondre des le premier regard. Le même qu'il m'offrait actuellement avant de se pencher pour m'embrasser et commencer a caresser une certaine partie de mon corps.



Un long gémissements m'échappa et se fondit dans le baiser que nous partagions. J'enlaça mes bras autour du cou du Serpentard, cambrant mon dos pour augmenter la friction entre nos deux corps, haletant et gémissant en rythme avec ses attouchements qui propageaient une sensation étrange dans le bas de mon torse. Une sensation inconnue mais qui me donnait envie d'encore plus, comme les premiers effets d'une drogue qui coulait dans mon sang en le faisant bouillir de plaisir.



Entre deux miaulements de délice, je fis glisser mes mains vers la ceinture du bleuet, tirant son pantalon vers le bas tout en apposant une friction tendre au bon endroit a l'aide de ma jambe. Tout en conservant se geste, ma tête alla se blottir dans son cou et je mordilla son oreille, chatouillant le lobe du bout de ma langue et descendant le long de son cou comme il me l'avait fait précédemment et m'arrêtant a la jonction de son épaule pour y déposer un suçon. Tant pis si ca ce voyait encore demain, c'était pas mon problème…au moins je pourrais le reconnaître dans la foule.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 271
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Mai - 0:26
Où qu'il est le trou ?
✙ Oswald Kennedy ✙


Il sent l'autre s'agiter sous lui. Et les bruits sortant de sa gorge ne le fait pas s'arrêter au contraire. Il entrouvre la bouche alors que sa propre partie basse se fait provoquer par la jambe de la demoiselle, laissant un petit souffle chaud frôler le cou de l'autre, la tête près de sa nuque. La seconde provocation lui fait perdre tout contrôle. L'oreille. Mais non. JAMAIS l'oreille. C'est l'endroit le plus sensible de Bastian. D'un côté c'est une sorte d'aphrodisiaque naturel quand on lui titille, de l'autre ça le chatouillait. Alors il se tortille un peu, couinant sous les douces et chaudes caresses de la rouquine.

Il relève un peu le menton quand elle se met à son tour de lui manger le haut du tronc, et penche la tête alors qu'elle le marque au niveau de l'épaule. Il inspire un coup, et se met à nu à son tour. C'était bizarre de se dévoiler ainsi devant quelqu'un. Même s'il est bourré, le Serpentard reste un minimum prude, surtout quand c'est la première fois. Il se colle contre l'autre, du torse aux hanches, lui dévorant les lèvres goulument.

Faisant glisser sa main sous la cuisse de a compagne, il ferme un instant les yeux avant de la soulever un peu puis rouvre ses prunelles les plongeant dans les orbes dorées de l'autre. Son cœur bat à la chamade. Puis il sépare ses lèvres des siennes, se penchant pour aller téter un bouton de chair sur le torse de la rouquine. C'est chaud. Un peu trop chaud. Mais fort utile par un temps pareil.

Un peu d'aide ne serait pas de trop..., qu'il souffle, dans un murmure à peine perceptible.

C'est bien mignon de se faire une fille pour la première fois, mais n'y connaissant trop rien et n'osant pas trop prendre les devant de peur de faire une conneries, il préfère demander plutôt que de prendre tout en main. Surtout que bon, cette fille semble bien différentes des autres. Enfin, d'un point de vu biologique. Fuck the logic...

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 08/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 17 Mai - 22:02
C'était plaisant de voir le Serpentard perdre ses moyens au simple contact de ma bouche sur son oreille. Le seul sont de ses couinements suffisaient a me faire comprendre que je venais de trouver une de ses zones érogènes, et un petit sourire satisfait s'afficha sur mes lèvres. Il faudra que je retourne mon attention sur elles une fois que j'avais finis de gouter a sa clavicule. Un dernier coup de langue dessus et je me recule un peu pour admirer la marque bleutée qui y résidait désormais. Un petit souvenir de ce soir, ou cas ou l'on soit trop torchés pour se rappeler de quoi que ce soit demain matin.



Pendant ce temps, le bleuet en avait profiter pour se débarrasser a son tour de ses derniers vêtements, se collant ensuite entièrement contre moi. Un soupir m'échappa en sentant le contact de nos deux corps nus l'un contre l'autre. C'était un peu gênant, mais aussi plutôt plaisant… Les lèvres de l'autre vinrent chercher les miennes et il les captura dans un nouveau baiser fervent et impatient, mordillant, léchant et dévorant la moindre parcelle de la bouche de chacun. Doucement, il laissa une main glisser vers le dessous de ma cuisse et me souleva légèrement. Nos regards se croisèrent et je pu voir le voile de désir qui troublait ses yeux azur, yeux qui ne quittèrent pas les miens alors qu'il relâcha ma bouche pour aller déposer ses lèvre sur un de mes téton. Je poussa un nouveau miaulement en sentant sa langue brulante me chatouiller la chair, sucant et jouant avec le bouton rosé et sensible au moindre touché. Par reflexe, je me cambra a nouveau et enroula autour de sa taille la jambe qu'il tenait encore, cherchant le maximum de contact qu'il nous était possible d'avoir.



Entre deux couinements, je pus entendre mon amant d'un soir murmurer un appel a l'aide. Ah shit…Bien qu'il avait prit le dessus, il était aussi paumé que moi dans ce qu'on faisait au final. On s'était lancé la dedans a l'aveuglette, mais comme c'était la première fois l'un comme pour l'autre, y'avait un moment ou ca commençait a bugger. Enfin, je savais personnellement comment ca se passait en théorie, mais en pratique s'était une autre histoire…



"Je..je crois que bah.. T'es sensé mettre ton…dans..enfin.."



Ouais bravo pour la clarté… Apres ce qu'on venait de faire, je n'aurais pas imaginé que ca puisse être aussi embarrassant s'expliquer ce genre de détail… C'est pour a que je me contenta de rougir comme une vierge, balbutiant en essayant de lui faire comprendre ce que je voulais dire du mieux que je pouvais. Apres quelques tentatives d'explications malhabiles, je décida qu'il était peut-etre mieux de continuer dans l'action et de découvrir au fur et a mesure. De toute facon, j'avais la cervelle bien trop HS pour procéder par étapes..



J'attrapa la main du serpentard qui reposait encore sur ma cuisse et la guida timidement encore plus bas, collant nos hanches ensemble a l'endroit ou elles seront sensé s'emboiter, espérant qu'il comprennent la suite des évènements.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 271
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Mai - 1:10
[RP Censuré]

Dernier soupire
✙ Oswald Kennedy ✙


[...]
Le regard trouble, le cœur palpitant et le corps rougi par les quelques griffures et le froid - ou l'extrême chaleur ? - Bastian ferme un instant les yeux. C'était sa première fois, et il ne la regrettait pas. Il quitte le corps de l'autre à contre cœur - sachant parfaitement par la suite que rester peut-être douloureux pour la conjointe, il en avait pu faire l'expérience par le passé... - Mais reste collé à elle, posant ses lèvres sur son dos dans un dernier baiser. Les hommes sont vraiment fait pour dormir après ça, ce qui ne manque pas d'arriver au russe. Ses yeux se ferment tout doucement. Avant qu'un coup de froid le réveille en le faisant tressaillir. C'était pas du jeu ces différences de températures !

Il rouvre les yeux, et se pose sur ses fesses, serrant sa compagne contre lui pour se tenir chaud mutuellement. Il n'a pas envie de la quitter. Pas maintenant. Mais il fallait bien retourner se coucher. Après tout, si on les surprend dans la tour d'astronomie à faire des choses pas très catholiques au lieu d'être au lit, ça risquait de barder.

Oh bordel..., qu'il fini par lâcher. C'était un peu le résumé de ce qu'il ressentait en ce moment là : le bordel dans sa tête, ses pensées, sa vie. Tout.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 08/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 30 Mai - 21:52
[...]
Le silence de la nuit sembla soudainement étouffant maintenant qu'il n'était plus déranger par nos cris mutuels. Seul nos halètements brisaient le calme feutré alors que nous reprenions notre souffle, redescendant doucement de notre envolé sensuelle. Le plus petit se retira doucement, a mon désarroi, posant tendrement ses lèvres sur mon dos. Je me sentais vide d'un coup, on se fait vite a avoir une personne en son corps. C'est comme s'il manquait quelque chose… Et il faisait froid d'un coup, c'était surprenant. Le contraste était fort entre l'air frais d'une nuit d'automne sur ma peau encore tellement brulant qu'elle perlait, et cette différence soudaine de température me fit trembler et frissonner doucement.

Alors que le bleuet se redressant pour s'assoir, j'attrapa nos chemise a tâtons et les drapa sur nos épaules quand il me serrant contre lui. Je me laissa aller dans son étreinte, la tete posée sur son torse a écouter les battements encore frénétiques de son cœur. Doucement, je recupera un de chaleur en réponse a nos corps collés. Mes paupières étaient terriblement lourdes, et je les laissa battre doucement en luttant contre le sommeil. Je n'aurais jamais imaginé que ma premiere fois aurait finit comme ca..saoul et sur le sol de la tour d'astronomie avec un parfait inconnu. Mais je ne regrettais rien du tout. Ca avait été une des sensations les plus extrême et plaisante de mon existence, et pour être honnête la situation étrange de celle-ci avait rendu tout cela encore plus excitant. Je soupira en souriant dans le torse de mon amant d'un soir.



"C'était…quelque chose.."



Malgré mon état de pur bonheur, et même complètement dans le coton, mon esprit trouva le moyen de me bombarder d'une multitudes de question. Ce qu'on venait de faire était du pur plaisir, mais après..? Demain, si on arrive a se reconnaître en ce recroisant, qu'Est-ce qui se passera? Est-ce qu'on va se sauter dans les bras comme des amants perdus puis retrouvés, ou simplement s'ignorer et faire comme si rien ce c'était passé ce soir..? La seconde situation allait probablement être la bonne, même si j'espérais au fond de moi qu'il ne rayerais pas tout de sa mémoire. J'étais pas tombé amoureux ou quoique ce soit, ce qui venait de se passé était purement de l'attraction sexuelle, mais je n'était pas contre apprendre a le connaître un peu plus, et qui sait, peut être créer quelque chose… Je me mordis anxieusement la lèvre en y réfléchissant, puis secoua mollement la tête dans l'espoir de remettre de l'ordre dans le bordel de mes pensées. Tu divagues mon pauvre, tu divagues… Demain vous allez vous réveiller tout les deux avec une gueule de bois a assommer un cheval en ayant complètement rayé de votre mémoire toute la dernière soirée. Alors profite…



"deux m'nutes encore…On est bien la..et franchement je sais pas toi, mais je ne me sens pas ncore pres a me lever.."



Je blottis mon visage dans le cou de mon partenaire, déposant un léger baiser sur celui-ci et le serrant dans mes bras pour accentuer mes mots. Certes il faisait froid, mais je sentais bien que mes jambes me lâcherais des le premier pas, et descendre l'escalier maintenant serait un sport de haut niveau. Et quitte a continuer dans le manque de réflexion de notre soirée, autant mettre au diable les peur de se faire attraper hors du lit après le couvre-feu et rester encore un moment a profiter de la tendresse de l'autre… La tête confortablement callé au creux de l'épaule du Serpentard, je laissa la vague de somnolence qui commençais en m'embrumer prendre pleinement possession de moi. Il faisait chaud contre lui, et ses bras me berçaient doucement, alors pourquoi pas fermer les yeux un instant..?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 271
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 31 Mai - 0:20
Dernier soupire
✙ Oswald Kennedy ✙


Le Serpentard est d'accord avec la rouquine. C'était pas le moment de leur demander de faire un marathon. Entre les yeux qui se ferment, les jambes qui ne tiennent plus et le cœur encore battant, il ne se sent pas de se lever et pense presque hiberner dans cette position avec son nouveau doudou, roulé en boule. Il rajuste la chemise mise sur ses épaules et tend le bras pour attraper les pantalons non loin. Il met le sien sous ses fesses, parce que même si son corps est chaud, le sol reste frais et son derrière n'est pas très content de la différence de température. Il pense à une chose. Une chose qui pourrait être amusante : la prochaine fois qu'il ira en cours d'astronomie, il ne verra plus jamais cet endroit comme avant. Il pense également à celui ou celle qui découvrira le cadeau que les deux adolescents laisseront derrière eux sans doute.

"C'est quoi cette tâche blanche par terre ? Une chiure de pigeon ?"

Ouais, ce genre de réplique. Il rit bêtement en imaginant la scène, resserrant son étreinte autour du corps de la rouquine. Il souffle un coup et regarde le paysage avant de caller sa tête contre sa partenaire, les yeux entrouverts. Quelques étoiles scintillent dans la nuit maintenant silencieuse. Bastian frissonne de plaisir en repensant à leur acte. Il fourre son nez dans la touffe rousse de sa compagne.

La même, qu'il lui répond.

Méthode à retenir, cette technique de drague marche bien.
Il commence à somnoler, bavant à moitié sur l'autre quand l'écho de pas lents et lourd se font entendre dans les escaliers de la tour. Trop ensommeillé pour capter quoique ce soit, le Serpentard fini par s'endormir. Demain, il attrapera sûrement un rhume. Il ne se doute de rien tandis qu'une boule de lumière - sans doute un lumos - vient les éclairer, son propriétaire s'approchant de plus en plus du sommet. Un préfet sûrement. Ou le concierge. Ou pire ? Un professeur ?

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 08/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 31 Mai - 10:28


Mon partenaire ne tarda pas a se mettre lui aussi a somnoler contre moi. Je sentais son corps se détendre, et bientôt le souffle régulier d'une personne endormie vint me chatouiller la tête. C'était surement partie pour passer notre nuit de sommeil sur le plancher de cette tour, mais cela ne me dérangeait guère, meme si demain on attrapera la creve sans aucun doutes. Je commençais a sentir une vague douleur lancinante au niveau de mes hanches, et me mettre debout me ferais surement pas un bien fou du tout. Doucement, mes pensées cessèrent et ma tete se fit lourde, me signalant qu'il était temps de tout éteindre.



Nous restâmes surement un petit moment dans cette état de sommeil léger, blottis dans les bras de l'un l'autre comme des chats. Cela aurait pu durer bien plus longtemps, mais le bruit étouffé de pas résonnant pas si loin de nous attira mon attention. Au debut, j'ai cru que c'était juste un type qui se promenait dans les couloirs, et donc commença a me rendormir, sauf qu'il me semblait que le son se rapprochait de plus en plus. Et si c'était quelqu'un qui nous avait entendu et qui venait voir ce qui se passait…? Ca pouvais etre un préfet ou un membre du personnel de l'école.. Cette pensée me fit paniquer pendant un cours instant, et je me forca a revenir brusquement a la réalité.



"Eh eh! Réveille toi quelqu'un monte…!"



Je secoua le Serpentard afin de le faire émerger de son demi-sommeil. J'étais moi-même encore complètement engourdi, mais l'idée que quelqu'un pouvait débarquer ici a tout moment et nous surprendre ainsi fit monter en moi une soudaine vague de panique. Sans plus attendre, j'attrapa mon pantalon qui reposait au sol un peu plus loin et me dépêcha de l'enfiler, faisant de mon mieux pour me rhabiller au plus vite malgré mes gestes terriblement imprécis. J'avais complètement oublié qu'on n'était pas du tout sensé être a cette endroit, et encore moins a cet endroit a cette heure ci, et si c'était effectivement un professeur qui montait ces marches a l'instant, on pouvait dire adieu a nos têtes…



J'eu juste le temps de finir de boutonner ma chemise et de m'écarter un peu du bleuet que la lumière d'un lumos apparut, dessinant une silhouette menaçante contre le clair de lune. La baguette du nouveau venu s'abaissa, cessant ainsi de nous éblouir, et je pu distinguer le concierge du château qui se tenait devant nous avec une expression qui ne présageait rien de bon. En même temps, voir deux élèves saoul dans une situation qui laissait peu de doute sur ce qu'ils avaient fait précédemment, ca doit pas vous mettre de bonne humeur. Mon cœur rata un battement, et mon visage se figea entre la surprise, la peur, et l'insouciance. On est foutu.



"euh…bonsoir m'sieur…"



Et voila comment nous nous sommes retrouvé trainé par les oreilles jusqu'à son bureau, et affligé de la magnifique tache de débarrasser le saule cogneur des feuilles qu'il avait perdu. On peut faire mieux comme fin de soirée non…?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 271
Date d'inscription : 15/10/2016
Age : 19
Localisation : Là où je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 31 Mai - 18:43
Et m..!
✙ Oswald Kennedy ✙


Bastian est bien. Là. Au chaud et avec une nouvelle bouillotte. Il voudrait rester ainsi pour l'éternité. Seulement, cela ne dure pas. Sa tête bascule en avant tandis que l'autre s'enfuit de son étreinte pour se rhabiller. Il rouvre les yeux brusquement, éblouit par la boule de lumière se baladant entre eux. Il comprend, un peu tard que quelqu'un est sur le point de les rejoindre. Enfilant ses manches de chemises rapidement et sans prendre le temps de mettre les boutons, il se lève et chope son pantalon pour le mettre rapidement. Il espère que ses joues ne sont pas trop rouges et son brushing pas trop décoiffé. Il aurait l'air bien sinon à se faire prendre dans cette tenue.

Il jette un regard inquiet à sa partenaire, fermant sa chemise. Il arrive au dernier bouton quand le concierge débarque, une belle expression mécontente sur le visage. Bon, trouver des ados ayant un peu trop bu en haut de la tour d'astronomie c'est vrai que c'est pas vraiment le plus agréable à faire regagner dans son dortoir. Enfin, les deux élèves étaient surtout crevés sur le moment présent. Il les emmène tout les deux dans son bureau pour recevoir une retenue digne de son nom. A rajouter à la liste, qu'il pense le bleuet.

Il coule un dernier regard désolé à sa partenaire avant de regagner sa salle commune en se traînant à moitié. Le point positif est que demain ils se reverront. Pour accomplir une retenue dangereuse, certes, mais ils pourront au moins garder contact en étant sobre. Du moins, c'est ce qu'espère le Serpentard. Il serait dommage de laisser une soirée se finir ainsi, en s'ignorant le lendemain.

A demain, qu'il fini par murmure avant qu'il ne se sépare au détour d'un couloir.

Ah. Il avait besoin de dormir. Beaucoup dormir. Il s'affale sur son lit et ferme les yeux. C'est presque instantané.

© by Evlee
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Petit imprévu pour une première mission [PV Halibel & Byakuya]
» On en aura jamais fini avec les emmerdes! [feat. Perséphone] ~ 18+
» [Fini]Madeleine Barbara Force || Feat: Zendaya Coleman
» On trouve toujours plus petit que soi (feat Kaoru Murasaki)
» Aller cours petit eucalyptus cours!!! feat Niles Carter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum de Traverse :: Flood :: La Poubelle :: Ancien RP-
Sauter vers: